Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 7 juillet 2015 - 10:32 - Mise à jour le 22 juillet 2015 - 13:54
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

L’exemple de mécénat culturel privé de Neuflize OBC, une tradition d’entreprise.

Dans une interview accordée au Parisien, Philippe Vayssettes, vice président du directoire de la banque Neuflize OBC, aborde la politique de mécénat essentiellement culturel du groupe en parlant notamment de la collection de photos et vidéos constituée depuis presque vingt ans. L’occasion de rappeler l’importance du mécénat des entreprises dans le milieu culturel.

L’exemple de mécénat culturel privé de Neuflize OBC, une tradition d’entreprise.

Philippe Vayssettes le dit, il est important d’ « être un acteur conscient de la société qui nous entoure » et le mécénat du groupe répond à cette exigence en investissant depuis de longues années dans le mécénat culturel. En 1997, sous l’impulsion d’Anne Samson alors directrice de la communication, Neuflize OBC entame une collections de photos et vidéos, discipline artistique encore peu reconnue et cotée à cette époque. Aujourd’hui la collection compte près de 800 oeuvres et est associée à la filiale assurances vie de la banque, ce qui lui donne une thématique à suivre pour son enrichissement, celle du portrait et de la mémoire.

Chez Neuflize, le mécénat est « un ciment puissant et interne pour le personnel » car les collaborateurs de l’entreprise participent au choix des photos qui seront ajoutées à la collection ce qui renforce le sentiment d’appartenance à l’entreprise et l’idée de participer à son prestige. Car le prestige est bien, selon Philippe Vayssettes, un moteur essentiel dans la démarche de mécénat de Neuflize OBC. Même si les avantages fiscaux pour les entreprises mécènes sont intéressants, la démarche de Neuflize OBC n’a pas attendu qu’ils soient aussi favorables pour s’engager et ne les envisage pas comme un élément déterminant de cet engagement.

Aucune œuvre de la collection n'a été revendue car Neuflize ne se place pas dans une logique spéculative pour faire évoluer sa collection. Son but est réellement d’accompagner les artistes, de soutenir la création et la conservation du patrimoine culturel. L’entreprise répond également présente aux appels du ministère de la Culture lorsqu’il s’agit de sauver un chef d’œuvre national comme une Aphrodite gréco-romaine. Régulièrement, le ministère mobilise les entreprises mécènes car il a bien pris conscience qu’ils étaient un relai important à la baisse des subventions publiques du fait de la crise. De fait, c’est presque un partenariat qui s’est implicitement installé entre le ministère et certaines entreprises auprès de qui il peut trouver une béquille pour financer le milieu culturel, sa sauvegarde et son enrichissement.

Si l’argent privé « est en train de se substituer à tout ou partie de l'argent public », certains ne l’admettent pas encore et le « considèrent comme l'argent du capitalisme ». Cette tendance s’affaiblit et le mécénat privé prend de plus en plus d’ampleur ce qui permet, quoi qu’on en dise, de supporter de nombreux projets et de créer des collections d’importance comme celle de la Neuflize OBC.

 

Source

 

Crédit Photo

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer