Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 24 octobre 2018 - 07:28 - Mise à jour le 25 octobre 2018 - 09:30
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[EN IMAGES] “Tous concernés” par l’AVC, la SFNV lance l'alerte

À l’occasion de la Journée Mondiale de l’accident vasculaire cérébral (AVC) ce 29 octobre, la Société Française Neurovasculaire (SFNV) lance une campagne de sensibilisation à destination du grand public, “L’AVC, nous sommes tous concernés !”. Elle met l’accent sur l’universalité de la maladie, qui est loin de toucher uniquement les séniors. C’est même l’une des principales causes de mortalité infantile, et 10 % des cas d’AVC surviennent entre 18 et 50 ans. Si les symptômes sont soudains (paralysie, déformation de la bouche, difficultés à parler, perte de la vision, troubles de l’équilibre, céphalée intense) et les décès courants, les conséquences sont elles aussi dramatiques, puisque les cellules du cerveau détruites ne reçoivent plus le glucose ou l’oxygène dont elles ont besoin pour fonctionner.

[EN IMAGES] “Tous concernés” par l’AVC, la SFNV lance l'alerte

 

Prévenir la maladie dans un contexte de vieillissement de la population

 

Selon les prévisions de l’INSEE, un habitant sur trois sera en France âgé de 60 ans ou plus en 2050, contre un sur cinq en 2005. Or c’est la tranche d’âge la plus touchée par les AVC, puisque 90 % des accidents vasculaires cérébraux arrivent après 50 ans. De fait, l’enjeu est aujourd’hui de taille pour les médecins, qui préfèrent prévenir que guérir. “Les acteurs de santé doivent désormais faire en sorte d’éviter que les individus ne deviennent des malades”, confirme Serge Timsit, président de la Société Française Neurovasculaire et chef du Service de Neurologie au CHU de Brest. La SFNV lance donc une campagne de sensibilisation destinée au grand public, rappelant que la maladie fait chaque année 140 000 nouvelles victimes. 75 % d’entre elles garderont des séquelles physiques comme un handicap moteur ou des troubles du langage. “À travers cette nouvelle campagne, nous souhaitons rappeler que l’AVC est l’affaire de toutes et tous : enfants, jeunes, adultes, séniors, il n’est jamais trop tôt ou trop tard pour prévenir l’AVC”, a ajouté le Pr Serge Timsit.

 

Toutes les tranches d’âges sont touchées par l’AVC

 

Les plus âgés sont certes les plus touchés mais pas les seuls, puisque près de 25 % des AVC surviennent avant 65 ans et que les “jeunes” sont de plus en plus nombreux à être hospitalisés pour un AVC chaque année. Les causes sont diverses mais souvent liées à une mauvaise hygiène de vie : le diabète, l’obésité, le tabac et l’alcool sont notamment des facteurs aggravants, auxquels viennent s’ajouter de nouveaux facteurs socio-environnementaux comme la consommation de drogues ou la pollution atmosphérique. Une prévention adaptée, couplée à une rapidité de prise en charge, peuvent cependant réduire le risque de décès et de séquelles fonctionnelles. “La poursuite, voire l’intensification des campagnes de prévention est essentielle pour limiter le retentissement humain et économique de cette pathologie”, martèle donc la SFNV dans un communiqué. En complément de sa campagne de sensibilisation, la structure organise également toute la semaine précédant la Journée Mondiale de l’AVC des conférences et événements à destination du grand public.

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer