La Péniche du Cœur des Restos du Cœur cherche 2,2 millions d'euros

La Péniche du Cœur des Restos du Cœur cherche 2,2 millions d'euros
Depuis 23 ans, la Péniche du Cœur était devenue un îlot d’espoir pour de nombreuses personnes sans-abri, les accompagnant vers la reprise de confiance et la réinsertion. Mais le CHU (Centre d’Hébergement d’Urgence) amarré quai Saint Bernard à Paris, trop vétuste, va devoir tirer sa révérence. Et son remplacement par un ancien navire, plus grand de dix mètres, va coûter de l’argent. 2,2 millions d’euros au total, que l’association cherche à financer par les dons. L’inauguration est prévue à l’automne 2019.



 

Un CHU atypique engagé pour une réinsertion pérenne

 

La Péniche du Cœur est loin d’être un CHU comme les autres. Certes, depuis sa création en 1995, elle accueille chaque soir des dizaines de personnes en rupture d’hébergement, mais pas seulement. Dès 2009, la Péniche se fixe un nouvel objectif : proposer à ses résidents un accompagnement socio-professionnel global. Le temps de séjour est allongé, les activités au sein des lieux se multiplient. Des séances d’activités sportives, des cours de français, un espace informatique, ou encore ateliers de sensibilisation à la gestion budgétaire sont progressivement mis en place. Quelques années plus tard, les résultats parlent d’eux-mêmes : 67 % des sortants ont trouvé une solution d’hébergement ou de logement positive en 2017. La gestion des lieux est toutefois rapidement freinée par l’état de dégradation avancé de la péniche, qui oblige les Restos du Cœur à en changer. À terme, les Restos du Coeur espèrent que ce “lieu de sommeil” deviendra ainsi un “véritable lieu d’accueil et d’accompagnement”.

 

Un changement d’échelle pour la Péniche du Cœur

 

Les dix mètres de longueur supplémentaire du nouveau bateau vont permettre d’offrir une gamme de services plus développée aux bénéficiaires et d’améliorer la sécurité des lieux. Déjà doté d’une cuisine professionnelle, d’une salle de restauration et de cabines fonctionnelles, il offrira également après aménagement des espaces collectifs et une terrasse extérieure sur le toit, ainsi qu’une laverie et une salle de soins. Trois repas pourront y être servis quotidiennement, et les horaires d’accès seront étendus de 7 heures à 23 heures, ainsi que la nuit sous réserve d’autorisation. Derrière l’enjeu logistique, la volonté pour les Restos du Cœur de renforcer le processus d’autonomisation des sans-abri, en leur permettant notamment de participer plus longuement aux activités et à la vie de la péniche. Soutenu par Lidl, premier partenaire entreprise mobilisé sur le projet, l’association compte sur la solidarité de chacun, donateurs particuliers comme partenaires privés et institutionnels, mais aussi sur le mécénat de compétences ou les dons en nature. La Fondation Suez vient d’ailleurs d’annoncer sur Carenews la signature d’un partenariat en mécénat de compétences, tout comme l’agence Notoryou.

 

 

 

, , , ,