Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[EN IMAGES] La Fondation du Souffle et laboratoires Roche contre le tabac

[EN IMAGES] La Fondation du Souffle et laboratoires Roche contre le tabac
Alors que se tenait le 31 mai dernier la Journée Mondiale sans Tabac, la Fondation du Souffle et le laboratoire Roche ont dévoilé une nouvelle campagne afin de sensibiliser les 18-25 ans aux méfaits du tabac, “SMOKLM”. Co-réalisée par Ici Barbès et Pavillon Noir, elle s’appuie sur une activation sociale et numérique et sensibilise aux méfaits à court terme du tabagisme.  


 


 

Une campagne branchée et innovante à destination des millenials

 

Vous êtes fumeur ? Vous devriez donc être ravi de recevoir dans votre “box” du mois une crème “teint gris”, un tee-shirt empestant le tabac ou encore un kit de vernis jaune pour les dents et les ongles. Cette campagne imaginée par l’agence Ici Barbès et co-réalisée avec Pavillon Noir reprend de nombreux codes des pratiques digitales des millennials, à savoir celui de la box mensuelle ou le concept de l’unboxing, qui consiste à se filmer en train de découvrir le contenu d’un colis, le tout ponctué d’emojis. Baptisée “SMOKLM”, la campagne a pris le parti pour mieux interpeller la jeunesse de mettre l’accent sur les conséquences à court terme sur la santé. Afin de multiplier son impact, des partenariats ont été tissés avec des influenceurs et des médias comme Melty, Purebreak et Purepeople. La Fondation du Souffle et le laboratoire Roche ont également mobilisé leurs réseaux, des centres hospitaliers aux grandes écoles comme Grenoble École de management, afin d’assurer la diffusion des messages.  

 

Six adolescents sur 10 ont essayé le tabac

 

La Fondation du Souffle et le laboratoire Roche n’en sont pas à leur coup d’essai, puisque les deux structures ont déjà collaboré contre le tabac pour la campagne “#JeMimposeQuand en 2017. Leur action s’inscrit dans une période plutôt favorable à leur action, puisque le niveau de tabagisme est le plus bas enregistré depuis 20 ans chez les adolescents, selon les chiffres de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Malgré tout, plus de la moitié des adolescents se laissent encore tenter par la cigarette. “Les enfants qui commencent à fumer à 14 ans ont 60 % de risque de devenir des fumeurs adultes et 30 % s’ils ont commencé à 18 ans, rappelle le professeur Jacques Cadranel, chef du service de pneumologie à l’hôpital Tenon à Paris et ambassadeur de la campagne. L’année dernière, nous nous étions plutôt adressés aux adolescents de 14 ans avec la campagne #JeMimposeQuand. Cette année, on s’oriente plus vers les 18-25 ans, avec leur manière de s’exprimer, pour qu’ils arrêtent de fumer ou ne commencent pas.”

 

 





 

 

 

, , , , ,