[CHIFFRES] Baromètre Aviva et la Ruche : les entrepreneurs sociaux ont le moral

[CHIFFRES] Baromètre Aviva et la Ruche : les entrepreneurs sociaux ont le moral
Le moral des entrepreneurs sociaux est plutôt bon, et devrait même s’améliorer dans les temps à venir. Telle est la conclusion générale du deuxième Baromètre du Moral des Entrepreneurs de l’ESS lancé par OpinionWay pour Aviva et La Ruche. Détails.




Un jeune homme provincial, le profil type de l’entrepreneur social

 

Aviva et La Ruche, en partenariat avec le Mouves, INCO et les UP Conférences, ont établi le deuxième Baromètre du Moral des Entrepreneurs de l’Économie Sociale et Solidaire. L’occasion aussi de dresser le profil des entrepreneurs sociaux. On remarque ainsi que ces derniers sont en majorité des hommes (64 %), jeunes (76 % ont moins de 50 ans, et un tiers moins de 35 ans), originaires de province (60 %). Travaillant plutôt au sein de petites structures (comptant moins de 5 collaborateurs pour 54 % d’entre eux), les entrepreneurs sociaux agissent pour près d’un tiers en faveur du lien social, de l’inclusion et de la citoyenneté.

 

Un moral au beau fixe, mais des doutes quant à la politique

 

Globalement, les entrepreneurs de l’ESS se portent bien : 53 % estiment que leur moral est meilleur qu’en 2015, 78 % que leur moral est bon en 2017, et 72 % que leur moral va encore s’améliorer en 2018. Une situation due à la bonne marche de leur entreprise (54 %) et au fait de pratiquer une activité qui a du sens (36 %). Parmi les facteurs susceptibles d’influencer de manière négative leur moral, ils citent en premier les problématiques de financement (69 %). Enfin, les entrepreneurs sociaux sont 65 % à ne pas se sentir écoutés par les pouvoirs publics et seulement 17 % à avoir confiance en la politique, même s’ils sont près de la moitié à penser que l’entrepreneuriat social est un enjeu majeur de l’élection présidentielle. Des chiffres qui font écho au baromètre Convergences, paru il y a quelques mois.

, , , , , , , ,