Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Deux footballeuses du PSG reversent 1 % de leur salaire à Common Goal

Deux footballeuses du PSG reversent 1 % de leur salaire à Common Goal
Deux joueuses espagnoles du Paris Saint-Germain, Veronica Boquete et Irene Parades, sont les premières en France à rejoindre l’initiative Common Goal, créée par le footballeur Juan Mata en août 2017. En reversant chacune 1% de leur salaire ou revenus à un fonds collectif soutenant des associations caritatives à travers le monde, elles rappellent que la philanthropie n’est pas toujours une affaire de gros sous, ni le terrain de jeu privilégié des millionnaires.


 

Une donation symbolique

La générosité n’attend pas le nombre des zéros derrière la virgule. Si les salaires de Veronica Boquete et Irene Parades sont nettement inférieurs à ceux de leurs homologues masculins au PSG, elles sont néanmoins les deux premières sportives, tous genres confondus, à relever le défi lancé par leur homologue espagnol Juan Mata à travers le projet Common Goal : reverser 1 % de leur salaire pour la bonne cause. Un geste fort et symbolique , mais qui témoigne surtout d’une volonté forte, chez les deux joueuses, d’œuvrer pour le bien commun. « Je suis très engagée sur les questions sociétales, je veux contribuer à réduire les inégalités, à façonner un monde plus juste, explique Veronica Boquete, également ambassadrice de l’UEFA pour le développement du football féminin. J’essaye toujours d’aller dans ce sen. Quand j’ai connu Common Goal, j’ai tout de suite voulu rejoindre le mouvement. Nous voulons faire émerger une ‘’conscience sociale’’ et montrer l’exemple. »

Une philanthropie ludique, ciblée et encadrée

Common Goal, rattaché au réseau streetfootballworld et fondé en août 2017 par l’international espagnol Juan Mata, propose en effet les joueurs de redistribuer leur salaire à une association de leur choix. En prenant en compte les sensibilités de chacun, Common Goal a déjà convaincu 34 sportifs à travers le monde. « Les membres sont également aidés par une équipe d’experts de streetfootballworld, qui les guide dans le choix d’une association pertinente, basée sur des critères géographiques et sociétaux », explique Shyamang Goswami, de Common Goal. Et même si la toute jeune fondation ne possède pas encore de données chiffrées précises relatives à son projet, elle estime déjà à plus de 500 000 euros le montant des donations enregistrées à ce jour.

 

, , , , , ,