Bienvenue à Enfants du Rio

Bienvenue à Enfants du Rio
En 1999, Olivier de Metz cherche à s’investir dans un projet humanitaire. Il rencontre à Lima un pasteur péruvien qui le confronte au phénomène des enfants des rues. Dès le départ, Olivier cherche à identifier quel besoin réel naît de cette situation. Pendant 7 mois, il se met à l’écoute : - Des enfants, pour mieux comprendre leur situation et tisser avec eux des liens de confiance. - Des pouvoirs publics et des ONG locales pour vérifier la complémentarité de son projet avec les initiatives existantes. De cette phase de réflexion, il ressort alors clairement : - Que les enfants souffrent du regard négatif que la société porte sur eux et de l’absence de relation durable et saine avec des adultes qui vivent hors de la rue. - Que des institutions et des foyers existent à Lima mais que les enfants n’y vont pas ou n’y restent pas, parce que leur seule volonté est souvent bien trop faible pour résister durablement aux tentations de la rue (drogue, amitiés, liberté…). Ce n’est donc pas le manque de foyers qui explique la présence des enfants dans la rue. Les causes du phénomène sont bien plus profondes et plus complexes. Elles mêlent des facteurs à la fois économiques, sociaux et psychologiques. La réinsertion des enfants implique donc, non pas la création de nouvelles structures d’hébergement ou de scolarisation, mais un accompagnement humain dans la durée, seul susceptible d’appréhender chaque enfant avec son histoire, son parcours et ses aspirations. C’est sur la base de ce constat, établi avec les autres institutions locales, qu’ont été définis les contours de notre action il y a 9 ans. Pour que notre association ait une action complémentaire et non pas seulement supplémentaire, l’aide que nous apportons aux enfants n’est pas une aide matérielle : c’est la possibilité d’être écouté, aimé, accompagné et au final, intégré dans une dynamique d’insertion. Il y a deux ans Enfants du Rio a rejoint l'association Citoyen des rues et dans le respect du constat d'Olivier de Metz elle continue sont combat en faveur des enfants des rues grâce à son foyer de jour et à ses deux foyers de nuit qui lui permet un suivit approfondi des enfants.


La situation des enfants des rues: A Lima, comme dans beaucoup de grandes villes du monde, des centaines d'enfants vivent complètement livrés à eux-mêmes. Ils ont fui leur foyer (violence, pauvreté, familles recomposées…) pour trouver refuge dans la rue, loin de chez eux. Regroupés dans différentes zones de Lima, parfois dans les égouts, dans des conditions d’hygiène catastrophiques, ils sont connus sous le vocable peu flatteur de "piranhitas". Ils vivent de petit larcins qui leurs permettent de se nourrir, mais surtout de se procurer de la drogue, et tentent ainsi de s'échapper et d'oublier leur détresse. Ils se cachent de la police qui effectue régulièrement des rafles (les "batidas") et les chassent du centre-ville. Rien n’est plus fragile que la vie de ces enfants, rejetés par la société, blessés dans leur estime d’eux-mêmes, affaiblis par les maladies et la dépendance à la drogue. Le difficile chemin de la réinsertion: Il existe plusieurs associations péruviennes qui ont des foyers d'accueil dans lesquels les enfants de moins de 16 ans (parfois 18 ans) peuvent être entièrement pris en charge. Ce sont des centres gérés par l'État ou par des institutions privées. Les enfants ont, en général connaissance de leur existence. Mais la transition entre la rue et ces foyers est extrêmement difficile. Il est très difficile pour un enfant de quitter un mode de vie extrême en renonçant à sa "liberté", à la drogue et aux amitiés de la rue, pour s'adapter à une structure collective et nécessairement contraignante. Par conséquent, il est très fréquent que l'enfant retourne dans la rue après un séjour en foyer. Dans ce contexte, Enfants du rio se veut un pont entre la rue et les institutions. Par une présence fidèle et aimante auprès des enfants, nous les soutenons dans leur chemin de réinsertion.
, , , , , , , ,