Aller au contenu principal
Par Du nord pour le sud - Publié le 9 janvier 2015 - 13:53 - Mise à jour le 11 février 2015 - 14:03
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

2015, les missions DNPLS reprennent...

Nous serons à nouveau sur le terrain au Togo en janvier 2015.

2015, les missions DNPLS reprennent...

Nous serons à nouveau sur le terrain au Togo en janvier 2015.

Au menu:

Le point et le suivi des actions menées en 2014

- Pour 2015: nous poursuivrons un programme complet (qui s'étale sur plusieurs années) d'aide à la santé et au développement économique, au bénéfice de la population des villages du pays Tamberma : mutuelle de santé, équipement des dispensaires, sensibilisations sanitaires dans les villages, accès à l'eau, latrines collectives ou familiales, transports, microcrédits, site web Koutammakou.

KOUTAMMAKOU (région Tamberma), le pays des Batammariba:

Loin de l’Afrique stéréotypée de la télévision, Du nord pour le sud vous invite à découvrir un peuple étonnant qui bâtit de ses mains, des demeures mystérieuses appelées "Châteaux Tamberma"

C'est au Togo, à environ 600 kilomètres de la capitale Lomé, que vit l'un des peuples les plus rares et les plus authentiques d'Afrique : Les Tamberma.

Il faut une bonne journée de voiture depuis Lomé pour découvrir ce qui est considéré comme l'un des 100 plus beaux sites au monde, classé patrimoine mondial de l'UNESCO. Le long de la chaîne de l'Attakora, à cheval sur le Togo et le Bénin vivent les Batamariba qui signifie en langage local : "ceux qui bâtissent avec la terre".

Baobabs, montagnes volcaniques, pistes en latérite et grands troupeaux de zébus, représentent le quotidien de ces hommes et femmes qui ont la particularité de vivre dans des châteaux en terre.

Les Batamariba seraient arrivés dans la région au 16ème siècle, en provenance du Burkina-Faso. Ce sont des guerriers, spécialistes de l'arc et de la flèche. Profondément animistes, l'adoration du fêtiche occupe une place prépondérante dans leur vie.

Cependant, ce qui caractérise particulièrement ce peuple, ce sont leurs habitations dénommées Tata. Traditionnellement, dans la brousse en Afrique de l'Ouest, les villages sont constitués de cases rondes couvertes de chaume ou de tôles. En Pays Tamberma, le Tata est différent car il incarne matériellement la présence, l'existence d'une personne.

Quand il s'agit de construire une habitation, c'est tout le clan qui s'y met. Le Tata est constitué de plusieurs cases rondes. Toutes les cases sont espacées et reliées entre elles par un mur qui peut atteindre 4m50 de hauteur, donnant un air de château fort à cette habitation. Le rez-de-chaussée est constitué par la cuisine,la meule pour le grain, une étable pour les chèvres et les poules et une remise pour les produits de l'alimentation. Un petit escalier de terre très étroit conduit à une terrasse constituées par des chambres à coucher et des greniers pour le mil et le fonio. Il faut entre 2 et 3 mois pour construire un Tata et sa durée de vie varie entre 10 ans et 20 ans suivant la qualité de la construction. (Source : Toganim)

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer