[DIS FLAVIE] C'est quoi le bénévolat ?

[DIS FLAVIE] C'est quoi le bénévolat ?
Le bénévolat, enfonçons des portes ouvertes, est une activité non rémunérée, exercée au sein le plus généralement d'associations, d'ONG ou même de syndicats. Le bénévolat est inscrit dans l'ADN du monde associatif, et très vivant en France. Il se professionnalise cependant de plus en plus, frôlant parfois la limite qui le sépare du mécénat de compétences.


Au-delà des structures à but non lucratif, on peut considérer comme bénévoles les actes citoyens et de solidarité effectués dans des structures moins officielles ou en famille. Les aidants par exemple, pourraient être considérés comme des bénévoles particuliers. Il existe des formes de bénévolat qui sortent des chemins associatifs traditionnels pour se rapporcher de l'action citoyenne. Nous avons dressé, dans le Carenews Journal n°2, le portrait de Sophie Bergeret, active au sein de Voisin-Age. Elle n'est pas bénévole au sens propre du terme car Voisin-Age n'est pas une structure associative mais elle donne de son temps, gratuitement, pour une « bonne action ».

S'il n'y a pas de contrat de travail, le bénévolat est cependant encadré par certains droits (formation, sécurité, congés facilitant l'engagement, etc) et devoirs qui se retrouvent dans le guide sur le site associations.gouv. Il permet aussi sous certaines conditions la validation des acquis de l’expérience. Nombreuses sont d'ailleurs les structures à but non lucratif à disposer d'une charte. Le bénévole n'est donc pas rémunéré, cependant, un dédommagement de ses frais est prévu dans certains cas (hébergement, transport).

Le bénévole peut accomplir des tâches variées, plus ou moins qualifiées. Il a des compétences qui ne sont pas toujours en adéquation avec les besoins très spécifiques des associations, c'est souvent cette situation qui fait basculer vers la recherche de mécénat de compétences. Dans les entreprises, on retrouve d'ailleurs ces deux engagements. Elles impliquent souvent leurs collaborateurs dans le mécénat de compétences, sur une base de volontariat, et dans certains cas, elles incitent ensuite aussi au bénévolat. Parfois, c'est l'engagement bénévole des collaborateurs qui permet la cooptation des associations.

Les politiques, les pouvoirs publics et le monde associatif sont en réflexion sur le futur du bénévolat, qui prend un visage nouveau. Une réflexion à l'échelle européenne est même en cours avec, par exemple, le livre blanc de 2011 (année européenne du bénévolat et du volontariat). Les bénévoles sont de plus en plus nombreux mais privilégient l'engagement ponctuel (pour un quart d'entre eux), plus en adéquation avec la vie d'aujourd'hui, sans doute. Le député Yves Blein ou encore le Haut conseil à la vie associative contribuent, entre autres, à ces analyses et mesures.

Le bénévolat pose des interrogations similaires à celles que pose le mécénat. Il ne peut être considéré comme un salariat de substitution (de même que le mécénat ne doit pas simplement combler les financements publics), il doit être un facteur d'enrichissement mutuel ; pour reprendre une expression en vogue dans le tiers secteur, il doit être gagnant-gagnant. 

, , , , ,