[POSITIVONS] Prowd, écologie et économies

[POSITIVONS] Prowd, écologie et économies
Chez Carenews, on commence la semaine sur une note positive ! Et aujourd’hui on vous parle écologie et porte-monnaie. Contrairement à une idée reçue selon laquelle être écolo coûte cher, adopter des gestes écologiques dans son quotidien peut s’avérer en fait très bon pour votre porte-monnaie, en plus d’être bon pour la planète. C’est ce que Prowd, un chatbot lancé il y a moins d’un an, entend prouver à ses usagers.



 

“Sensibiliser à l’intérêt financier du geste écologique”

 

Les “écolomies”, vous connaissez ? C’est le concept phare de Prowd, un chatbot disponible sur Messenger depuis le printemps 2018 lancé par une jeune entreprise sociale parisienne du même nom et qui revendique déjà 10 000 utilisateurs. L’idée : faire des économies au quotidien en adoptant un mode de vie et des habitudes de consommation plus écologiques, depuis la consommation d’eau et d’énergie en passant par les achats du quotidien (alimentaire, produits ménagers, shopping) jusqu’aux modes de déplacement.

 

À l’image des applis de coaching écolo qui existent déjà sur le marché, à l’image de We Act for Good (WAG) ou 90 jours, Prowd propose à ses utilisateurs des défis, dont la complexité augmente au fur et à mesure qu’ils sont relevés : demander un cocktail sans paille, prendre un sac réutilisable pour ses courses, manger moins de viande... Pour se démarquer, Prowd a choisi de mettre en avant les économies réalisées pour chaque défi. “On a remarqué que pour les citoyens qui ne sont pas trop dans la démarche écologique, le message passe plus facilement quand on soulève l’intérêt financier du geste écologique”, explique Yoann Hodeau, le fondateur de Prowd.


 

2 000 euros d’économies par an

 

Avec ses défis (une quinzaine pour le moment), Prowd promet des économies allant jusqu’à 2 000 euros par an. À titre d’exemple, acheter une gourde au lieu de bouteilles en plastique permettrait une économie de 260 euros, installer un économiseur d’eau sur le pommeau de douche (en réduisant également le temps de douche) permettrait une économie de 250 euros d’eau chaude, 80 euros par an en instaurant une journée sans viande par semaine, 18 euros en choisissant un shampooing solide plutôt qu’un shampooing en bouteille…

 

Comment ces données sont-elles calculées ? Yoann Hodeau, ingénieur de formation, explique se baser sur des études dressées par des organismes professionnels, des associations ou sur les chiffres du Gouvernement (ADEME, FranceAgriMer, Insee, chiffres du ministère de l’Écologie…). “On prend les données les plus fiables possibles, et on calcule une moyenne, avec évidemment une part variable selon les pratiques des utilisateurs”, explique-t-il. “Il faut que l’information soit transparente, c’est très important pour nos utilisateurs”, précise Yoann Hodeau.

 

, , , , , , ,