Aller au contenu principal
Par FONDATION DE LA 2ème CHANCE - Publié le 22 septembre 2015 - 14:44 - Mise à jour le 24 septembre 2015 - 10:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

NANTES : une lauréate crée sa boutique de torréfaction de cafés

Sylvie, 50 ans, a été lauréate de la Fondation en 2010 pour son projet d’ouverture d’une boutique, BAGAD-CAFÉS à Nort sur Erdre : torréfaction et vente de cafés, thés, infusions. Site-relais de Nantes

NANTES : une lauréate crée sa boutique de torréfaction de cafés

« Avec mon mari, nous avons eu de gros problèmes de santé et nous n’avons pas pu poursuivre l’exploitation de la supérette dont nous étions propriétaires. La cession s’est faite dans des conditions très difficiles, qui nous ont laissés sans ressources et avec de lourdes dettes. Nous avions un très grand besoin financier et moral de travailler, mais notre âge (la cinquantaine) nous fermait toutes les portes.

J’ai toujours aimé le contact avec la clientèle, et avec le plein accord de mon mari, j’ai décidé de créer une boutique de torréfaction et vente de cafés, complétée par la vente des thés et infusions, sous la belle enseigne de BAGAD-CAFÉS !

L’étude du marché nous a amené à la commune de Nort sur Erdre, où nous avons reçu un accueil favorable de la Mairie. Après montage du dossier prévisionnel, la Banque Populaire Atlantique a été la première à me faire confiance en m’accordant un prêt de 7 000 €. Avec l’appui de Mme Laurence Parc de la CCEG, j’ai reçu ensuite des financements complémentaires : Pays de Châteaubriant Initiatives, NACRE, Conseil Régional. En juillet 2010, j’ai pu ouvrir ma boutique : accueil de mes premiers clients, premières ventes… quel bonheur !

Mais les financements obtenus étaient loin de couvrir la totalité des besoins estimés dans l’étude prévisionnelle. Mme Parc m’a alors parlé de la Fondation de la 2ème Chance http://www.deuxiemechance.org. J’ai déposé un dossier, que j’ai défendu pied à pied avec mon mari devant 3 instructeurs du site-relais de Nantes (hébergé par Bolloré Logistique Porturaire) et en fin 2010 la Fondation nous a accordé un soutien de 5 350 € destiné à l’achat d’un véhicule utilitaire. Ce véhicule était indispensable pour mon activité et celle de mon mari qui faisait les marchés de la région pour la vente de cafés.

J’ai signé avec 2 des instructeurs, Pierre et Hervé, une convention de parrainage. Leur appui consistait en visites trimestrielles à la boutique, mettant à notre disposition leurs compétences et leur expérience : analyser les comptes, les marges, discuter les projets de diversification et soutenir le moral si besoin. Avec mon mari, nous avons beaucoup apprécié le climat de confiance qui s’est développé entre nous, et 4 ans après nous gardons des relations amicales avec l’un d’eux.

Les 2 premières années ont été très difficiles, comte tenu de l’insuffisance de financement de départ. Mais les ventes se sont rapidement développées, le chiffre d’affaires approchant des objectifs…..mais avec des prix de vente insuffisants pour permettre les résultats attendus. Mais je sentais que les clients me faisaient confiance, étaient fidèles et favorisaient la venue de nouveaux clients, et la progression a été régulière, en même temps que les ventes se diversifiaient. J’ai tenu ferme, avec l’aide de mon mari, sans prendre aucune vacance, torréfiant la nuit et vendant le jour….

La 3ème année a été bonne et en 2015, après le remboursement d’un premier emprunt, je viens d’embaucher une de mes filles, comme vendeuse à mi-temps pour m’aider et me soulager. Quel bonheur de pouvoir ainsi aider une jeune, qui pourra peut-être un jour reprendre ma suite….!

Le magasin était devenu trop petit, et je viens de transférer la boutique dans un nouveau local, juste en face du précédent. De nouvelles références de cafés et de thés peuvent maintenant être offertes au public : 18 cafés de grands crus, 260 thés et infusions différentes.

La création de mon commerce a été pour moi un formidable bol d’oxygène. J’aime le contact avec mes clients et ils me le rendent bien. Je crois que nous avons tissé entre nous un climat de confiance, qui est la clé de notre réussite. Je voudrais dire aussi que je viens tous les jours à ma boutique avec plaisir. Il n’y pas 2 jours qui se ressemblent.

Mon mari a pu trouver une activité salariée depuis 2 ans, mais il m’a beaucoup soutenue et il continue à m’apporter une aide très précieuse. Merci à lui. Seule, je n’aurais pas pu tenir.

Je suis  prête à partager mon expérience, à soutenir des projets de personnes qui ont besoin de rebondir et à leur parler de la Fondation. J’ai trouvé des aides et des personnes qui m’ont fait confiance pour m’en sortir.  Je tendrai la main à ceux qui en ont besoin …mais ce sera sans sortir de la boutique Bagad-Cafés http://www.bagadcafes.weonea.com/ où j’accueille mes clients et amis. »

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer