Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Les collectes de dons via Facebook, c'est pour bientôt !

Les collectes de dons via Facebook, c'est pour bientôt !

Orange réaffirme son engagement auprès de l’association Énergie Jeunes

Orange réaffirme son engagement auprès de l’association Énergie Jeunes

[AÀP] Les 3e Creative Awards by Saxoprint en faveur du Restos du Cœur

[AÀP] Les 3e Creative Awards by Saxoprint en faveur du Restos du Cœur

[ENTRETIEN] Augustin Jaclin, cofondateur et président de Lemon Tri et LemonAide

[ENTRETIEN] Augustin Jaclin, cofondateur et président de Lemon Tri et LemonAide

Carenews, l'actualité des associations, du mécénat et de la philanthropie

[DERNIÈRE MINUTE 38] LES BRÈVES MÉCÉNAT, ASSOCIATIONS & INTÉRÊT GÉNÉRAL

[DERNIÈRE MINUTE 38] LES BRÈVES MÉCÉNAT, ASSOCIATIONS & INTÉRÊT GÉNÉRAL

Toutes les infos en bref qui font rayonner l'intérêt général ! Cette semaine, Franckie Vincent sort un titre pour appeler au soutien des personnes touchées par l'ouragan Irma, Stéphane Bern devient "Monsieur Patrimoine" et le musée des Augustins de Toulouse appelle aux dons.

Initiatives

Suite à une collecte organisée, Lidl a pu remettre un chèque de plus de 18 700 euros aux Restos du coeur. En 2016, l’enseigne décide de vendre des cagettes de fruits et de légumes abîmés à 1 euro, dont 50 centimes reversés aux Restos du Coeur. 

Action Enfance lance sa nouvelle campagne de mobilisation pour l’Enfance en danger. L’association qui aide et protège des enfants venus de tous horizons grâce à ses villages d’enfants à cette année choisi de mener une campagne digitale sur son site internet et à l’aide du hashtag #GrandirEnsemble.

 

Politique/Société

Près de 200 000 personnes se sont réunies place de la Concorde à Paris Dimanche dernier pour assister au printemps solidaire. Une vingtaine d’artistes était présent pour appeler le président Macron à consacrer comme prévu 0,7% de la richesse nationale aux questions de solidarité internationale et d’aide publique au développement.

 

Mécénat/ Entreprises

Le musée des Augustins de Toulouse appelle aux dons pour l’acquisition d’une œuvre régionale. En lançant un appel au mécénat participatif, le mdusée espère pouvoir acquérir une sculpture en terre cuite faite par François Lucas et la conserver pour les générations à venir. 

Lors des journées du Courtage, le groupe Henner a souhaité soutenir l’Institut Imagine (Institut de recherche dédié aux maladies génétiques touchant les enfants). C’est autour d’un stand ludique que les courtiers ont frappé le plus fort possible à l’aide d’une mailloche, récoltant ainsi 10 000 euros pour l’association. 

C’est en contribuant à la modernisation des équipements de la salle mythique Richelieu, qu’Audika (spécialiste de l’audition en France) a décidé de devenir mécène de la Comédie-Française. La société équipera cette salle de trois consoles de son, permettant de répondre aux nouveaux besoins de sonorisation. 

 

People

De nombreuses personnalités se sont mobilisées pour appeler à la solidarité après le passage de l’ouragan Irma aux Antilles et en Floride. C’est notamment le cas de Francky Vincent. Oubliée la musicalité du zouk le temps d’une chanson, le chanteur a publié son  titre Irma sur sa page Facebook, dans lequel il appelle au soutien des victimes. 

Emmanuel Macron a nommé Stéphane Bern "Monsieur Patrimoine" de l'Élysée. L’animateur à 6 mois pour finaliser la lettre de mission qui lui a été confiée et le charge de lister les monuments et bâtiments en péril des communes et petits propriétaires. il aura pour objectif de proposer de nouvelles pistes de financement pour ces rénovations, que l'État ne peut plus assumer. Un nouveau rôle critiqué sur les réseaux sociaux avec le hashtag #BernGate, qui tourne en dérision la nomination de Stéphane Bern.

Pour célébrer ses 20 ans de carrière, le groupe Placebo va mettre plus de trois cent pièces aux enchères le 27 septembre. Tous les bénéfices reviendront aux associations caritatives CALM et The Mercy Centre.

 

Événements

Convergences annonce le lancement d’un MOOC le 25 septembre pas l’AFD France sur la transition énergétique dans les pays du Sud. 

Le 30 septembre, GenetiCancer lancera une campagne nationale de sensibilisation sur les cancers génétiques et héréditaires. Le 28 septembre sera projeté un film sur le sujet au Gaumont Opéra de Paris. 

Le 19 octobre au couvent Sainte-Cécile Grenoble seront exposées 68 gravures de Rembrandt, récemment acquises par la Fondation Glénat.

[SHOPPING] Kiehl’s s’allie à Matthew McConaughey pour lutter contre l’autisme

[SHOPPING] Kiehl’s s’allie à Matthew McConaughey pour lutter contre l’autisme

Kiehl’s a lancé une grande campagne de sensibilisation à l’autisme en partenariat avec l’acteur Matthew McConaughey. La marque a notamment créé une édition limitée de son « ultra facial cream », destinée à soutenir l’association Autism Speaks.

 

 

 

 

Une crème en édition limitée pour soutenir l’association Autism Speaks

 

Prenez soin de votre peau cet automne, tout en faisant une bonne action. Depuis la fin du mois d’août, la marque de produits cosmétiques Kiehl's propose une édition limitée de son « ultra facial cream » aux couleurs de l’association Autism Speaks, le plus grand organisme mondial de lutte contre l’autisme. En vous offrant cette crème pour le visage, disponible en boutique et sur l’e-boutique de Kiehl’s au prix de 52 euros le pot de 125 ml, vous soutenez les actions d’Autism Speaks et contribuez ainsi à améliorer le quotidien d’enfants et de familles concernés par l’autisme partout dans le monde.

 

Matthew McConaughey, un acteur engagé dans la lutte contre l’autisme

 

La commercialisation de l’édition limitée de l’ultra facial cream s’inscrit dans une campagne plus large de Kiehl’s en faveur de l’association Autism Speaks, pour laquelle la marque s’est associée à Matthew McConaughey. En plus d’être à l’origine du design du pot de crème, l’acteur apparaît dans une vidéo à partager sur les réseaux sociaux. Dans ce clip, Matthew alerte le public sur l’ampleur que prend l’autisme dans notre société et encourage tout un chacun à parler de la maladie autour de lui. Pour chaque partage de la vidéo, Kiehl’s s’engage à reverser 1 dollar à Autism Speaks.

 

Grand prix Convergences : L’agence du don en nature lauréate 2017

Grand prix Convergences : L’agence du don en nature lauréate 2017

Cette année et pour sa 10e édition, le Grand prix Convergences a vu s’affronter quatre des lauréats des années précédentes. Après avoir eu six minutes pour présenter leur projet solidaire, c’est le public qui a départagé ces quatre lauréats. C’est finalement Stéphanie Goujon, présidente de l’Agence du don en nature qui s’est vu remettre le Prix convergence 2017 par Frédéric Roussel.

 

Changer d’échelle : la nouvelle ambition pour un monde 3 zéros

Le forum mondial Convergences s’est tenu les 4 et 5 septembre dernier. Plus de 5 000 experts ont participé aux 40 ateliers, conférences et événements prévus pour l’occasion. Le prix convergences a (re)mis en lumière les projets répondants aux 17 objectifs de développement durable à atteindre en 2030. Si les anciens lauréats étaient de retour, c’était pour voir l’évolution de leurs actions.

Avant de connaître le résultat s’est tenue une table ronde ayant pour thème « Innovations et partenariats : Comment les changer d’échelle ? » avec des invités de marque pour débattre : Mahmoud Mohieldin (Vice-président de du développement de l’agenda 2030 des Nations Unies), Bettina Laville (présidente du Comité 21), Judith Jakubowicz (Responsable de la durabilité chez Danone, ancienne directrice de Convergences), Tony Meloto ( Fondateur de Gawad Kalinga) et Edda Schroeder (CEO d’Investi in VisionGmbH). 

Chacun leur tour ils ont expliqué comment et pourquoi il fallait changer d’échelle avec des exemples concrets, dans l’optique d’encourager les professionnels à être de plus en plus ambitieux et ainsi avoir un plus fort impact et des actions plus visibles. 

Projet de l’ADN : La redistribution de produits neufs aux plus démunis

C’est l’Agence du don en nature, présentée par Stéphanie Goujon, qui a majoritairement convaincu le public. 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, dont 3 millions d’enfants. En parallèle, des milliers de produits neufs non alimentaires sont jetés chaque année et dont la destruction émet des gaz à effet de serre. L’agence s’est donc donnée par mission d’aider les plus démunis par le don de produits neufs. 

900 000 personnes ont été aidées par l’agence, qui a redistribué l’équivalent de 32 millions d’euros de produits neufs. pour aller encore plus loin, l’agence a créé un site de e-commerce en ligne. Elle a également lancé une campagne autour des objets du quotidien, 7 produits surdimensionnés seront exposés dans les gares et à la Défense et pour chaque photo d’un objet partagé, celui-ci sera offert à une personne démunie. 

Vivre dans un monde plus solidaire : les trois autres projets candidats

Article 1

Benjamin Blavier, co-fondateur d’Article 1 est le premier à avoir parlé de son projet pendant le temps imparti de 6 minutes. Article 1 a décidé de se lancer dans la lutte pour l’égalité des chances après avoir fait le constat qu’entre un élève issu d’un milieu défavorisé et un autre, la proportion à faire de longues études était inférieure de 37%. 

Association Crésus

Jean-Louis Kiehl, président de Crésus a rappelé que le surendettement serait la cause de trois suicides chaque jour. L’objectif de l’association est d’accompagner les ménages dans leur démarche de désendettement. Au rythme d’un dossier déposé tous les trois jours se sont 33 000 ménages qui ont été aidés par l’association en 2011. Elle agit, en analysant la situation financière, en conseillant et en suivant ses clients. 

Prakti design

Mouhsine Serrar a créé des fours écologiques et économiques destinés aux populations rurales. En étudiant le sujet, il s’est rendu compte que 50% de la population mondiale n’avait qu’un seul choix en matière d’énergie : soit le bois, soit le charbon, des matériaux polluants qui se consument vite et dont le rejet de Co2 est néfaste pour l’environnement et la population (8 millions de morts prématurés à cause de la fumée)

[CHIFFRES] Bill Gates : un don record de 4,6 milliards de dollars à sa fondation

[CHIFFRES] Bill Gates : un don record de 4,6 milliards de dollars à sa fondation

Bill Gates, fondateur de Microsoft, a récemment effectué un don record de 4,6 milliards de dollars. Bien que le nom de l’organisme destinataire n’ait pas été dévoilé, les experts indiquent qu’il s’agit certainement de la Fondation Bill & Melinda Gates.

 

 

 

 

4,6 milliards de dollars, un don record pour Bill Gates

 

Le 6 juin dernier, Bill Gates émettait un don sous forme de 64 millions d’actions Microsoft. Ce qui, à hauteur de 73 dollars environ par action, revient à plus de 4,6 milliards de dollars. Ce don, qui a été révélé par la publication d’un rapport de la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme boursier américain, est le plus important depuis l’année 2000 pour Bill Gates. L’organisme destinataire des fonds n’a pas été précisé, mais les observateurs précisent qu’il s’agit probablement de la Fondation Bill & Melinda Gates, créée au début du XXIe siècle par le fondateur de Microsoft lui-même et son épouse.

 

Une fondation philanthropique, impliquée dans divers domaines

 

Organisme philanthropique, la Fondation Bill & Melinda Gates travaille avec des organisations partenaires éparpillées dans le monde pour résoudre des problèmes liés à diverses thématiques : le recul de la faim et de la pauvreté sur la planète, l’avancée de la science et des technologies dans le domaine de la santé, l’amélioration de l’enseignement secondaire et postsecondaire aux États-Unis, ou encore le développement de relations politiques stratégiques. Même après son don record, qui représente près de 5 % de sa fortune personnelle, Bill Gates reste l’homme le plus riche du globe, avec une fortune personnelle de 86 millions de dollars.

Orange réaffirme son engagement auprès de l’association Énergie Jeunes

Orange réaffirme son engagement auprès de l’association Énergie Jeunes

Orange vient de renouveler son partenariat avec Énergie Jeunes, une association lancée en 2009, qui forme les collégiens des zones défavorisées à la persévérance scolaire. Ce nouvel engagement doit permettre la prise en charge de 300 000 jeunes d’ici 2020.

 

 

 

 

Des programmes pédagogiques pour favoriser la persévérance scolaire des collégiens

 

Orange renouvelle en 2017 son partenariat avec l’association Énergie Jeunes, qui aide les collégiens des quartiers défavorisés à développer leur persévérance scolaire grâce à divers programmes pédagogiques. L’opérateur de télécommunication historique soutient les actions d’Énergie Jeunes depuis la création de l’association en 2009, en mettant à sa disposition plusieurs centaines de salariés volontaires. Ceux-ci accompagnent les collégiens au quotidien, épaulés par des jeunes issus du Service Civique. Suite à ce nouvel engagement avec Orange, Énergie Jeunes espère étendre son action auprès de 300 000 jeunes d’ici 2020, ce qui représenterait 45 % des collégiens scolarisés dans des établissements d’éducation prioritaire.

 

Une association reconnue d’utilité publique, labellisée « la France s’engage »

 

Jugés utiles par 85 % des enseignants selon l'association, les programmes pédagogiques mis en œuvre par Énergie Jeunes pour former les collégiens à la persévérance scolaire ont fait l’objet d’une vaste étude d’impact, qui a permis de démontrer leur efficacité. Labellisée « la France s’engage » et reconnue d’utilité publique, l’association Énergie Jeunes est soutenue par 18 entreprises en plus d’Orange. Les salariés volontaires de l’opérateur télécom ont été présents, à eux seuls, auprès de 57 000 élèves, répartis dans quelque 2 300 classes. Jérôme Barré, Directeur des Ressources Humaines chez Orange, se félicite de cette action, qui montre « la réussite de la transmission des savoirs entre les différentes générations, quand il s’accompagne d’un cadre efficace et d’une grande générosité ».

Les collectes de dons via Facebook, c'est pour bientôt !

Les collectes de dons via Facebook, c'est pour bientôt !

Dès le 25 septembre, Facebook va lancer en Europe une phase de test qui va permettre aux associations de collecter des dons directement via Facebook. Sur le banc d’essai, 20 associations, dont quatre en France : les Restos du coeur, la Fondation de France, l’UNICEF et Action contre la faim. Testé aux Etats-Unis, le nouvel outil de fundraising est une réussite, en revanche avant son lancement en France il interroge.

 

Facebook crée un lien entre associations et donateurs

Si une grand part des organismes à but non lucratif sont actifs sur les réseaux sociaux, ce sont Les Restos du coeur, la Fondation de France, l’UNICEF et Action contre la faim qui sont les quatre associations françaises choisies pour participer à ce Beta Test en France. Dès le 25 septembre, Facebook lancera trois nouvelles options pour le faire fonctionner. 

Le bouton « Faire un don » sera introduit dans l’algorithme. Chaque utilisateur et les associations pourront insérer ce bouton dans les bannières des Pages et dans les posts, qu'ils contiennent de la vidéo, de la photo ou du texte.

L’outil Facebook Fundraisers permettra à tous de devenir « ambassadeur ». Grâce à cet outil, chaque utilisateur particulier pourra lever des fonds pour des associations sur Facebook. On pourra ainsi créer une page dédiée à une mobilisation et inviter des amis à s’y rallier. Comme cadeau d’anniversaire, et en le demandant à ses amis, un utilisateur ayant indiqué sa date de naissance pourra lever des fonds pour une association.

Dernière nouveauté : le don par Facebook Live. Rien de plus simple pour les utilisateurs et les pages Facebook vérifiées qui pourront lever des fonds pendant et après les Facebook Live. Deux possibilités pour y parvenir : soit en ajoutant le bouton “Faire un don“ directement dans leurs Facebook Live sous iOS, soit en attachant leur levée de fonds à leur Facebook Live sous Android.

 

Un système de donation déjà populaire aux États-Unis 

Cette nouvelle façon de collecter des dons, plus intuitive, rapide et accessible à tous, a déjà permis de lever des millions d’euros aux États-Unis. Selon l’entreprise Facebook, tout en créant une communauté de soutien sécurisé, permettre aux utilisateurs de faire des dons par le biais de la plateforme a permis une explosion des dons. 

Chacun a pu soutenir une cause qui lui tenait à coeur (donation après des catastrophes naturelles, pour l’accès à l’éducation ou encore pour sa famille). À titre d’exemple, ce sont 10 millions de dollars qui ont été récoltés via Facebook à la suite du passage de l’ouragan Harvey au Texas.

Pour l’entreprise, le réseau social rassemble en un même lieu associations et donateurs et se veut être le meilleur moyen pour les associations de récolter des fonds. 

 

Faire un don sur Facebook, une innovation qui divise…

16 pays européens et 20 associations ont été sélectionnés pour participer à ce test. Les associations qui souhaitent bénéficier de ces nouveaux outils peuvent d’ores et déjà s’inscrire pour faire partie des premières à atteindre leurs objectifs de levée de fonds.

Mais cette nouvelle ne fait pas l’unanimité. À l’image du site Zebulon, qui souligne que sur chaque don effectué, Facebook va prélever des frais à hauteur de 5 % du montant reçu pour couvrir, selon l’entreprise, les frais qui servent à vérifier l’organisation à but non lucratif et la gestion des frais liés au traitement du paiement. Le site s’interroge sur la bonne volonté du réseau social en prenant pour exemple Streamlabs qui n’a prélevé aucuns frais à la Croix-Rouge, lorsque l’association a fait une collecte de dons. 

 

… Mais enthousiasme les associations participantes

Axelle Davezac, directrice de la Fondation de France a déclaré : « À l’heure où nous vivons une période de crise comme celle que traversent les Antilles avec Irma, les Français veulent aider et s’entraider, et Facebook est un formidable outil pour faire appel à la générosité citoyenne. Le bouton “Faire un don“ sera d’ailleurs activé sur notre page Facebook, pour soutenir notre levée de fonds au profit des Antilles suite à l'ouragan Irma. »

En France, les quatre associations choisies voient en cette initiative une opportunité unique, comme Bernard Vaginay, Responsable bénévole du service donateurs des Restos du Cœur : « Les Restaurants du Cœur sont déjà très actifs sur Facebook et disposent d’une communauté active. Nous sommes donc naturellement très enthousiastes à l’idée de contribuer au développement des outils qui vont permettre au secteur associatif de mobiliser des dons via Facebook ».

La phase de test durera du 25 septembre au 29 octobre. La réussite de ce dernier dépendra du nombre de fonds levés, du nombre de donateurs et de la fonctionnalité de la plateforme.

[AÀP] Les 3e Creative Awards by Saxoprint en faveur du Restos du Cœur

[AÀP] Les 3e Creative Awards by Saxoprint en faveur du Restos du Cœur

L’appel à candidatures pour les 3e Creative Awards by Saxoprint a été lancé le 4 septembre dernier. Placée sous le signe de la solidarité, la nouvelle édition de ce concours des talents créatifs se déroulera en faveur des Restos du Cœur.

 

 

 

 

Quand le talent créatif se met au service des grandes causes

 

Face au succès remporté par les deux premières éditions de son concours des talents créatifs, dont le but est de créer une campagne de publicité au profit d’une grande cause environnementale ou sociale afin de lui sonner de la visibilité, Saxoprint lance les troisièmes Creative Awards by Saxoprint. Conscient de l’importance des actions des Restos du Cœur en France et de l’utilité du travail des bénévoles, l’imprimeur en ligne a choisi de se rapprocher de l’association de Coluche pour son prix 2018, donnant aux candidats la mission de concevoir la première campagne print et vidéo des Restos du Cœur.

 

Creative Awards by Saxoprint 2018 : les détails pratiques

 

Les candidats aux 3e Creative Awards by Saxoprint ont jusqu’au 12 janvier 2018 pour s’inscrire et déposer leur campagne de publicité. Un jury, présidé par Pascal Grégoire, fondateur de l’agence « La Chose », se réunira en février au siège des Restos du Cœur, afin de départager les candidats. Les internautes pourront quant à eux voter pour le Prix du Public au cours du mois de mars. La cérémonie de remise des prix se tiendra le 15 mai à Paris. Pour rappel, les visuels gagnants des Creative Awards by Saxoprint 2015 et 2016 (« Pandarévolution » et « Bateau-Balle ») ont été affichés dans le métro parisien et vus par 10 millions de personnes.

 

[ENTRETIEN] Augustin Jaclin, cofondateur et président de Lemon Tri et LemonAide

[ENTRETIEN] Augustin Jaclin, cofondateur et président de Lemon Tri et LemonAide

Protection de l’environnement et engagement social sont les deux moteurs des fondateurs de Lemon Tri et LemonAide. Ils se sont engouffrés avec passion dans le vide laissé par l’absence de traitement des déchets nomades en France. Et ça marche. Avec un bénéfice social et sociétal incontestable. 

 

 

 

 

Comment en êtes-vous arrivé à lancer Lemon Tri ?

Le parcours que j’ai suivi avec Emmanuel Bardin, cofondateur de Lemon Tri remonte à la petite enfance puisque notre amitié a démarré en classe de maternelle. Nous avons pris des voies différentes pour nos études supérieures, lui ayant opté pour l’Université de Dauphine tandis que j’entrais à l’EDHEC de Lille. Mais l’idée de créer quelque chose ensemble ne nous a jamais quittés.

On se retrouvait en particulier sur les valeurs environnementales et la recherche d’un projet professionnel ayant du sens.

Plusieurs voyages d’études nous ont convaincus qu’il existait dans d’autres pays comme l’Amérique du Nord, la Scandinavie, le Japon un système de collecte et de recyclage des déchets grâce à des machines interactives absent du marché français. D’où l’idée de lancer Lemon Tri en adaptant le système que nous avions découvert à notre marché. C’était en 2011, nous avions 24 ans et c’est devenu notre premier véritable job dès la fin de nos études.

 

Quel est le mode de fonctionnement de Lemon Tri ?

L’idée de base de Lemon Tri est d’améliorer la captation des emballages, leur tri et leur recyclage dans des zones hors domicile, car les emballages nomades font l’objet de beaucoup moins d’attention que ceux triés chez soi. Les services de Lemon Tri visent tous les lieux en dehors de la maison comme les écoles, les transports, les centres commerciaux, l’université, la SNCF et plus généralement les entreprises. 

Nos clients choisissent leur machine et le système d’incitation le plus adapté à leur site. Nous installons la machine que nous entretenons et collectons les emballages. Nous « massifions » la matière collectée et la conditionnons pour la rediriger vers les filières adaptées au recyclage. Notre promesse étant de trier mieux partout.

Après quelques années d’activité, nous avons voulu faire plus et mieux sur le plan social et avons lancé en 2016 une entreprise d’insertion sociale spécialisée dans la logistique du recyclage.

Nous ne pensions pas pouvoir y aller seuls et avons voulu nous associer à différents partenaires apportant chacun leur expertise. 

L’association FACE (Fondation Agir Contre l’Exclusion), actionnaire de Lemon Aide nous apporte sa dimension sociale, le Groupe Danone nous a soutenu financièrement via le fonds DANONE pour l’Écosystème et nous aide grâce à un suivi opérationnel, Lemon Tri apporte son expertise technique. Une première plateforme est née à Pantin et nous allons en ouvrir une seconde à Marseille. Il s’agit d’un programme d’insertion intense de six mois par lequel les personnes (la prochaine promotion en comptera 10) sont formées à la collecte, comme agent de tri ou cariste magasinier. LemonAide est un sous-traitant logistique qui travaille pour Lemon Tri, mais pas seulement.

Le but est que ces personnes reçoivent une formation qualifiante pour retrouver un travail y compris en dehors de LemonAide. Et ça marche puisque 85 % des personnes formées dans les deux premières promotions ont retrouvé un job.

Nous sommes sur des métiers en tension et cela contribue à nos résultats. De même le décret de l’an dernier obligeant les structures de plus de 20 personnes à installer le tri à la source nous a été favorable.

Au total les deux entités emploient actuellement 26 personnes réparties à 50/50.

Et nous sommes fiers de l’impact environnemental généré. Nous avons traité 12 tonnes de déchets en 2015, 120 en 2016 et nous en traiterons 400 en 2017. Sachant que pour faire une tonne de déchets il faut 30 000 bouteilles en plastique, 75 000 canettes ou 200 000 gobelets !

 

Nous avons rencontré Augustin lors du Sparkshow "Économie circulaire" organisé dans le cadre de Convergences

 

[#STREET] ÉcoMégot, solution de collecte et de recyclage des mégots de cigarette

[#STREET] ÉcoMégot, solution de collecte et de recyclage des mégots de cigarette

Face à la catastrophe environnementale que représente la prolifération des restes de cigarettes, ÉcoMégot propose une solution de sensibilisation, de collecte et de recyclage des mégots aux collectivités et aux entreprises.

 

 

 

 

Les mégots de cigarettes, de véritables fléaux pour l’environnement

 

Savez-vous qu’un mégot de cigarette, c’est 2 500 composants chimiques rejetés dans la nature et 500 litres d’eau pollués ? Et que quelque 40 milliards de mégots de cigarettes sont jetés par terre chaque année en France, avant de se retrouver dans les fleuves et les océans, et de mettre 12 ans à se dégrader ? Face à ces chiffres alarmants, il devient urgent d’agir pour faire du monde de demain un monde sans mégots. C’est pourquoi ÉcoMégot a développé une solution de sensibilisation, de collecte et de recyclage des mégots de cigarettes pour les acteurs privés et publics, qui, en plus de favoriser la protection de l’environnement, permet de dynamiser l’économie en créant des emplois.

 

Une solution complète, de la collecte au recyclage et à la sensibilisation

 

Concrètement, ÉcoMégot propose aux entreprises et aux collectivités une offre de location ou d’achat de bornes ÉcoMégot, destinées à la collecte des restes de cigarettes. L’installation de ces bornes est précédée d’un diagnostic par point de collecte et accompagnée d’un dispositif de sensibilisation des usagers. Les mégots récoltés sont ensuite ramassés, stockés et triés selon des méthodes respectueuses de la planète, avant d’être recyclés en matière plastique et valorisés énergétiquement. Le tout au sein d’une filière locale. À l’issue de ce processus, un rapport d’impact est édité. Ce document, qui mesure la performance du dispositif, permet aux entreprises de mieux communiquer sur leur démarche RSE.

 

[ÀAP] Yves Rocher recherche de la future lauréate du prix Terre de Femmes

[ÀAP] Yves Rocher recherche de la future lauréate du prix Terre de Femmes

La Fondation Yves Rocher appelle les femmes qui portent un projet en faveur de l’environnement à déposer leur projet pour peut-être devenir la 17e lauréate du prix Terre de Femmes. A la clé, des dotations pour faire vivre votre projet, vous avez jusqu’au 30 septembre pour candidater.

Promouvoir les projets environnementaux pensés par les Femmes

Depuis 15 ans, le Prix Terre de Femmes, organisé par la Fondation Yves Rocher, apporte une aide financière aux lauréates et les accompagne dans la réalisation de leurs projets. En récompensant 375 femmes depuis sa création, ce sont leurs projets en faveur de la protection de l’environnement (intégrant une dimension sociale) qu’ils propulsent vers la réussite. 

Comme chaque année, deux prix seront décernés : le Prix France, qui récompense trois projets avec des dotations allant de 3 000 à 10 000 euros et le Grand Prix International qui récompense une des 11 lauréates du prix national en lui apportant une dotation complémentaire de 10 000 euros. Depuis 2001 ce sont 1,8 million d’euros qui ont été versés pour soutenir les actions des lauréates dans plus de 50 pays. 

Une dotation importante pour les trois lauréates Françaises

L’appel à candidatures concerne les femmes de nationalité française ayant une structure à but non-lucratif ou une structure ayant un objet commercial avec une visée sociale et environnementale ou à titre privé. Pour que son dossier soit validé il doit décrire un projet concret en faveur de la préservation de l’environnement avec un bénéfice pour la collectivité. 

Vous pouvez d’ores et déjà postuler, et ce, jusqu’au 30 septembre 2017.

 

L'information en direct des associations et des mécènes