Proxité : des salariés SNCF engagés pour la réussite scolaire de jeunes du 93

Proxité : des salariés SNCF engagés pour la réussite scolaire de jeunes du 93
Les collaborateurs SNCF ont à cœur de mettre leurs compétences au service de ceux qui en ont besoin. Exemple d’un partenariat solidaire réussi : l’engagement des salariés du siège de Seine-Saint-Denis auprès de Proxité, association œuvrant pour l’insertion scolaire et professionnelle des jeunes issus des quartiers prioritaires.


 

Recréer un lien constructif entre la jeunesse et le monde de l’entreprise

 

En Seine-Saint-Denis, le décrochage scolaire est un enjeu prioritaire. Pour favoriser la réussite des élèves, l’association Proxité a mis en place un système innovant. Elle propose aux jeunes des collèges et lycées d’accepter, tout au long de leur scolarité, le parrainage d’un salarié en activité. Totalement individualisé, cet accompagnement prévoit une session hebdomadaire pour chaque binôme. Aux côtés d’un adulte évoluant dans le monde de l’entreprise, le jeune collégien ou lycéen tisse un autre rapport au travail. Il consolide sa confiance en lui, s’ouvre aux discussions. Peu à peu, il se forge une solide motivation tout en réfléchissant à sa future orientation professionnelle. L’échange est non seulement valorisant pour le jeune parrainé, mais il est tout aussi enrichissant pour le salarié engagé.

 

SNCF : 1ère entreprise à soutenir les jeunes de Proxité en Seine-Saint-Denis

 

En 2012, le Groupe SNCF quitte Paris pour s’installer dans ses nouveaux locaux de La Plaine Saint-Denis. Nombreux sont ses collaborateurs engagés dans du mécénat de compétences. C’est donc tout naturellement que l’entreprise scelle un partenariat avec Proxité.

Sur leur temps de travail, les salariés volontaires optent soit pour un soutien scolaire hebdomadaire pour des jeunes de 12 à 20 ans, soit pour une aide à la recherche de stage ou d’emploi pour des jeunes de 16 à 30 ans. « Notre partenariat a d’abord une dimension humaine, fondée sur l’engagement des salariés SNCF. Il y a aussi une dimension très locale, nos deux sièges étant en Seine-Saint-Denis. C’est un partenariat assez exemplaire par l’engagement qu’a su impulser la Fondation SNCF auprès de ses collaborateurs », explique Matthieu Lantier, directeur de l’association Proxité.

Dès le départ, les collaborateurs répondent présent et 10 binômes se mettent en place. En 2016-2017, 31 salariés se sont mobilisés. La plupart d’entre eux se réengagent d’année en année, parfois pour suivre un même élève jusqu’à son diplôme d’étude supérieure. « Ils sont tous engagés dans une relation de parrainage qui demande beaucoup d’implication et de régularité », précise Matthieu Lantier. Depuis deux ans, le campus SNCF accueille dans ses murs une antenne Proxité – une façon de faciliter l’engagement des salariés et d’ouvrir les portes de l’entreprise aux jeunes.

Pour l’année scolaire 2017-2018, 36 parrains issus des rangs SNCF se sont portés volontaires à Saint-Denis, Nanterre et Lille. 20 d’entre eux ont choisi d’aider les élèves dans la recherche d’un emploi. 16 ont opté pour un soutien scolaire et, fait intéressant, une majeure partie des binômes a travaillé chaque semaine dans une salle de réunion SNCF, environnement calme et de circonstance.

 

Un partenariat de longue durée, fondé sur le dialogue

 

La Fondation SNCF est sans conteste l’un des partenaires stratégiques de Proxité. « On a pu compter sur le fort investissement des équipes de la fondation. Elles ont beaucoup porté le projet. » Matthieu Lantier décrit la fondation comme un interlocuteur privilégié : « on partage avec eux un peu tous nos enjeux. On se voit minimum deux fois par an, et c’est une qualité de dialogue qui est assez rare. »

Pour remercier les collaborateurs engagés et créer des émules, le groupe SNCF a récemment organisé un café-rencontre avec Proxité dans ses locaux de Seine-Saint-Denis. L’évènement a été l’occasion pour les parrains de s’exprimer sur ce qu’ils ont vécu. Certains désignent cette expérience comme une « chance » qui permet « d’être utile à ces jeunes qui manquent de réseau ». D’autres combien ils apprennent de« l’enthousiasme » et de la « ténacité » de leur élève – de leur propre aveu, un enrichissement « extraordinaire ».

 

, , , , ,