Aller au contenu principal
Par Fondation Bouygues Telecom - Publié le 7 février 2020 - 14:49 - Mise à jour le 18 février 2020 - 12:30
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

L’expression artistique comme éveil à la parentalité et à la culture

Lorsque la diversité linguistique est grande au sein d’un même quartier, l’art et la culture sont de puissants vecteurs de communication. A Evry-Courcouronnes, la Compagnie L’Eygurande invite les tout jeunes enfants à explorer l’imaginaire et la création théâtrale en compagnie de leurs parents. En fin d’année dernière, elle a co-construit au fil d’ateliers un spectacle participatif : le Voyage de Bébé Chouette. L’initiative a reçu le soutien de la Fondation Bouygues Telecom grâce au parrainage d’une collaboratrice, Lydie Staszak, via l’appel à projets annuel mené auprès des salariés engagés dans une association.

Le voyage de bébé chouette

Un espace pour tisser une relation privilégiée entre parents et enfants

Le quartier du Champtier du Coq, à Evry-Courcouronnes, est un lieu d’accueil pour les « primo-arrivants » sur le territoire français. Parmi eux, beaucoup de familles avec enfants en bas âge. Près de 70 nationalités s’y croisent chaque jour, et autant de cultures et de langages différents.

Dans son théâtre du Coin des Mondes, la compagnie L’Eygurande anime aussi des ateliers d’éveil artistique pour les tout-petits. D’octobre à décembre, la comédienne et directrice artistique Isabella Keiser organise un cycle de quatre séances, avec pour point d’orgue un spectacle joué juste avant Noël.

Prendre le temps d’une activité culturelle n’est pas chose facile pour ces familles aux parcours particuliers. À travers ces ateliers, l’enfant explore l’imaginaire et les émotions qu’il ressent. Le parent qui l’accompagne s’autorise à suivre et partager cette expérience avec lui. L’an dernier, la Compagnie les a embarqués dans le « Voyage de Bébé Chouette », une histoire où l’on appréhende ensemble la joie, l’inquiétude, la douceur, la curiosité.

Lydie STASZAK, collaboratrice au Technopôle et présidente de l’association, a parrainé le projet auprès de la Fondation Bouygues Telecom.

« Depuis sa fondation il y a une trentaine d'années, la Compagnie l'Eygurande développe un travail de recherche artistique centré sur l'idée que le théâtre est un outil de communication, de compréhension du monde et des rapports entre les êtres. Son action est civique et se préoccupe de l’accès du public au théâtre. Elle veut convaincre les personnes qui se sentent éloignées de la culture que le théâtre peut les concerner, et susciter rencontres et convivialité entre les habitants. J'ai eu la chance, dans ma vie personnelle, de bénéficier de cette ouverture artistique. J'en connais les bienfaits tant au niveau personnel, d'accomplissement de soi, qu'au niveau relationnel avec les autres. »

Un « Voyage » participatif conçu comme un parcours initiatique

Pendant les quatre ateliers, sur un grand tapis posé sur le sol, on découvre étape après étape le fil de l’histoire. D’abord, on raconte le périple de bébé Chouette, qui perd sa maman, la cherche puis la retrouve. Ce premier récit est crucial pour la suite : l’enfant, rassuré sur l’issue du voyage, va être disponible pour les autres ateliers.

Les trois ateliers suivants travaillent la mise en scène. Parents et enfants interagissent avec l’histoire, en dansant, en chantant, en produisant des sons, en jouant d’un instrument. Tout a été construit avec une psychomotricienne spécialiste des mouvements du corps du tout-petit. Au terme des quatre séances, tout le monde est prêt pour le grand spectacle.

« On convie les enfants et leurs parents dans une grande yourte voilée de blanc, explique Isabella Keiser, et qui accueille 35 personnes. Sur scène, je suis avec un musicien, et deux techniciens nous aident à la scénographie. Les enfants participent et cherchent avec nous. »

Le Voyage de Bébé Chouette est une aventure artistique intense à vivre ensemble. « C’est un parcours d’émotions que l’on prend le temps de partager. C’est un temps-cadeau qu’on se donne entre parent et enfant. Ça crée des liens à vie. »

Par la suite, les familles se rendent plus volontiers à la médiathèque ou à un spectacle. Les parents gagnent en confiance et osent jouer, raconter des histoires à leur enfant, que ce soit en français ou dans leur langue natale.

Le soutien de la Fondation Bouygues Telecom a permis l’acquisition de matériel pour les ateliers. Jean-Louis Mercuzot, metteur en scène au sein de la compagnie L’Eygurande, souligne l’importance d’avoir des partenaires privés : « On a changé de modèle de financement. Cela nous permet d’aborder d’autres financeurs. On aimerait que cela incite les mécènes à regarder ces projets culturels. »

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer