Les Arts et Métiers lancent une campagne de fundraising ambitieuse

Les Arts et Métiers lancent une campagne de fundraising ambitieuse
Pour sa première campagne de levée de fonds importante, Arts et Métiers ParisTech met la barre très haut. Grâce à une stratégie proposant aux entreprises un mécénat « donnant-gagnant », l’école espère recevoir en moyenne 4 millions d’euros par an quand les Grandes Écoles les plus dynamiques reçoivent en moyenne 500 000 euros. C’est en misant sur les industries du futur qu’elle compte atteindre ses objectifs.


En effet, l’innovation est au cœur des projets que l’école soumet au mécénat. Elle propose ainsi 35 projets à financer à hauteur de 15 000 euros et pouvant monter jusqu’à 6 millions. Ces projets sont répartis selon 4 axes : formation, recherche, entrepreneuriat, infrastructures. Ils vont de la création d’une chaire d’entreprise à la rénovation de bâtiments en passant par la création d’une école de l’entrepreneuriat et le développement de la formation à distance.

Forcément, ce sont les entreprises qui intéressent les Arts et Métiers. De la PME à la grande entreprise, l’école souhaiterait pouvoir toucher tous les milieux. Aurore Friedlander, directrice du fundraising de l’école et responsable de la campagne est bien consciente du défi qu’elle représente. Les entreprises mécènes sont très sollicitées et elle rappelle qu’un constat récent montre « une légère baisse du nombre d'entreprises donatrices et du montant du don ». Mais elle reste confiante et entend bien remplir l’objectif de la collecte de 20 millions en 5 ans, un chiffre « à la fois ambitieux et réalisable ».

Une plaquette très complète est mise à disposition des entreprises et mécènes qui seraient intéressés pour s’engager auprès de l’une des plus anciennes écoles du pays.

 

Source

Crédit Photo

, , , ,