La Fondation Abbé Pierre récompense les pires dispositifs anti-SDF

La Fondation Abbé Pierre récompense les pires dispositifs anti-SDF
La Fondation Abbé Pierre lance cette année les “Pics d’Or”, un prix destiné à récompenser satiriquement les pires dispositifs mis en place dans l’espace public pour déloger les personnes sans-abri. Un jury a récompensé six lauréats, au cours d’une cérémonie qui s’est tenue le 13 février.


 

 

 

339 dispositifs anti-SDF recensés en 2018

 

L’année dernière, nous les avons dénoncé, cette année, nous allons les récompenser”. Un an après l’action #SoyonsHumains menée avec Emmaüs Solidarité, qui alertait les citoyens sur l’indignité des dispositifs anti-SDF, la Fondation Abbé Pierre a décidé de lancer cette année un prix satirique, les Pics d’Or.

 

À l’image des “Razzie Awards” qui récompensent les pires acteurs, les Pics d’Or récompensent quant à eux les dispositifs anti-SDF les plus indignes, intégrés plus ou moins subtilement dans l’espace public : sièges individuels, pics métalliques, accoudoirs, grilles, barrières, mais aussi jets d’eau, ultra-sons, arrêté anti-mendicité... Grâce à l’œil aiguisé des internautes, la fondation a pu recenser, depuis le 6 décembre 2017, pas moins de 339 dispositifs anti-SDF dont 201 rien qu’à Paris, sur un site dédié.

 

La cérémonie de remise des prix, dans le petit cinéma du Studio 28, au cœur de Montmartre, a démarré par un vibrant plaidoyer de Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre : “Ce n’est pas en invisibilisant le problème que l’on va le régler. Si on ne dit pas stop aux dispositifs anti-SDF, il n’y a plus aucune limite. Il faut collectivement se réinterroger, citoyens, commerçants, responsables municipaux. La ville doit être faite pour tout le monde, chacun doit pouvoir trouver sa place !


 

Six Lauréats “Pics d’Or”

 

Ce soir, on ne veut pas dénoncer de manière agressive, on veut juste se moquer”, explique Christian Page, ex-SDF connu pour avoir son quotidien à la rue sur Twitter, et aujourd’hui auteur d’un roman autobiographique, Belleville au cœur. Plus agité, Laurent Toussaint, fondateur de Design for everyone, un collectif qui hacke le mobilier urbain anti-SDF pour sensibiliser les citoyens, nous confie : “On en a marre de voir une société qui trouve des dispositifs pour exclure ceux qui sont déjà les plus exclus de la société”.

 

Six prix ont été remis au cours de la soirée, dont le prix du dispositif le plus décomplexé, “Fallait oser”, remis par le chroniqueur de France Inter Guillaume Meurice à la “place unique” d’un arrêt de bus ; le prix du dispositif le plus fourbe, “Ni vu ni connu”, remis par Christian Page, à des pots de fleurs géants à Toulouse ; le prix du dispositif le plus agressif, “Le Clou”, par l’humoriste et comédienne Blanche Gardin, pour des pics métalliques installés dans le 2e arrondissement de Paris ; ou encore le prix international, “C’est pas mieux ailleurs”, pour le permis de mendier à 15 euros instauré dans une ville suédoise.

 

Et Blanche Gardin de conclure, sur le ton grinçant et efficace qu’on lui connaît : “Je leur dis merci car grâce à eux, les sans-abri ne dormiront plus dans la rue… Mourir dans la rue, d’accord, mais mourir debout !

 

 

, , , ,