Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

La science en mouvement à l’Exploradôme

La science en mouvement à l’Exploradôme
Aborder la science par l’expérimentation et le jeu ? C’est la méthode pédagogique choisie par l’Exploradôme pour s’adresser à tous les publics, quelles que soient leurs dispositions. Cette année, trois nouveaux dispositifs développés en exclusivité par la structure seront proposés en exposition itinérante dans toute la France.


 

 

 

« Il est interdit de ne pas toucher ! »

Il ne devrait pas y avoir de prérequis pour partir à la découverte de la science. A Vitry-sur-Seine, l’Exploradôme met littéralement en scène le savoir scientifique. Dans son espace interactif et ludique, les enfants de tous horizons explorent les phénomènes en manipulant des dispositifs ingénieux. Chacune de ces « manip’ » est une démonstration intuitive et spectaculaire. On touche, on tourne, on appuie, on observe le résultat… on apprend.

Car de l’interactivité naît l’envie de comprendre. Comme l’explique Nicolas Mangeot, directeur adjoint de la structure, l’intention est d’« ouvrir les esprits pour aller plus loin et avoir un réel apprentissage. ». La science est ici une discipline vivante, qui se manifeste de manière très concrète. Plus surprenant : elle se révèle vecteur d’émotions et de sensations. « On cherche à susciter un rapport positif à la science. Nos visiteurs doivent pouvoir se dire en sortant, la science c’est beau et étonnant. »

Une nouvelle thématique : les ondes

Concevoir et proposer de nouvelles expériences interactives est l’un des fondamentaux de l’Exploradôme. Cette année, le choix s’est porté sur le phénomène des mouvements ondulatoires. Le thème est décliné en trois démonstrations spectaculaires, autour de l’air, de l’eau et de la lumière.

L’une d’entre elles a d’ailleurs fait l’objet d’une collaboration étroite avec le sculpteur de métal Ulysse Lacoste. Le choix de l’artiste a été décidé par un jury, auquel a participé la Fondation SNCF. « L’objectif premier, rappelle Nicolas Mangeot, est de susciter une expérience visiteur qui soit marquante, et qu’il y ait du jeu pour que le jeune visiteur passe du temps sur le dispositif. La compréhension des phénomènes se fait soit de manière autonome, soit avec un médiateur qui peut apporter des petites graines de science. »

Soutenu par la Fondation SNCF, le projet partira à la rencontre d’un large public

Depuis le début de l’année, l’équipe de l’Exploradôme s’est concentrée sur le développement et la fabrication des trois prototypes en ateliers. « Ça reste des exemplaires uniques, précise Nicolas Mangeot. Le prototypage demande du temps, de l’encadrement, beaucoup de préparation. Et pour nous, ça fait vraiment partie de l’aventure humaine de toute une équipe. ». Dès la fin du mois de juin, un premier test devrait être mené auprès des visiteurs à Vitry.

Puis, dans un second temps, les manip’ partiront en exposition itinérante à travers la France. Elles seront proposées totalement gratuitement aux médiathèques et aux centres de sciences, en plein cœur des territoires. Chaque étape durera deux ou trois mois. Le soutien de la Fondation SNCF, bi-annuel, vient non seulement financer la fabrication des trois expériences interactives, mais aussi la formation d’intervenants locaux pour assurer un relai auprès des visiteurs.

L’exposition vise en particulier les publics éloignés de la culture scientifique. D’une part pour des raisons sociales. C’est là que la pédagogie par la manipulation prend tout son sens : « on a des enfants en difficulté scolaire qui vont se trouver très à l’aise sur ces dispositifs, explique Nicolas Mangeot. Ils ont des idées de détournements et d’applications. Ca résonne avec des choses qu’ils ont pu voir. » D’autre part pour atteindre les zones plus rurales. « Le dispositif pourrait très bien être accueilli par la médiathèque d’une petite commune. »

L’Exploradôme souhaite que chacun puisse s’approprier la science et faire le lien avec des expériences vécues au quotidien, en famille ou en classe. « Car finalement, la connaissance c’est ça ! »

 

 

 

, , , ,