Le mécénat, partie intégrante de la RSE des entreprises

Le mécénat, partie intégrante de la RSE des entreprises
D’après une étude pratique réalisée par Fidal, société d’avocats et 1er cabinet d’affaires européen, avec le soutien technique de Publicis Consultants, agence conseil en communication des entreprises et institutions, pour analyser l’importance du mécénat d’entreprise dans le cadre d’une démarche RSE, il n’y a aucun doute : le mécénat fait partie intégrante de la politique RSE des entreprises. Et elles le revendiquent.


Aujourd’hui, le développement d’une responsabilité sociale est nécessaire à toute entreprise ou institution soucieuse de son image et de sa réputation. Elles sont ainsi nombreuses à s’être engagées dans une démarche de RSE, renforçant leur projet sociétal par une politique de mécénat.

Sur l’initiative et la direction de Stéphane Couchoux, la société d’avocats Fidal a réalisé, en partenariat avec Publicis Consultants ; une étude pratique sur les liens RSE/Mécénat afin d’analyser leur complémentarité et d’illustrer, via des témoignages, les bénéfices de l’engagement sociétal.

Les résultats de cette étude ; réalisée à partir d’un questionnaire et d’une interview auprès de 9 entreprises reconnues pour leur engagement en matière de RSE et de mécénat, ont été dévoilées en décembre.

La responsabilité sociale n’est pas seulement un acte philanthropique dont l’entreprise ne retire aucun bénéfice. Au contraire, en plus de l’impact positif pour la société, la RSE offre également des avantages aux entreprises. Celles-ci l’affirment : elles s’engagent dans une démarche de mécénat pour permettre à leurs salariés de vivre une expérience gratifiante (Société Générale), pour donner une valeur ajoutée à leur marque en se différenciant (Voyageurs du Monde) et pour “nouer des relations durables entre l’entreprise et les communautés” (Eiffage).

En adoptant une démarche responsable, l’entreprise peut espérer véhiculer une image plus positive, plus attractive et plus proche du consommateur. Pour la MAIF, le fait de développer une politique de mécénat améliore ses relations avec les clients et sa réputation. Pour Eco-MED aussi, le mécénat a un impact positif sur son image de marque mais permet aussi de réduire le turnover et de motiver les salariés. De la même façon, Eiffage parle d’attractivité et de lien de confiance avec les consommateurs. Chez Société Générale, le mécénat contribue à “l’amélioration de la productivité, l’esprit d’équipe et le leadership”. Pour Bouygues Construction aussi,  la performance est directement corrélée au mécénat.

Le mécénat est d’ailleurs un volet significatif de l’engagement RSE de ces entreprises. La MAIF et Société Générale affirment que leurs actions de mécénat s’inscrivent clairement dans leur approche de responsabilité sociale. L’agence Voyageurs du Monde a, quand à elle, développé en 2009 une fondation pour soutenir des programmes humanitaires dans les pays dans lesquelles elle opère.

S’il a effectivement un caractère social, le mécénat est également un vecteur d’innovation pour l’entreprise et peut contribuer à l’émergence de nouveaux business models.

ACCORHotels ne s’en cache pas en affirmant que ”la stratégie RSE, avec le mécénat d’entreprise (...) contribuent à renforcer la fidélité de [ses] clients, permettant ainsi à l’entreprise d’en retirer un avantage compétitif". Le mécénat d’ECO-MED lui permet de renforcer sa capacité d’innovation tandis que celui de la MAIF peut permettre à l’entreprise d’entrer en relation avec des partenaires stratégiques.

Le mécénat a donc une double vocation : avoir un impact positif sur la société en agissant pour des causes sociales ou environnementales et améliorer l’image et les ressources de l’entreprise.  N’oublions pas que la défiscalisation du mécénat est très incitative (réduction d’IS de 60%) !

, , , , ,