[ÉTÉ] « De quoi tu parles ? » Petit lexique pour débuter dans l'ESS ! 

[ÉTÉ] « De quoi tu parles ? » Petit lexique pour débuter dans l'ESS ! 
Vingt-deuxième article de nos cahiers de vacances et solidaires. Idée fabuleuse et révolutionnaire : check ! Étude de marché : check ! Business plan (un peu optimiste) : check. Idées de financement : en cours. Le grand jour est arrivé, vous êtes prêt·e à vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale. L’ESS vous ouvre ses portes. Pour ne pas vous sentir comme un éléphant dans un magasin de porcelaine à votre prochain networking, un petit lexique du jargon du secteur peut s’avérer utile. Voici donc quelques termes et expressions à bien retenir ! 


 

Action Canvas : outil de validation de projet réalisé par Ticket for Change. Les différentes cases permettent de vérifier l’impact, la faisabilité et l’intérêt d’un projet. 

 

Avise : agence d’ingénierie et de services visant à renforcer les structures de l’ESS et les soutenir dans leur développement. Leur site est une mine d’informations sur tous les aspects techniques (créer sa structure, se faire financer, annuaires...). 

 

Benchmark : en marketing, cette technique vise à réaliser une veille des produits de la concurrence, de les analyser pour les améliorer et en réaliser une meilleure version. 

 

BPI France : la Banque publique d’investissement accompagne les entreprises dans leur développement en les aidant à trouver les financements adaptés à leur situation. 

 

Business angel : personne qui investit, à titre individuel, dans une entreprise récemment créée. Un pari souvent risqué car la pérennité de l’entreprise et son succès ne sont pas garantis. 

 

Business plan : souvent demandé par votre banquier ou vos futurs investisseurs, le business plan consigne la mission de votre entreprise, les activités ou les produits développés, le marché visé, la concurrence existante et un plan financier évidemment ! 

 

Capital : fonds propres de l’entreprise. 

 

CEGES : conseil entreprises et groupements économie sociale. Cette association se compose de 4 collèges représentant les principales organisations nationales fédérées de l’ESS (coopératives, mutuelles santé et d’assurance …). Elle œuvre pour faire reconnaître l’ESS comme un modèle économique particulier et structurer son développement. Elle organise des débats et des groupes de travail pour envisager tous les enjeux relatifs à la croissance de l’ESS (mode de gouvernance, fiscalité, valeurs…). 

 

CEO : directeur général d’une entreprise. 

 

Closing : le moment crucial où une vente se conclut enfin. 

 

CNCRES et CRESS : Conseil national des Chambres régionales de l’économie sociale et solidaire, Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire. Ces associations représentatives regroupent les acteurs régionaux de l’ESS: coopératives, mutuelles, associations...Leur objectif est structurer l’écosystème de l’ESS pour le faire grandir. 

 

Crowdfunding : financement d’un projet par les citoyens via une plateforme comme Kisskissbankbank, Ulule ou Kickstarter. Des contreparties sont proposées aux contributeurs suivant le montant de leurs dons : tote bag, chaussures, flyers, repas… Cette solution de financement demande l’élaboration d’une vraie campagne de communication. 

 

Crowdequity : des inconnus comme actionnaires ? C’est le pari du crowdequity. Les contributeurs achètent des parts de votre entreprise. 

 

Crowdlending : les citoyens deviennent vos banquiers. Les montants sont limités à 2 000 euros par personne pour un délai de 7 ans. Chaque année, l’entreprise doit rembourser une partie de son prêt à ses contributeurs. 

 

Dettes : somme due à une personne, un établissement financier ou une autre entreprise. 

 

Écosystème : ensemble des acteurs (entrepreneurs, associations, investisseurs, organisations, agences) qui travaillent et oeuvrent dans le secteur de l’ESS. 

 

Entreprise à mission : notion développée dans la loi Pacte de mai 2019. L’objectif est d’engager les entreprises à inscrire leur raison d’être dans leur statut et à poursuivre des missions d’intérêt général ou collectif. 

 

ESS : économie sociale et solidaire.  

 

ESS France : chambre française de l’économie sociale et solidaire. Depuis 2014, elle assure la représentation de l’ESS au niveau national devant les pouvoirs publics. 

 

ESUS : entreprise solidaire d’utilité sociale. Statut créé dans la loi du 31 juillet 2014 relative à l’ESS. 

 

Finance verte : produits financiers qui visent à soutenir une économie bas carbone ou décarbonée et projets écologiques visant à protéger la planète et limiter le réchauffement climatique. 

 

French impact : initiative gouvernementale lancée en 2018, elle est devenue une association loi 1901. Elle accompagne des porteurs de projets cherchant à œuvrer pour le bien commun (associations, collectivités, entrepreneurs). Cette bannière est aussi un outil de fédération de tous les acteurs du système au niveau national comme international. 

 

Incubateur : structure publique ou privée accompagnement les projets d’entreprises et/ou leur développement en leur fournissant des services: hébergement, financement, expertise, formation, réseaux...

 

ISR : investissement socialement responsable. Cela consiste à attribuer des critères sociaux et  environnementaux aux placements financiers réalisés. Ces critères externes dépassent ainsi la recherche de la simple performance économique. 

 

Levée de fonds : système de financement alternatif à une compagnie de crédit. Cette augmentation du capital (ou via de la dette ou en obligations convertibles), souvent pour réaliser un changement d’échelle, vise à faire appel à des investisseurs. 

 

Love money : c’est l’épargne affective, c’est à dire l’argent que vos proches vous donneront pour soutenir votre projet, sans contrepartie.

 

Mesure d’impact : pour une entreprise, la rentabilité passe par son bilan financier et les bénéfices réalisés chaque année. Dans l’entrepreneuriat social, la mesure d’impact prend en compte les conséquences sociales, environnementales et sociétales de l’entreprise.

 

MOUVES : mouvement des entrepreneurs sociaux. Créé en 2010, il s’agit d’un réseau de plus de 750 adhérents qui fédère les entrepreneurs de l’ESS autour d’un projet d’entraide et de sensibilisation des citoyens. Il recense notamment des programmes pour entrepreneurs du changement et constitue un annuaire régional de qualité. 

 

Obligations convertibles : obligation attachée à un droit de conversion à une valeur préétablie. L’obligation suit le cours des actions de l’entreprise, ce qui permet à son propriétaire de bénéficier d’une sécurité financière tout en réalisant une potentielle plus value. 

 

RSE : la responsabilité sociale des entreprises comprend toutes les mesures mises en place pour respecter les principes du développement durable (économique, social et environnemental). 

 

SCOP et SCIC : société coopérative gérée de manière démocratique, où les employés sont aussi les actionnaires majoritaires (au moins 51 % des parts). 

 

Social business : concept développé par le prix nobel de la paix Muhammad Yunus. Il s’agit d’une entreprise ayant pour but de répondre à un problème sociétal précis. Elle ne doit réaliser ni perte, ni dividende et ne pas dépendre des dons. Tout l’argent acquis doit être reversé dans l’entreprise. 

 

La Tech4good : elle vise à utiliser le numérique pour fournir une réponse à un enjeu social et/ ou environnemental. 

 

Sommet TechforGood : sommet regroupant les acteurs du numérique depuis 2018. 

 

UDES : union des employeurs de l’économie sociale et solidaire. Cette organisation multiprofessionnelle rassemble 80 % des employeurs fédérés de l’ESS. Elle représente les employeurs de l’ESS auprès des pouvoirs publics, exprime leurs besoins et négocie des accords collectifs pour le secteur. 


 

, , , ,