Trophées des Associations 2019 : entretien avec le jury "Numérique solidaire"

Trophées des Associations 2019 : entretien avec le jury "Numérique solidaire"
Les Trophées des Associations de la Fondation Groupe EDF récompensent les acteurs de l’inclusion sociale depuis 2010 pour les aider à développer leurs solutions et démultiplier leur impact social. Des dizaines d’experts du secteur associatif et de salariés du groupe EDF sont mobilisés pour identifier les lauréats parmi les centaines de dossiers déposés chaque année. Découvrez les témoignages de Laure Hervé, responsable du pôle Mécénat France de la Fondation Groupe EDF, et Nadège Vignol, responsable déléguée du programme Technologie de l’Information d’EDF R&D, qui ont participé au premier jury Numérique Solidaire des Trophées des associations.


Il s’agit du premier jury Numérique Solidaire : pourquoi avoir créé cette catégorie ?

 

Laure Hervé : La fondation gère différents axes d’intervention dont le progrès et notamment le progrès numérique. De plus en plus d’associations nous sollicitent pour les accompagner dans leur digitalisation afin d’améliorer leur gestion associative ou à destination des bénéficiaires.

 

Mme Vignol, pourquoi participez-vous à ce jury ?

 

Nadège Vignol : Laure Hervé m’a contactée suite à mon implication récente au sein de la Fondation Groupe EDF mais aussi parce que je travaille en Recherche et Développement sur le numérique au sein du Groupe EDF. Cela conciliait mes compétences et mes envies personnelles de m’impliquer sur ces sujets.

 

Quels sont les enjeux à suivre ?

 

LH : D’abord, la lutte contre la fracture numérique. Dans un monde où tout devient de plus en plus numérique, les personnes qui en sont les plus éloignées ont des difficultés à s’insérer dans la société. On s’aperçoit aussi que le numérique peut permettre à des associations d’optimiser leur process interne. Elles peuvent ainsi consacrer plus de temps directement auprès des  bénéficiaires.

 

Quel est votre ressenti après votre participation à ce jury ?

 

NV : C’est passionnant ! L’ambiance est très studieuse, j’apprécie d’être déconnectée de mon PC. On est à fond sur les dossiers, on partage. C’est super. Le numérique est mon quotidien, mais c’est intéressant de voir comment l’associatif s’en saisit et ce que les associations proposent autour de la solidarité. Il y a beaucoup de projets liés aux médias, au journalisme et un peu à la 3D.

 

Que diriez-vous à d’autres salariés EDF qui souhaiteraient s’impliquer pour les prochains jurys ?

 

NV : C’est formidable ! Cela nous fait sortir un peu de nos habitudes. Cela nous fait également prendre un peu de recul sur notre quotidien personnel, de voir les difficultés des associations, leurs cibles. Cela nous invite à revenir un peu sur du concret. Et grâce aux échanges que nous avons toute la journée, nous pouvons mieux connaître les actions de la Fondation Groupe EDF, qui ne sont pas toujours sues des équipes : les subventions données, les actions en cours, les liens avec d’autres initiatives comme le Téléthon, par exemple. C’est assez impressionnant.

 

Les récompenses des trophées des associations sont financières. Y a-t-il d’autres prix ?

 

LH : Pour chacun des jurys, 10 prix sont décernés. La nouveauté 2018 est l’attribution de 17 prix régionaux. L’annonce des résultats a lieu le 10 janvier. Ensuite, les 47 associations lauréates seront présentées sur Commeon pour décerner le prix du public. L’association qui aura récolté le plus de votes recevra un accompagnement dédié de la part de la fondation. On déterminera avec elle ce que l’on pourra lui proposer selon ses problématiques. Ce pourrait être un accompagnement pour obtenir le label IDEAS, une mise en lumière au salon VivaTech ou encore un accompagnement avec Pro Bono Lab.

 

, , , , ,