[EAU]Greenpeace appelle à la protection du récif de l’Amazone, à peine découvert

[EAU]Greenpeace appelle à la protection du récif de l’Amazone, à peine découvert
Après la découverte d’un récif corallien de 1 000 km de long entouré de mystère au large de l’embouchure de l’Amazone, l’ONG Greenpeace appelle à la protection de ce trésor naturel, face à la menace des grandes compagnies pétrolières.


Un récif à la diversité impressionnante, malgré des conditions extrêmes

 

Son existence était soupçonnée dès les années 70, elle vient enfin d’être confirmée par la communauté scientifique. Un récif corallien s’étend sur 1 000 km au large de l’embouchure du fleuve Amazone, entre la Guyane et le Brésil. Entouré de mystère, ce récif interpelle les scientifiques. Par son environnement, d’abord : il est situé entre 30 et 120 mètres de profondeur, dans des eaux chargées de sédiments, là où aucun corail n’est censé pouvoir survivre. Par sa biodiversité ensuite, qui s’annonce bien plus étendue que prévu après une première mission d’observation  sous-marine organisée par Greenpeace fin janvier, et les nombreuses espèces inconnues qu’il pourrait abriter.

 

Un écosystème unique au monde menacé par l’industrie pétrolière

 

Mais aussi extraordinaire qu’il soit, ce récif unique au monde est déjà menacé. Les groupes pétroliers Total et BP envisagent en effet de mener des forages d’exploration à seulement quelques kilomètres de la zone où il été découvert. Des opérations potentiellement catastrophiques, risquant de provoquer des fuites de pétrole, qui seraient dramatiques pour le récif comme pour la mangrove de l’embouchure de l’Amazone. Afin d’alerter le grand public et d’inciter les compagnies pétrolières à abandonner leur projet, Greenpeace a lancé une pétition en une dizaine de langues, que vous pouvez signer ici. L’ONG a également contacté directement les entreprises pour leur indiquer la présence du récif, sans toutefois obtenir de réponse.

, , , , , ,