Les Morsures de l'exil : une série documentaire en ligne sur RFI

Les Morsures de l'exil : une série documentaire en ligne sur RFI
Une série de 3 volets consacrée aux troubles psychiques dont souffrent nombre d'exilés. Un long-format réalisé par François-Damien Bourgery et illustré par Baptiste Condominas pour RFI.


Les morsures de l'exil, ce sont des blessures invisibles provoquées par les violences qui ont poussé à fuir, par la longue route vers un avenir qu'on espère meilleur et par la froide machine administrative. Ce sont celles qu'on néglige, trop occupé à survivre. Ce sont celles, aussi, qui peinent à cicatriser. Les troubles psychiques toucheraient deux fois plus les exilés que le reste de la population. Avec des conséquences parfois dramatiques."

Châpitre 1: La madeleine empoisonnée

Alors qu'ils se pensaient à l'abri une fois arrivés à destination, les exilés restent parfois hantés par les violences subies dans leur pays ou durant leur voyage. Imprimés dans leur psyché, ces souvenirs empoisonnent leur quotidien.

> webdoc.rfi.fr/les-morsures-de-lexil/chapitre-1.html

Châpitre 2: Un cercueil qu'on achève de clouer

"L'octroi du statut de réfugié est souvent déterminant dans le processus de guérison, observe Omar Guerrero, psychologue au Centre Primo Levi. « C’est un Etat qui dit que ce qui vous est arrivé n’est pas concevable, que ça mérite punition et que dès lors, vous êtes protégé. » A l’inverse, un rejet risque d’être vécu comme un désaveu, un déni de reconnaissance, le symbole que sa parole ne vaut rien. Et c’est la dégringolade."

> http://webdoc.rfi.fr/les-morsures-de-lexil/chapitre-2.html

Châpitre 3: Un calendrier dans la tête

La séparation d'avec le pays se réalise effectivement et psychiquement lorsque le sujet obtient son statut de réfugié. Et elle est follement douloureuse : le demandeur d'asile promu réfugié sait qu'à partir de ce moment-là il sera toujours en exil ».

> http://webdoc.rfi.fr/les-morsures-de-lexil/chapitre-3.html

 

Merci à François-Damien Bourgery et Baptiste Condominas d'avoir consacré leur temps et leur talent à la question de la souffrance psychique des exilés.

 

, , , , ,