Aller au contenu principal
Par Le RAMEAU - Publié le 15 mai 2020 - 14:01 - Mise à jour le 15 mai 2020 - 14:01
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

ODD 17 : 7 jours pour agir !

Il y a 7 jours, la députée Cathy RACON-BOUZON et Le RAMEAU remettaient au Secrétaire d’Etat Gabriel ATTAL leur programme de 4 chantiers et 21 mesures pour accélérer les alliances stratégiques entre associations, entreprises et collectivités, et répondre ainsi aux attentes de 81% des Français . Que s’est-il passé depuis ?

Apprendre à « faire alliance » n’est pas une évidence. Pour aider les organisations et les territoires à s’en approprier à la fois les enjeux et les pratiques, Le RAMEAU propose un parcours de 7 jours pour (re)découvrir l’utilité de « jouer collectif », et sa réalité déjà ancrée sur nos territoires.

Comprendre les enjeux pour agir : pourquoi l’ODD 17 ?

Comme le rappelle le schéma du visuel de cet article, la conduite du changement commence par la prise de conscience de la nécessité du changement.  Nous avons aujourd’hui tous pris la mesure des transformations qui s’imposent à nous, et la crise du Covid-19 n’a été qu’un révélateur de l’ampleur du changement qui nous attend.

Dès 2015, les pays se sont engagés à l’ONU pour une réponse systémique à nos défis communs. Il ne s’agissait plus, comme pour le programme précédent, de seulement aider les plus fragiles, mais plus structurellement de modifier nos modes d’actions pour tenir compte structurellement de cette fragilité. Autrement dit, il était alors admis qu’il n’était plus possible d’arbitrer entre économie et intérêt général, mais d’articuler ces deux faces de la même pièce afin de pouvoir tout à la fois réduire les fragilités et faire émerger de nouveaux moteurs de développement économique durable. L’ère du « ou » devait donc laisser place à celle du « et ». Les Objectifs du Développement Durable marquent une réelle avancée dans notre capacité à avoir un cadre commun non seulement des enjeux, mais surtout des objectifs à atteindre à horizon 2030 si nous voulons préserver l’Humanité.

Conscients du « saut quantique » à réaliser, les pays ont ajouté aux 16 objectifs thématiques offrant un panorama systémique des besoins, un 17ème objectif de moyen : « jouer collectif ». Parfois un peu rapidement vu comme un « fourre-tout » institutionnel, cette ultime exigence est surtout une nouvelle philosophie politique ; celle des alliances stratégiques entre « mondes » qui se méconnaissaient, voire se défiaient. L’urgence d’agir et l’ampleur des défis qu’aucun ne peut traiter seul imposaient une nouvelle règle du jeu… ou plutôt une fin des arrogances du « je » !

4 ans après, en septembre dernier, le Président de la République est allé à l’ONU pour rendre compte des avancées et présenter la « feuille de route ODD » pour la France. Un constat s’est alors imposé à tous : la France est loin d’être en avance… et encore moins sur l’ODD 17 qu’elle ne maitrise culturellement pas.

La crise du Covid-19 doit être l’occasion de nous engager à la fois individuellement et collectivement à faire de la co-construction du bien commun un enjeu partagé. Les études de l’Observatoire des partenariats, créé en 2008 par la Caisse des Dépôts et Le RAMEAU, prouvent à la fois qu’il y a une forte attente de toutes les parties prenantes (citoyens, élus, dirigeants d’entreprise, responsables associatifs, bénévoles, salariés…), mais aussi une réalité de terrain beaucoup plus incarnée que nous n’en avons conscience collectivement. Le « Collective Impact » (… cela fait toujours bien à Paris d’utiliser des expressions anglaises, pardon pour mes amis des Territoires, mais vous me comprenez !) à la Française existe bien. Nos spécificités bien marquées sont autant d’atout pour réussir à relever nos défis communs. Il nous faut commencer par le (re)connaitre et le valoriser en étant à l’écoute du mouvement de co-construction qui s’incarne sur les territoires.

Après 14 ans de recherche empirique sur les alliances stratégiques au service du bien commun, et 12 M€ d’investissement (8 M€ en R&D et 4 M€ pour rendre accessible les résultats en accès libre), Le RAMEAU est légitime pour témoigner que le « jouer collectif » n’est pas un mythe ; c’est une réalité à l’œuvre sur laquelle nous devons nous appuyer. Il s’agit non seulement de sortir plus rapidement de la crise actuelle, mais surtout de réussir le challenge de la décennie qui nous reste pour accomplir les ODD.

 

Facteurs clés de succès : ne nous trompons pas de combat, « tout ce qui brille n’est pas de l’or » !

L’urgence pour « faire alliance » c’est d’outiller les organisations et les territoires. Mais attention à la méthode. Les mots magiques, les discours incantatoires, les boites à outils miracles, les exigences normatives n’y feront rien ! Nous devons susciter l’engagement pour une conduite du changement efficace.

Le chemin de la conduite du changement est connu depuis longtemps (cf. visuel de cet article). Il nous faut « juste » le courage de nous y engager à la fois individuellement et collectivement. Il faut que tous s’approprient l’océan d’opportunités du « jouer collectif ». Pour cela, il est essentiel d’aider chacun à préparer sa propre traversée. Cette dernière sera une alchimie entre sa propre responsabilité (le « devoir »), ses capacités (le « pouvoir ») … et ses envies (le « vouloir »). L’équilibre entre les 3 est à la fois complexe et évolutif dans le temps. Il n’y a donc pas d’autoroute de l’ODD 17, mais une multitude de routes distinctes et complémentaires. C’est ce maillage qui rend la co-construction à la fois complexe… et pertinente.

C’est en effet la redécouverte du « bon sens », tant en termes de valeurs que de direction : il n’existe pas UNE solution qui s’impose à tous, mais une diversité de réponses en fonction des réalités de terrain. L’enjeu n’est pas de savoir quelle est la solution la plus performante, mais bien comment articuler une multitude de réponses pour être collectivement pertinent.

Alors comment naviguer dans cet océan des alliances stratégiques sans se prendre de front le premier récif ? Comme tout bon marin, il faut des outils mais surtout avoir d’abord fixer son cap. Le RAMEAU propose un parcours en 7 escales pour (re)découvrir l’Art de « faire alliance ». L’idée est en fait assez simple. Pour se préparer à agir en toute sérénité, il faut des faits, des chiffres, des exemples, des outils, des méthodes, des choix et des actes.

 

7 jours pour se préparer à agir : le mode opératoire de l’ODD 17

Tout l’Art de « faire alliance », comme celui de la navigation, se trouve dans la préparation. Pour piloter un bateau, il faut un permis. Nous vous proposons donc un parcours de 7 jours pour apprendre à piloter une alliance.

Que vous soyez un acteur de terrain, un acteur de l’ingénierie nationale ou territoriale, une institution ou un chercheur, ce parcours est fait pour vous. Testez-le, et n’hésitez pas à nous partager vos convictions et vos retours d’expérience pour que le parcours proposé s’enrichisse de vos propres découvertes.

1er jour : Connaitre son Cap (se baser sur des faits objectifs) : le programme de 4 chantiers et 21 mesures, issu de la mission ministérielle « accélérer les alliances stratégiques entre associations, entreprises et collectivités », propose un Cap collectif pour relever ensemble le défi de faire de la France en 3 ans un éclaireur en matière d’ODD 17. 

2ème jour : Maitriser sa boussole (savoir où trouver les données nécessaires) : l’Observatoire des partenariats vous propose une série de données utiles pour une aide à la décision territorialisée :

3ème jour : Identifier les balises pertinentes (s’inspirer des exemples probants) : la base de données IMPACT – Pratiques innovantes recense plus de 350 études de cas d’alliance. La diversité des exemples permet à chacun de s’identifier à ses « pairs », et d’étudier le cheminement qu’ils ont parcouru.

4ème jour : Apprendre à utiliser le sextant (disposer des outils pour s’informer, se former et agir efficacement) : issu de la mission ministérielle sur l’accélération des alliances stratégiques, le kit « l’ODD 17 en pratique » a été construit pour mettre tous les outils nécessaires pour conduire une démarche d’alliances stratégiques autour de l’ODD 17 : pourquoi & au service de quoi « faire alliance » ? Comment faire concrètement ? Qui peut témoigner des impacts réels de ces nouvelles alliances et de la diversité des modèles d’alliance ? Quelles sont les boîtes à outils qui peuvent m’aider (sur les partenariats association-entreprises, sur la co-construction territoriale, sur l’innovation sociétale partagée, sur l’engagement des salariés et sur l’appropriation des ODD) ?

5ème jour : Expérimenter la carte de navigation (s’approprier les méthodes pour agir en étant à l’écoute du retour d’expérience des « pionniers ») : le Réseau des pionniers des alliances en Territoire vous propose la plateforme pédagogique « l’innovation territoriale en actions » pour expérimenter vos premières navigations. Les 350 « catalyseurs territoriaux » vous invitent à partager leurs expériences en participant au prochain webinaire « les exemples inspirants de co-construction territoriale », le 28 mai prochain, de 13h à 14h.

6ème jour : Définir ses escales (se positionner dans un écosystème déjà riche d’initiatives innovantes) : en partenariat avec la Médiation des entreprises, Le RAMEAU a mis à votre disposition la capitalisation réalisée depuis le 20 mars dernier sur les analyses de besoin des acteurs de territoire, ainsi que sur les programmes d’urgence & de relance pour répondre aux acteurs/actions d’intérêt général. Ces données sont actualisées toutes les semaines :

7ème jour : Partager ses souvenirs (capitaliser ses pratiques pour en faire bénéficier aux autres) : après une navigation qui n’est jamais un « long fleuve tranquille », il est utile de relire le chemin parcouru et de le relier aux expériences des autres pour à la fois partager ce que l’on a vécu et s’enrichir de l’expérience des autres. La co-construction du bien commun est une démarche apprenante où chaque jour où nous n’apprenons rien est un jour perdu. C’est un cheminement loin des arrogances pour inventer ensemble des réponses pertinentes face à nos défis communs. Du « wishful thinking » (… désolé encore pour mes amis des Territoires !) ? Non, une réalité déjà à l’œuvre en France. Si vous avez un doute, c’est que vous n’avez pas encore lu le livre collectif « Bien commun : vers la fin des arrogances ! », et celui de la Fondation pour la co-construction du bien commun « l’Alchimie du bien commun ». Mais, si vous voulez vous en convaincre par vous-même, faite en l’expérience, quel que soit votre chemin, vous ne le regretterez pas.

Vous souhaitez commencer dès maintenant votre parcours, alors rendez-vous sur le site du Ministère de l’Education Nationale pour découvrir le carnet de bord du 1er jour, puis ensuite laissez-vous guider par vos propres intuitions. Bonne navigation dans l’océan des opportunités de la co-construction du bien commun. Elle en vaut la peine, et nous permettra collectivement de faire le « pari de la confiance ».

 

Charles-Benoît HEIDSIECK, Président-Fondateur du RAMEAU

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer