Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

À l’école de la musique classique

À l’école de la musique classique
Quand la musique classique part à la rencontre d’enfants issus de quartiers prioritaires, elle se révèle un formidable vecteur de partage et de lien social. Le projet Démos, porté par la Philharmonie de Paris et soutenu par la Fondation SNCF, initie avec succès les 7-12 ans à la pratique d’un instrument en orchestre.


Le projet Démos ouvre la pratique de la musique classique aux enfants de 7 à 12 ans issus de quartiers prioritaires ou habitant en zone rurale. Créé en 2010 par la Philharmonie de Paris, ce « Dispositif d’Éducation Musicale et Orchestrale à vocation Sociale » leur propose un parcours pédagogique innovant. Non seulement ils apprennent à jouer d’un instrument, mais ils intègrent un véritable orchestre qui se produit chaque année à la Philharmonie de Paris. Ce grand concert réunit les élèves et  les musiciens professionnels qui les encadrent, autour de l’interprétation de chefs d’œuvre du répertoire classique.

« C’est une aventure collective qui bouscule les habitudes », explique Prisca Tirouvanziam, responsable pôle social du projet Démos. Pendant trois ans, les enfants suivent environ quatre heures d’ateliers par semaine, en groupes de 15 élèves. En vue du concert final, une répétition intermédiaire – dite en tutti – est organisée toutes les six semaines  avec le chef d’orchestre.

Les sessions ont lieu dans la structure sociale qu’ils ont l’habitude de fréquenter. Car c’est là la spécificité de Démos : outre les deux musiciens chargés de l’apprentissage musical, un travailleur social est présent auprès des enfants, dont il connaît le quotidien et les familles. Il partagera également avec eux le grand moment du concert, ayant appris avec les enfants la pratique instrumentale.  Initié en Ile-de-France, Démos se déploie depuis 2015 dans toute la France.

« Un vrai travail de valorisation » pour les enfants

Selon Prisca Tirouvanziam, les enfants gagnent en concentration, en assiduité et en rigueur. Ils s’épanouissent et prennent confiance en eux. D’abord se tisse le lien particulier avec leur instrument : «les musiciens transmettent l’idée que c’est comme un nouveau membre de la famille. Plus on dialogue avec lui, plus on va le comprendre. Il y a une vraie relation qui peut se créer entre l’enfant et l’instrument. » Puis, de sa pratique en session collective, naît l’envie de communiquer davantage et de s’ouvrir aux autres.

Le choix de la musique classique est délibéré. Il est fait « pour déconstruire les représentations que l’on pourrait se faire des enfants vivant dans les quartiers prioritaires de la Ville. » Les enfants s’approprient très vite les œuvres classiques. Ils se montrent tout de suite réceptifs, emportés par le plaisir de jouer de leur instrument.

Les enfants peuvent parfois rencontrer des difficultés dans le projet liées également à leur parcours de vie : ce qu’ils vivent à la maison, leur journée en classe, les potentielles difficultés socio-économiques des familles... Leur comportement peut s’en faire ressentir. C’est alors que les musiciens encadrants prennent appui sur le professionnel de la structure sociale, véritable relais éducatif.

Le projet Démos permet de faire cheminer enfants et adultes dans leurs représentations.  « Quand plusieurs enfants d’une même école participent au projet Démos, ils sont souvent sollicités pour les fêtes de l’école et les fêtes de quartier. ». Et le jour du concert à la Philharmonie de Paris, devant les familles, les autres élèves de leur école, les spectateurs, ils deviennent aux yeux de tous des musiciens classiques.

Loin de n’être qu’une formation musicale, Démos est une école du partage, du vivre ensemble et du dépassement de soi. Pour que chacun, quel que soit son milieu d’origine, puisse s’approprier à travers les œuvres classiques un morceau grandiose du patrimoine culturel universel.

 

 

POUR EN SAVOIR PLUS :

Le domaine Culture de la Fondation SNCF >  

, , ,