Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 16 décembre 2014 - 13:55 - Mise à jour le 11 février 2015 - 14:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[Entretien] avec Catherine Ferrant, déléguée générale de la fondation Total

Catherine Ferrant est depuis 2008 la déléguée générale de la Fondation Total. Elle répond à nos questions pour nous expliquer son parcours professionnel et le fonctionnement de la fondation d'entreprise. La Fondation d’entreprise Total, créée en 1992 au lendemain du Sommet de la Terre de Rio, s’est consacrée pendant 16 ans à l’environnement. Depuis 2008, son engagement s’est élargi et la Fondation Total couvre aujourd’hui quatre champs d’activité : la solidarité, la santé, la culture et le patrimoine, et la biodiversité marine. La Fondation Total accompagne également l’engagement solidaire des collaborateurs du Groupe. Depuis 2006, plus de 500 projets d’intérêt général portés par des associations dans lesquelles les salariés sont impliqués à titre personnel et bénévole ont été soutenus.

[Entretien] avec Catherine Ferrant, déléguée générale de la fondation Total

Quel parcours professionnel vous a menéà occuper ces responsabilités au sein du groupe Total ?

Economiste de formation j’ai exercé pendant 15 ans le métier de journaliste au sein du quotidien le Soir où j’avais notamment en charge les grandes enquêtes sociales. Puis un changement de vie s’est amorcé en 1989 quand je suis entrée chez Petrofina à l’époque pour prendre la direction de la communication institutionnelle. Après la fusion de Total, Petrofina, Elf j’ai été chargée de créer et de piloter la direction de l’innovation sociale et de la diversité du nouveau groupe. Avec la mission de me pencher sur les sujets sociaux innovants. Au fil de mon parcours, j’ai appris à écrire, à parler et à écouter. Je mets cette faculté au service de ces sujets. Depuis 2008 je suis déléguée générale de la fondation Total et directrice du Mécénat qui, lui, est en charge de tous les sujets d’intérêt général ne pouvant être suivis dans le cadre assez étroit de la fondation. Une fondation est un lieu où se construit le dialogue entre l’entreprise et les autres institutions pour que celle-ci puisse contribuer à l’harmonie sociale. En y mettant des moyens financiers et de la compétence.

 

Comment la fondation Total met-elle en application cette volonté de contribuer à lharmonie sociale ?

Notre volonté, dans les domaines où nous intervenons, est d’aller au-delà de la simple aide ponctuelle pour travailler dans le long terme. Ainsi, en matière de santé, nous sommes associés depuis dix ans avec l’’Institut Pasteur, pour renforcer les capacités de lutte contre les pathologies infectieuses. Nous favorisons la création de réseaux de chercheurs, de médecins, de soignants qui se mobilisent contre les maladies affectant les enfants. Nous sommes conseillés par Françoise Barré Sinoussi, prix Nobel de médecine, dont nous soutenons la chaire dédiée au VIH.

Dans le domaine de l’éducation, nous sommes depuis 2009 partenaire de l’Etat pour accompagner l’innovation dans l’éducation et l’accès des jeunes à l’autonomie, par exemple dans les domaines de la prévention de l’illettrisme ou des  internats d’excellence proposés aux jeunes de ZEP. Nous croyons aussi que l’accès des enfants et des  jeunes à une pratique artistique culturelle est très importante pour les réconcilier avec eux-mêmes et avec les autres, au contact de la beauté. Nous finançons ainsi par exemple le programme « dix mois d’école et d’opéra » de l’opéra de Paris, qui concerne plusieurs milliers d’élèves et en particulier, en accompagne environ 200 chaque année dans la création d’un opéra, avec les professionnels du chant, de la chorégraphie, du décor…Un rôle nouveau de l’entreprise est d’appuyer les pouvoirs publics et les associations dans des actions innovantes qu’ils n’ont pas ou plus les moyens de financer.

 

Comment les salariés de Total sont-ils impliqués dans vos actions ?

Depuis 2006 nous lançons chaque année un appel à projets pour financer des ONG dont nos salariés sont membres. Une majorité des projets émanent de français mais concernent aussi de plus en plus souvent les salariés des filiales étrangères encourageant des initiatives locales. Une soixantaine de projets sont retenus par an. De plus les salariés de Total peuvent voter par internet pour le projet solidaire de l’année parmi les cinq projets considérés comme les meilleurs. Les nominés reçoivent alors 2000 euros supplémentaires et le vainqueur 6000 euros. Même si c’est compliqué parce que nombre de nos salariés sont amenés à s’expatrier nous leur proposons des opérations de parrainage. Il s’agit par exemple d’accompagner avec l’Institut Télémaque des collégiens motivés issus de milieux modestes à construire leur scolarité. Ou bien d’accompagner via l’association Frateli un jeune de même formation que soi à faire valoir ses talents. Sans oublier les vacances solidaires grâce auxquelles il est possible d’aider, par exemple, à la construction d’école, de centrales solaires.

Crédit photo

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer