Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[ENTRETIEN] Ch. de Longevialle, DG du fonds de dotation Solidarity AccorHotels

[ENTRETIEN] Ch. de Longevialle, DG du fonds de dotation Solidarity AccorHotels
Christine de Longevialle est directrice générale du fonds de dotation Solidarity AccorHotels. Elle a fait carrière au sein d'AccorHotels (ex-Groupe Accor), premier opérateur hôtelier en France et l'un des leaders des leaders mondiaux avec plus de 4 100 hôtels dans 95 pays et une quinzaine de marques (Novotel, Formule1, Sofitel...). Le groupe hôtelier rassemble près de 250 000 collaborateurs, parties prenantes des actions solidaires du groupe et du fonds de dotation, dont les projets sont consacrés à la formation et à l'insertion professionnelle.


 

 

Quel parcours vous a menée à la responsabilité de déléguée générale du fonds Solidarité AccorHotels ?

Je travaille depuis vingt-deux ans dans le groupe AccorHotels où je suis entrée après des études de droit et de gestion hôtelière. J’ai donc connu une seule entreprise dans laquelle j’ai exercé beaucoup de métiers. Le fil rouge de ma carrière étant l’envie de rendre service aux autres.

J’ai d’abord rejoint les opérations, dans un hôtel, sous la marque Novotel où j’ai acquis une expérience terrain. Puis je suis allée au siège du Groupe au sein de la Direction de la Communication travaillant plus particulièrement pour le sponsoring et le mécénat. Nous avons à ce moment-là mis en place des partenariats avec des ONG, en particulier Plan International pour parrainer des enfants dans les pays du Sud et la Croix Rouge parce qu’elles avaient une résonance internationale. Nous n’avions alors pas d’axe précis mais proposions aux hôtels d‘être mis en relation avec ces ONG s’ils voulaient faire quelque chose.

En 2007 il a paru assez naturel de mettre en place une fondation d’entreprise. Nous avons alors réalisé une étude auprès des hôtels sur les actions à entreprendre sur le terrain et le sujet de l’insertion professionnelle s’est vite imposé.

Notre fondation s’est alors concentrée sur la lutte contre l’exclusion économique et sociale des personnes en grande précarité par l’insertion professionnelle grâce à la formation et au développement économique. Étant présents dans plus de 95  pays, nous avons décidé de sélectionner des projets en France mais aussi à l’international, et seulement retenu dans chaque pays les projets proposés par des collaborateurs impliqués dans ceux-ci. C’est ce qui fait la spécificité de notre action : tous les projets soutenus sont identifiés, présentés et portés par les collaborateurs du Groupe. Solidarity AccorHotels encourage et soutient leurs engagements solidaires en leur apportant une assistance technique et financière.

 

La fondation ayant été créée pour cinq ans, nous réfléchissions en même temps sur la suite à lui donner. Nous constations alors un engagement très fort des salariés et la volonté de filiales partenaires affiliées mais non AccorHotels de participer à nos actions. En apportant une contribution à une collecte dans un hôtel par exemple. Le statut de fondation ne permettant pas de recevoir des fonds de partenaires ou clients nous avons par conséquent décidé en 2013 de transformer la fondation en fonds de dotation - Solidarity AccorHotels - et j’en suis devenue déléguée générale.

 

Quelles différences entre la fondation d’hier et le fonds de dotation d’aujourd’hui ?

Nous n’avons rien changé mais davantage exprimé notre façon de faire à travers une cause. Avec 250 000 collaborateurs dans le monde, nous avons en permanence un ou deux projets qui arrivent chaque semaine. Après validation des projets par nos instances décisionnaires, on implante le projet avec le salarié référent selon un mode opératoire qui est partout le même. Si nos engagements sont pris pour un an, nous nous adaptons malgré tout au temps nécessaire à la réalisation effective du projet, car on se rend compte que certains projets mettent plus de temps à se mettre en place. Avec le statut de fonds de dotation, nous pouvons aller chercher de l’argent à l’extérieur en créant par exemple des opportunités pour les clients comme avec la carte Le Club AccorHotels, la carte de fidélité du Groupe. Les clients, en se rendant dans nos hôtels, cumulent des points dont ils peuvent décider de  faire don à Solidarity AccorHotels.

Nous constatons que de cette façon nous suivons la courbe des donateurs des ONG et sommes vraiment un acteur du marché associatif. Le groupe AccorHotels abonde à raison de un euro pour un euro en règle générale. Ces opérations rapportant environ 100 000 euros au fonds chaque année, ce sont 200 000 euros qui viennent s’ajouter à la dotation du fonds qui est de 500 000 euros par an. Ce qui nous a permis de financer plus de trois cents  projets en dix ans.

 

Comment voyez-vous le mécénat évoluer ?

En dix ans j’ai vu les choses évoluer. Nous avons vu des partenaires publics être parties prenantes sur un projet. Du coup nous nous connaissons mieux et nous aidons plus efficacement les associations. Nous avons tous notre rôle à jouer et le " travailler ensemble" est devenu très important. Idem dans l'entreprise où nous sommes désormais accueillis comme acteur à part entière. Nous travaillons avec les comités de direction, les équipes des hôtels, pour faire entrer les associations d'insertion au coeur même de l'activité du Groupe. Il y a encore une dizaine d'années on n'osait moins. Mais nous sommes là aujourd'hui pour donner une autre perception du monde de l'entreprise. Nous essayons par capillarité d'infiltrer de la solidarité dans toute les branches de l'entreprise. Et les jeunes qui arrivent aujourd'hui nous y aident par un engagement bien plus grand qu'hier.

 

, , ,