[VENDREDI EN CHIFFRE] Le gaspillage alimentaire, le fléau de la société moderne

[VENDREDI EN CHIFFRE] Le gaspillage alimentaire, le fléau de la société moderne
Dimanche 16 octobre sera consacré à la lutte contre le gaspillage alimentaire. L’occasion de dresser l’état des lieux de ce fléau dans le monde et sur notre territoire. Plus d’un milliard de tonnes de nourritures par an est jeté. De nombreuses initiatives vont animer ce week-end pour sensibiliser le grand public aux problématiques du gaspillage et au partage des ressources. Quelques chiffres pour prendre conscience de nos comportements.


Un constat alarmant

1,3 milliard de tonnes de denrées alimentaires est jeté chaque année, ce qui représente un tiers de la nourriture produite sur Terre. Mais ce gaspillage est inégal selon les continents. En Afrique ou en Asie, 6 à 11 kg d’aliments sont gaspillés par individu et par an, contre 95 à 115 kg en Europe et en Amérique du Nord. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, l’Europe jetterait chaque année de quoi nourrir 1 milliard de personnes, soit la totalité des personnes souffrant de malnutrition.

En France, les plus gros gaspilleurs sont les foyers avec 5,2 millions de tonnes de nourritures jetés ou perdus (79 kg par personne), suivis du secteur de la distribution (2,3 million de tonnes) et la restauration avec 1,6 million de tonnes. ADEME estime que dans les 79 kg d’aliments jetés par français, 20 kg pourraient être sauvegardés si nous changions nos comportements. Dans ces 20 kg sont compris 13 kg de restes de repas et 7 kg d’aliments que nous n’avons même pas déballés (1,3 million de tonnes par an en France). Ce sont donc 38 kg de nourriture qui sont tout simplement jetés toutes les secondes.  Au total, la France gaspille 9 millions de tonnes de denrées alimentaires, soit environ 137 kg par personne chaque année.

Les causes du gaspillage

Que l’on habite en ville, à la campagne, du début de la chaîne d’approvisionnement et de consommation jusqu’à notre table, le gaspillage alimentaire a lieu. Les fruits et légumes qui ne sont pas calibrés ou ne rentrant pas dans nos critères esthétiques sont délaissés et jetés. Les plats cuisinés et les surplus d’achats entraînent de lourdes pertes. N’avons-nous jamais oublié de la nourriture dans notre réfrigérateur ? Nous sommes pressés, mal informés de la conservation des aliments, nous achetons plus de produits que nous en avons réellement besoin, et nous finissons par jeter.

Les initiatives “anti gaspi”

> Monoprix signe de nouveaux partenariats pour continuer sa lutte contre le gaspillage alimentaire. L’enseigne s’associe avec la start-up Optimiam, qui propose aux utilisateurs de son application des offres promotionnelles sur des produits arrivant à la date de péremption. Monoprix souhaite également donner une seconde vie à ses fruits invendus en les donnant à la marque de confiture Re-Belle.

> La Fondation Carrefour quant à elle organise 5 buffets “anti-gaspi” dans 5 villes de Frances (Montesson, Bordeaux, Lille, Aix-en-Provence et Lyon) avec des chefs de renoms tels que Adel Dakkar ou Ghislaine Arabian. Ils ont pour mission de réaliser un buffet à partir des aliments éloignés de rayons et de la vente avec comme cuisiniers des travailleurs en insertion du traiteur solidaire partenaire (Baluchon, La Table de Cana, Les Paniers de la mer et La Tablée des Chefs).

> Les Banques Alimentaires saluent leurs chiffres de la collecte 2016. 65 000 tonnes ont été sauvées du gaspillage alimentaire pour bénéficier à 1,9 million de Français. Le réseau d’aide alimentaire a remarqué une hausse de 10% des ramassages en supermarchés depuis janvier, ce qui aurait permis de distribuer au total 210 millions de repas.



 

Sources : Zéros-Gâchis, FAO, ADEME, Ministère de l’Agroalimentaire

, , , , , ,