[DIS FLAVIE] C’est quoi l’upcycling (upcyclage)?

[DIS FLAVIE] C’est quoi l’upcycling (upcyclage)?
L’upcycling, ou upcyclage ou surcyclage est le fait  de récupérer des matériaux ou des produits dont on n'a plus l'usage afin de les transformer.  L’autre terme anglais utilisé est « creative reuse », donc du recyclage créatif, qui transcrit la partie créative et artistique inhérente à l’upcycling. On traduit le terme anglais par recycler par le haut. Le terme a été utilisé pour la première fois par Reiner Pilz dans un article de Thornton Kay en 1994 :  "Recycling, I call it downcycling. They smash bricks, they smash everything. What we need is upcycling, where old products are given more value, not less." On peut traduire cette citation par : "J'appelle downcycling [recyclage par le bas] le recyclage. Ils détruisent des briques, ils détruisent tout. Ce dont nous avons besoin, c'est d'upcycling, pour que les produits inutilisés gagnent de la valeur au lieu d'en perdre." Ainsi, la transformation de ces produits ou matériaux se fait avec une valorisation.


Il s’agissait en effet au départ de redonner un usage autre à des objets et matériaux inutilisés dans leurs chaines de consommation. Aujourd’hui, la valeur ajoutée n’est pas tant dans l’aspect environnemental et responsable, il est dans la valeur ajoutée qui se crée lors de la confection de ces objets. De nombreuses associations sensibilisent à l’upcycling, pour faire de ce concept responsable une tendance. Des cabinets vendent des prestations aux entreprises afin de monter des ateliers collaborateurs autour de l’upcycling.

 

Les entreprises et le mécénat s’y mettent, justement. L’exemple souvent cité est celui de la marque Petit h, upcycling de luxe. La maison Hermès utilise les rebuts (matériaux) de ses ateliers pour créer des objets de décoration et des accessoires. Autre modèle économique, certaines entreprises se sont spécialisées dans l’upcycling de matériaux spécifiques. C’est le cas par exemple de l’entreprise Bilum qui fait des collections d’accessoires à partir des bâches et signalétiques textiles.

 

Dans un format mécénat, on peut citer par exemple l’entreprise Veolia  soutient un projet qui vise à transformer les déchets en objet d’art. L’entreprise explique sur son site : « Cette initiative est née d’une volonté d’engagement commun en faveur de l’économie circulaire. Veolia s’appuie ainsi sur une gestion responsable des déchets avec un schéma plus vertueux : de son côté, Le Carré Bouge promeut des pratiques d’arts appliqués en faveur de l’économie circulaire créative qui, au-delà de l’aspect environnemental, encourage la création d’objets d’art. »

 

Petit secteur économique et business model de quelques enseignes, rassemblant créativité et écologie, le courant de l’upcycling, comme beaucoup d’autres, évolue dans le secteur du non-profit pour devenir un outil de teambuilding ou un sujet de mécénat croisé (développement durable ou art).

 

L'article de Salvo sur Reiner Pilz

, , , , , ,