Aller au contenu principal
Par Résonances Humanitaires - Publié le 8 février 2013 - 17:44 - Mise à jour le 17 juillet 2014 - 08:21
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

La difficile reconversion des humanitaires

On parle de Nous! L'article d'Eric Gazeau, Directeur de Résonances Humanitaires, qui avait été publié dans la Revue Humanitaire de Médecins du Mondes sur la difficile reconversion des humanitaires à leur retour du terrain est relayé par la plateforme YouPhil. On en profite pour la relayer à nouveau!

Le monde des ONG s’est fortement professionnalisé ces vingt dernières années. Les parcours des professionnels de l’humanitaire sont-ils pour autant devenus moins chaotiques que dans les années 1990? Est-il plus facile de se reconvertir après avoir travaillé dans ce milieu? Eric Gazeau, fondateur de l’association Résonances Humanitaires qui accompagne ceux qui veulent changer d’horizon professionnel, nous livre son analyse. "Tu repars quand?" C’est une question que l’on entend souvent au détour d’un couloir, au siège social des ONG. Un nouveau départ en mission évite parfois de se confronter à un projet de reconversion professionnelle que l’on sait indispensable "un jour ou l’autre" et que l’on repousse chaque fois un peu plus. Jusqu’à la mission de trop, celle qui fait basculer dans la déprime ou l’aigreur. La précarité sociale des humanitaires a été révélée au grand public, il y a dix ans, par un certain nombre de personnes ayant plusieurs années de missions humanitaires derrière elles. C’est ce qui avait provoqué la création de l’association Résonances Humanitaires (RH). Les humanitaires, ces précaires: Paradoxale en apparence dans un milieu qui la combat au quotidien, cette précarité sociale semblait liée à une perception caricaturale du monde de l’humanitaire. Celle-ci compliquait toute recherche d’emploi pour un volontaire souhaitant se réorienter. A l’instar du grand public, la plupart des recruteurs semblaient en effet ne percevoir l’humanitaire que par le prisme du journal télévisé ou des documentaires. L’image généralement renvoyée au grand public, souvent valorisante, mettait en avant le geste de sauver dans des environnements souvent extraordinaires et des circonstances chargées d’émotion. La diversité des métiers autres que médicaux, et pourtant bien plus nombreux et indispensables au bon fonctionnement d’une mission – chefs de mission, administrateurs, coordinateurs, ingénieurs, logisticiens, chargés de communication, etc – passait souvent inaperçue. Pour continuer à lire cet article, RDV sur notre page "On parle de Nous". http://www.resonanceshumanitaires.org/categorie/on-parle-de-nous/
Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer