[SOCIAL TECH] AOUF, l’appli qui connecte les citoyens et les délogés à Marseille

[SOCIAL TECH] AOUF, l’appli qui connecte les citoyens et les délogés à Marseille
Après que plusieurs immeubles de Marseille se sont effondrés, en novembre 2018, les délogés ont été dispersés dans des hôtels de la métropole. Malgré ce logement temporaire, leur situation est encore difficile. C’est pour concrétiser la solidarité qui s’est créée suite à ce drame qu’un groupe de citoyens a créé la plateforme d’entraide AOUF.



 

Le 5 novembre 2018, plusieurs immeubles du centre ville de Marseille, dans le quartier Noailles, s’effondrent, victimes de leur vétusté. L’incident a provoqué la mort de huit personnes. À la suite de cet incident, plusieurs milliers de personnes sont évacuées de leurs habitations insalubres et progressivement relogées dans des hôtels, éparpillés dans toute la ville.

 

Face aux difficultés rencontrées par les personnes relogées, plusieurs bénévoles ont créé AOUF, une plateforme d’entraide locale. Le projet est né lors du hackathon #balancetontaudis, organisé en janvier dernier par le quotidien local La Marseillaise avec l’accélérateur Donut Marseille.

 

Après cinq mois de travail, le projet a enfin vu le jour. Elle a été officiellement lancée le 5 juin, pour faire “écho au drame du 5 novembre”, explique Charlotte, responsable de la communication du projet, à La Marseillaise.


 

L’objectif : qu’il n’y ait plus besoin d’une appli pour s’entraider

 

Une lessive, des vêtements, un repas… L’appli AOUF permet aux habitants de proposer des services gratuits au bénéfice des relogés, victimes des effondrements. Elle revendique déjà une soixantaine d’utilisateurs. “Si ça marche, demain, les gens n’auront plus besoin d’une application pour se contacter et Aouf aura gagné”, estime Philippine, une bénévole pour La Marseillaise.

 

Selon la mairie de Marseille, encore un peu moins de 500 personnes sont encore logées à l'hôtel, depuis le début des évacuations. Suite aux événements de novembre 2018, les habitants et les associations (Un Centre-ville pour tous, le Collectif du 5 novembre...) ont réclamé avec une pétition en ligne, l’adoption d’une charte du relogement pour les personnes évacuées.

 

La charte a finalement été votée par le Conseil municipal, le 17 juin 2019. Le texte doit être signé cette semaine à la Cité des associations par les collectifs, la Ville et la préfecture.

 

, , , , ,