Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[POSITIVONS] En Finlande, le gouvernement aide à loger les SDF

[POSITIVONS] En Finlande, le gouvernement aide à loger les SDF

Redonner le goût de l’initiative aux chercheurs d’emploi

Redonner le goût de l’initiative aux chercheurs d’emploi

[DERNIÈRE MINUTE 42] Les brèves mécénat, association et intérêt général

[DERNIÈRE MINUTE 42] Les brèves mécénat, association et intérêt général

[QUOI DE NEUF ?] L’Actualité des événements du mécénat et des assos 20/10-5/11

[QUOI DE NEUF ?] L’Actualité des événements du mécénat et des assos 20/10-5/11

Carenews, l'actualité des associations, du mécénat et de la philanthropie

Les Fondations Velux, mécènes de l’association Acta Vista

Les Fondations Velux, mécènes de l’association Acta Vista

Désireuses d’étendre leur champ d’action dans le domaine social, les Fondations Velux effectuent un don de 2 millions d’euros en faveur d’Acta Vista, une association d’insertion de personnes en difficulté par la formation aux métiers du patrimoine.

 

 

Un don de deux millions d’euros sur trois ans

Historiquement engagées en faveur de la préservation du patrimoine français, les Fondations Velux ont choisi d’étendre leur champ d’action au domaine social. C’est pourquoi elles se lancent dans une action de mécénat en faveur de l’association Acta Vista, dont l’objet est l’insertion de personnes en difficulté par la formation aux métiers du patrimoine. Dans ce cadre, une contribution de 2 millions d’euros sera versée par les Fondations Velux sur une durée de 3 ans, de 2017 à 2019. Ce don vise à couvrir une partie des coûts des opérations déjà menées par l’association, mais aussi une partie des frais d’ingénierie nécessaires au développement national de nouvelles opérations.

 

Réinsérer les personnes très éloignées de l’emploi

Acta Vista s’emploie à insérer dans le tissu économique et social des personnes très éloignées du monde du travail, en les formant sur des chantiers de restauration de bâtiments emblématiques du patrimoine régional. Les hommes et les femmes soutenus par l’association sont embauchés pour une durée maximum de 12 mois, pendant lesquels ils bénéficient d’une formation qualifiante, acquièrent des gestes professionnels concrets et sont suivis individuellement pour résoudre d’autres obstacles éventuels à leur insertion (problèmes de santé, difficulté d’apprentissage du français, à trouver un logement, etc.). Au total, ils sont 2/3 à trouver un emploi ou intégrer une formation complémentaire en adéquation avec leur projet professionnel après leur expérience avec l’association.

[MERCATO] Professeur Daniel Scherman, directeur de la fondation Maladies Rares

[MERCATO] Professeur Daniel Scherman, directeur de la fondation Maladies Rares

Le Président du Conseil d’Administration de la Fondation Maladies Rares, le Professeur Jean-Louis Mandel, vient d’annoncer la nomination du Professeur Daniel Scherman au poste de directeur.

 

Cette nomination a pris effet en ce mois d’octobre et celui qui en bénéficie n’est autre que le futur lauréat du Grand Prix de l’Académie des Sciences Emilia Valori de novembre 2017. Le professeur Daniel Scherman est un ingénieur ancien élève de l’Ecole Polytechnique et actuellement Directeur de Recherche de Classe Exceptionnelle au CNRS parmi une multitude d’autres fonctions prestigieuses. ll est l’auteur de quelques 450 articles et a mené 115 conférences invitées à des Congrès internationaux. C’est donc un ponte de la recherche appliquée chimique et biologique qui est désormais aux manettes de la fondation Maladies Rares.

 

La Fondation Maladies Rares s'engage depuis 6 ans aux côtés des chercheurs pour faire avancer la recherche médicale française sur les maladies rares. Elle a financé plus de 270 projets pour plus de 7 millions d'euros alloués. Près de 7000 maladies rares sont actuellement référencées à ce jour, la plupart sont d'origine génétique. Une maladie rare atteint moins d'une personne sur 2000. Dans la plupart des cas, la personne touchée ne reçoit pas de diagnostic approprié, ne bénéficie pas d'un traitement adapté et souffre d'un isolement progressif. Plus de 3 millions de personnes sont concernées en France.

#Dutilitécitoyenne : réduction des contrats aidés, l’inquiétude des associations

#Dutilitécitoyenne : réduction des contrats aidés, l’inquiétude des associations

Les décisions inscrites au Projet de Loi de Finances prévu pour 2018 en matière de contrats aidés va impacter à la fois les personnes en quête d’insertion qui en bénéficient, les associations, et les citoyens touchées par les actions de ces dernières. Réaction du Mouvement Associatif à travers une campagne.

 

La campagne #dutilitécitoyenne en faveur des contrats aidés 

 

À la vue de l'inquiétude du secteur associatif face à ces décisions, une campagne de mobilisation a été lancée. Initiée par le Mouvement Associatif, et portée par le mot d’ordre #dutilitécitoyenne, cette campagne est centrée sur des témoignages. Des mots, donc, en réponse à l’approche uniquement comptable faite par le gouvernement, pour illustrer l’utilité sociale des contrats aidés.

En effet, la réduction du budget est significative : 41,6 %. Le budget passe de 2,4 milliards d’euros en 2017 à 1,4 milliard prévu en 2018. Les contrats aidés sont la cible d’une politique de réduction depuis plusieurs années. Néanmoins, une compensation a été annoncée par le gouvernement le 25 septembre 2017. 14 milliards d’euros vont être consacrés, sur cinq ans, à l’élévation des compétences d’un million de chômeurs peu qualifiés et d’un million de jeunes éloignés de l’emploi.

Il n’empêche qu’avec cette campagne, le MA appelle chacun à prendre conscience de l’apport de ces contrats pour les personnes éloignées de l’emploi, et plus généralement de l’impact bénéfique des activités associatives à leur quotidien. Les contrats aidés, comme cette campagne, sont des facteurs de solidarités. 

 

 

À propos du Mouvement Associatif

Porte-voix des dynamiques associatives, le Mouvement associatif rassemble plus de 600 000 associations (soit 1 association sur 2 en France), réunies au sein de différentes organisations thématiques. Son ambition est de favoriser le développement d’une force associative utile et créative. Le Mouvement associatif intervient sur quatre grands axes de réflexion et d’action : l’engagement, l’économie, l’action publique et l’emploi.

Arborer une belle moustache et faire un don : Movember signe son grand retour

Arborer une belle moustache et faire un don : Movember signe son grand retour

Pour la sixième année consécutive, les hommes et les femmes doivent laisser pousser leur moustache en novembre dans le cadre de l’opération Movember. Ils sont également invités à se lancer un défi et à faire un don pour défendre la santé masculine.

 

 

 

 

Movember, de la moustache aux programmes de recherche

 

Il est né d’une idée farfelue, s’est transformé en mouvement de foule pour se convertir en première ONG internationale dédiée à la santé masculine. Movember, phénomène présent en France depuis 5 ans, est sur le point de vivre sa 6e édition. L’objectif : se laisser pousser la moustache et se mobiliser pour augmenter l’espérance de vie des hommes grâce au financement de 1 200 programmes de recherche sur les maladies masculines telles que les cancers de la prostate et des testicules. Vous voulez vous unir au mouvement et rejoindre les 5 millions de « Mo Bros » et « Mo Sistas » qui ont déjà permis de récolter 597 millions d’euros ? Inscrivez-vous dès maintenant au Movember 2017.

 

Les différentes étapes

 

Une fois inscrit, vous devez attendre le 31 octobre, la veille de votre marathon sans poil, pour vous raser la moustache. Vous pouvez ensuite participer à Movember de différentes façons tout au long du mois de novembre :

- En laissant simplement pousser votre moustache, en la montrant à vos amis (y compris sur les réseaux sociaux) et en les invitant à faire un don sur votre Mo Space ;

- En vous lançant un défi sportif ;

- En organisant un évènement pour sensibiliser sur la santé masculine, par exemple un dîner caritatif ;

- En réalisant directement un don sans être inscrit sur la plateforme*.

* Dons déductibles d’impôts (66 % pour les particuliers, 60 % pour les entreprises)

[LU] Parler de l’échec philanthropique

[LU] Parler de l’échec philanthropique

Dans le cadre d’un dossier « Repenser la philanthropie », Le Temps consacre un article à un entretien avec Michael Green, économiste, ancien haut responsable de l’aide publique britannique dirigeant de Social Progress Imperative à Londres, et co-auteur de Philanthrocapitalism : How giving can save the world, paru en 2009 et non traduit. Il semblerait que le milieu de la philanthropie manquerait de transparence et de capacité à admettre ses échecs.

 

 

En philanthropie aussi, le gaspillage existe

 

Mettre de l’argent là où il ne faut pas n’est pas l’apanage des intérêts privés non philanthropiques. « Chaque dollar gaspillé fait du mal, parce qu’il aurait pu faire du bien », souligne Michael Green. Les fondations aussi, font des erreurs, des erreurs qui peuvent coûter des vies.

 

L’égoïsme philanthropique

 

L’égoïsme en philanthropie se manifeste sous deux formes. Premièrement, Green est catégorique : « le seul critère pour juger la philanthropie, c’est l’impact ». Il prend l’exemple canonique de Bill Gates, qui investit dans des projets sociaux en espérant toujours des retours financiers. Le résultat, c’est l’oubli systématique de causes plus complexes et plus profondes, sur le long terme, comme l’assainissement de l’eau, par exemple.

Deuxième écueil égoïste des philanthropes : oublier l’action des pouvoirs publics. Ainsi, plusieurs fondations commettent l’erreur de croire qu’elles peuvent changer le monde à elles seules, et passent de ce fait à côté de nombre de synergies.

 

Davantage de transparence

 

Ce sont les fondations elles-mêmes qui autodéclarent leurs activités, et elles n’ont pas toutes le même degré de transparence. D’autre part, les systèmes fiscaux varient d’un pays à l’autre. On arrive alors au contraste suivant : l’OCDE estime la participation de la philanthropie aux pays en voie de développement à 7,6 milliards de dollars par an alors que le Hudson Institute l’avait estimé à… 60 milliards de dollars. Douche froide. Impossible de donner un chiffre précis « et c’est bien là un des problèmes de la philanthropie, qui doit vraiment être plus transparente », regrette Michael Green.

 

« Arrêter l’autocongratulation » et parler de ce qui ne va pas

 

En conclusion, nous dirons avec Michael Green que la solution se trouve dans l’humilité et la fin des tabous. L’auteur pointe du doigt un problème majeur de la philanthropie contemporaine selon lui : la difficulté à accepter les échecs philanthropiques. Il déplore les tabous qui conduisent les acteurs du monde philanthropique à n’avoir de cesse de pratiquer « l’autocongratulation » et à taire les défaites. Par exemple, Mark Zuckerberg a tenté en 2010 de révolutionner le système éducatif de la banlieue pauvre de New York, Newark. En voulant aller trop vite et en ne daignant pas consulter la population, ce fut un échec cuisant. Fort des leçons enseignées à cette occasion, l’illustre patron de Facebook retente l’expérience en 2014 plus raisonnablement. Encourager et libérer la parole, voilà ce qui ferait des événements du secteur des moteurs pour la suite. Si, dans ces événements, les philanthropes parlaient autant de ce qui fonctionne que de ce qui ne fonctionne pas, des leçons seraient apprises pour la suite et il y aurait moins d’échecs.

 

[POSITIVONS] En Finlande, le gouvernement aide à loger les SDF

[POSITIVONS] En Finlande, le gouvernement aide à loger les SDF

Dans le cadre de sa politique « un logement d’abord », la Finlande aide à loger les SDF, afin qu’ils puissent se réinsérer dans la société. Une politique qui porte ses fruits, et qui permet d’économiser 15 000 euros par an et par personne.

 

 

 

 

Le programme « Un logement d’abord », pour pouvoir se réinsérer ensuite

 

Alors qu’en France, le nombre de personnes sans domicile fixe a augmenté de 50 % entre 2001 et 2012, jusqu’à atteindre 141 500, en Finlande, les SDF sont passés de 20 000 dans les années 80 à seulement 6 644 actuellement. Une évolution positive, qui découle directement de la politique locale « un logement d’abord ». Portée par les ministères finlandais de l’Environnement, de la Finance, ainsi que des Affaires sociales et de la Santé, celle-ci a pour objet d’aider les personnes complètement sans domicile depuis un an ou de façon répétée durant trois ans à disposer de leur propre logement, afin de pouvoir remettre un pied dans la société.

 

Transformer les refuges en appartements et construire de nouveaux logements

 

En 2008 est lancé le programme Paavo, visant à la rénovation des centres d’accueil finlandais en appartements une ou deux pièces et à la construction de milliers de nouveaux logements, à destination des SDF. Au total, cette opération a coûté 240 millions d’euros en huit ans, mais permis d’économiser 15 000 euros par an et par personne (de frais de prison, de santé, d’urgence...). Les personnes qui accèdent à l’un de ces logements, tous équipés d’un mobilier basique et d’une connexion à internet, payent un loyer, parfois grâce à des aides de l’État. Elles y trouvent une certaine stabilité, première étape pour se défaire de leurs éventuelles addictions (alcool…) et pouvoir se réinsérer dans la société.

[QUOI DE NEUF ?] L’Actualité des événements du mécénat et des assos 20/10-5/11

[QUOI DE NEUF ?] L’Actualité des événements du mécénat et des assos 20/10-5/11

[DERNIÈRE MINUTE 42] Les brèves mécénat, association et intérêt général

[DERNIÈRE MINUTE 42] Les brèves mécénat, association et intérêt général

Toutes les infos en bref qui font rayonner l'intérêt général ! Cette semaine, des ONG appellent l’ONU à se re-mobiliser pour la crise en Centrafrique, Brigitte Macron redevient professeure pour un jour, le Prince Harry et la fondation Obama s’investissent pour le changement.

 

 

Initiatives

L’association Princesse Margot finance un IRM innovant pour les enfants hospitalisés à la fondation Adolphe de Rothschild pour des pathologies de l’oeil et du cerveau. Le 11 octobre 2017, Muriel Hattab, sa présidente, a remis un chèque de 36 000 euros pour contribuer à l’amélioration de la prise en charge et du bien-être des enfants et adolescents patients.

Pour un Sourire d’Enfant (PSE) inaugure en ce mois d’octobre un stade de football à Phnom Penh au Cambodge, réalisé aussi grâce à ses partenaires, la fondation du Real Madrid et SMART, un opérateur mobile du Cambodge.

 

Politique/Société

Eva Joly et José Bové, mais aussi Karima Delli ou encore Michèle Rivasi, ont participé à la campagne “sous la douche” pour interpeller l’Etat et Gérard Collomb sur la situation des migrants à Calais le 16 octobre dernier. Les eurodéputés EELV se mouillent lors d’une série de photos avec une pancarte sur laquelle on peut lire “Plutôt que des douches au Parlement européen, j’en voudrais à Calais”.

Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, a présenté devant les acteurs de l’ESS francilien les changements structurels que la Région souhaite impulser dans le domaine de l’ESS : davantage d’aides, développement des clauses sociales et soutien à Joint-Venture.

 

Action Contre la Faim, Médecins Sans Frontières, Solidarités International lancent un cri d’alarme face à la détérioration de la situation en République Centrafricaine le 19 octobre 2017. L’ONU est appelée à réagir et à donner les moyens de réagir et de renforcer la protection des civils. Il faut se re-mobiliser sur cette crise qui a commencé en 2014 et qui s’enlise.

 

Mécénat/Entreprise

La Cress Paca lance un fonds pour le financement des entreprises de l’ESS. Cette initiative vise à soutenir les entreprises de l’ESS, au sens de la loi du 31 juillet 2014 (entreprises commerciales agréées Esus comprises).     

La fondation Abbé Pierre se mobilise pour les APL en demandant au gouvernement de retirer son projet, d’appliquer l’encadrement des loyers ou encore de ne pas intégrer les logements intermédiaires dans les logements sociaux. ATD Quart Monde en fait de même : sa présidente, Claire Hédon, parle même de “pauvrophobie”.

Le légendaire financier américain George Soros, 87 ans, a transféré une grande partie de sa fortune à sa fondation, Open Society Foundations, créée en 1984 pour promouvoir la démocratie, les droits de l'homme et la liberté de la presse. C’est la deuxième plus riche ONG du monde après la fondation Bill et Melinda Gates.

La Fondation Air France va financer six projets en faveur de l’enfance malade ou handicapée à Montpellier : Cap’A Cité, Halte Pouce, M(ART)MOT, Pic et Collegram, RIRE - Clowns, XXtrem Line Concept.

Le Crédit Agricole, Point Passerelle Nord de France et le réseau SOLIHA des Hauts de France ont signé le 19 octobre une convention de partenariat qui permettra de lutter contre l'habitat indigne et la précarité énergétique. Cette convention mettra en oevure une amélioration des logements modestes et fragilisés par des évènements de vie.

 

People

L’actrice Audrey Fleurot s’engage pour la Fondation Perce-Neige, tout comme Bruno Solo, dans le cadre de la campagne de sensibilisation “On a tous un rôle à jouer”.

Fin octobre, la fondation Obama réuniront à Chicago des célébrités et des jeunes du monde entier. Le Prince Harry, entre autres, participera à ces rencontres sur deux jours qui visent à partager des idées et à organiser des ateliers dans le but d’encourager les jeunes à être les acteurs d’un changement positif dans leurs communautés.

Brigitte Macron, ancienne enseignante, reprend du service pour l’association Ela (Association Européenne contre les Leucodystrophies) ! Lundi 23 octobre, à 14h30, Madame Macron lira en direct sur YouTube un extrait du dernier Prix Goncourt Une Chanson douce de Leïla Slimani. En plus de cela, des personnalités de tous horizons endosseront le rôle de professeur d’un jour dans 2 000 établissement scolaires partout en France. Ces dictées lance la campagne de l’association baptisée “Mets tes baskets et bats la maladie”.

 

Evénements

Alors que le 28 octobre la France passe à l’heure d’hiver, l’association SOS Villages d’Enfants et ses partenaires passent à l'heure de la solidarité ! L’association de défense des droits de l’enfant lance auprès des salariés de ses partenaires, « 1 heure pour 1 enfant »  une opération de mécénat participatif au concept innovant : vous gagnez 1 heure, faites en don à 1 enfant en difficulté.

Depuis le 12 octobre se déroule lla 11e édition du Pasteurdon, la campagne d’appel aux dons pour soutenir la recherche de l’Institut Pasteur, parrainée par Alexandra Lamy.

 

[SHOPPING] Un calendrier de chef pour les 100 ans de la Ligue Contre le Cancer

[SHOPPING] Un calendrier de chef pour les 100 ans de la Ligue Contre le Cancer

1918-2018. La Ligue contre le Cancer a 100 ans et met les petits plats dans les grands pour souffler ses bougies : 12 grands chefs se mobilisent pour un calendrier.

 

 

 

 

À chaque mois son grand chef ou sa grande cheffe au grand coeur. Le photographe David Ken a photographié pour l'occasion Cyril Lignac ou encore, entre autres, Pierre Hermé, afin de concocter ainsi un cadeau solidaire et joyeux pour l'année 2018 qui approche. Ce calendrier, en liant gourmandise et information, sensibilisera à la lutte contre le cancer et viendra rappeler que les enjeux sont grands pour 2018 : développement de thérapies innovantes, lutte contre l'exclusion et la précarisation des victimes, par exemple.

 

Une page est dédiée aux remerciements des 640 000 membres et 13 000 bénévoles de la Ligue contre le Cancer. Et, cerise sur le gâteau, une recette inédite du chef en question est dévoilée. 12 fois plus de raisons de cuisiner de bons gâteaux en espérant que dans 100 ans de plus le cancer ne soit plus qu'un mauvais souvenir.

[FUSAC] Mécénat : Bayonne lance son propre fonds de dotation

[FUSAC] Mécénat : Bayonne lance son propre fonds de dotation

La ville de Bayonne crée son fonds de dotation à vocation culturelle qui aura pour objectif la protection du patrimoine. Ce dispositif a été créé sous l’impulsion de l’ancien directeur du FMI, Michel Camdessus.

 

 

Une réponse au désengagement de l’État

La ville de Bayonne vient de lancer son fonds de dotation. Baptisé « Fonds pour les initiatives solidaires pour l’attractivité et le rayonnement de Bayonne et du Pays basque », cet instrument financier sera destiné à la protection et à la restauration du patrimoine. Cette initiative est née d’une nécessité de trouver d’autres sources de financement, dans un contexte défavorable qui voit les subventions octroyées par l’État diminuer ou disparaître. Le fonds de dotation servira à sauvegarder et à restaurer le patrimoine local, notamment le musée Bonnat-Helleu. Il soutiendra également plusieurs manifestations culturelles telles que la Foire au Jambon, le Didam, l’exposition d’un des musées de la ville, la Fête de la musique et les traditionnelles Fêtes de Bayonne.

 

La présidence du fonds est assurée par Michel Camdessus

Ce nouveau dispositif bayonnais a à sa tête un homme d’expérience, Michel Camdessus. Originaire de Bayonne, il fut directeur du Trésor, gouverneur de la Banque de France et directeur général du Fonds monétaire international entre 1987 et 2000. Agé aujourd’hui de 84 ans, il apportera son savoir-faire et contribuera à consolider la notoriété du fonds de dotation. La première campagne de levée de fonds sera déployée en décembre prochain. Les dons des particuliers et des entreprises donneront lieu à une réduction d’impôt de 60 % (entreprises) et 66 % (particuliers).

L'information en direct des associations et des mécènes