Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[LU] Une tribune pour inciter les entreprises à investir dans la citoyenneté

[LU] Une tribune pour inciter les entreprises à investir dans la citoyenneté
Jean-Paul Bailly, Mercedes Erra et Henri Lachmann, appartenant au réseau Les Entreprises pour la Cité, signent une tribune dans Les Échos pour encourager le secteur privé à réaliser des investissements citoyens. RSE, mécénat, dons, soutien aux acteurs de l’ESS, autant de leviers précieux pour l’intérêt général, à portée de mains des entreprises.


Les entreprises : nouvel acteur clé de l’intérêt général ?

Les récents résultats de l’Observatoire de l’intérêt général sont clairs : 7 Français sur 10 estiment que les entreprises doivent intervenir davantage pour le bien de tous. Klesia lançait également le mois dernier le Cercle de l’intérêt général, réunissant 11 dirigeants, afin de réfléchir aux modalités d’implications du secteur privé. Dans cette même dynamique, Jean-Paul Bailly, Mercedes Erra et Henri Lachmann appellent les entreprises à favoriser leurs investissements citoyens. Ces derniers sont devenus, selon ces trois professionnels, « des outils au service de la transformation et de la performance de nos entreprises, de nos sociétés. » 

 

RSE, mécénat et fondations d’entreprises

Si les moyens d’agir sont nombreux et connus, qu’il s’agisse des politiques de RSE, des actions de mécénats ou de la création de fondations d’entreprises, la tribune publiée dans Les Échos invite à généraliser ces pratiques et souligne les conséquences positives de ces dernières : « Les entreprises qui placent l'impact social au coeur de leur stratégie sont les plus performantes et les plus innovantes dans la durée. » Loin d’une vision d’un engagement qui serait couteux, Jean-Paul Bailly, Mercedes Erra et Henri Lachmann, livrent donc un plaidoyer pour l’implication du secteur privé en faveur de l’intérêt général. Une politique solidaire débouchant sur des « innovations sociales décisives », d’autant plus nécessaire face aux urgences sociales qui se multiplient et que l’État peine à palier seul.

 

Des investissements citoyens au-delà du secteur non-lucratif 

Au-delà des modalités traditionnelles d’engagement des entreprises, les trois professionnels prennent aussi la plume pour valoriser d’autres moyens d’agir. De nouvelles responsabilités se présentent aux dirigeants des groupes performants. Plus qu’une simple politique de mécénat, il est en effet possible de « soutenir des startups innovantes, des acteurs de l’entrepreneuriat social, des intrapreneurs » et « d’être les promoteurs de marchés plus inclusifs, de produits solidaires, d’une finance responsable. » Un défi d’ordre éthique lancé aux entreprises par Jean-Paul Bailly, Mercedes Erra et Henri Lachmann, qui plaident définitivement pour une économie plus responsable

 

, ,