Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[D’AILLEURS] CALENDRIER DE L’AVENT INVERSÉ : DONNER AU LIEU DE RECEVOIR

[D’AILLEURS] CALENDRIER DE L’AVENT INVERSÉ : DONNER AU LIEU DE RECEVOIR
C’est l’initiative originale et solidaire qu’a lancée, en Belgique, l’association Solidarité SDF Mons (SSDFM). S’inspirer du principe du calendrier de l’avent, cette tradition issue de notre enfance où chaque matin nous découvrions avec plaisir une image, un petit présent ou un chocolat, et le renverser : devenir celui qui offre et en faire bénéficier les personnes sans abri et en grande précarité. Donner au lieu de recevoir : une idée généreuse et simple que chacun peut décider de dupliquer avec ses proches ou auprès des personnes démunies de son quartier.


« L’an passé, devant mon calendrier de l’avent, en mangeant un chocolat, je me suis dit que moi, je mangeais à ma faim, mais que dans la rue, au même moment, des gens devaient avoir faim », explique Romane Ben Naji, la présidente bénévole de l’association belge Solidarité SDF Mons, à l’origine de cette belle idée solidaire.

« Que la magie de Noël opère pour tous »

L’association organise un souper de Noël qui accueillera les SDF et les personnes et familles démunies de la région. Le 22 novembre 2016, Solidarité SDF Mons a lancé un appel sur sa page Facebook pour que tous puissent repartir avec des cadeaux, comme pour un vrai Noël. L’idée est simple : il s’agit de mettre chaque jour chaque jour de coté, dans un panier ou un sac, un produit que l’on estime utile à ceux qui sont dans le besoin. L'association en récupère le contenu, la semaine du 25, pour le distribuer le soir du réveillon. « Le but est que la magie de Noël opère pour tous » précise Romane Ben Naji.

Le projet est mené en coopération avec l’école Warocqué de Mons, qui prête à l’association une salle de l’établissement –pouvant recevoir jusqu’à 200 personnes- pour le réveillon de Noël. Les étudiants de l’EFPSE ESHS de l’université de Mons aident également à l’organisation du réveillon et à la récolte de jouets. Une page Facebook « Le Père Noël croit en nous » (384 membres à ce jour) a été spécifiquement créée pour partager et faire vivre l’événement ainsi que pour rassembler des cadeaux pour les plus démunis. 

« Rendre une personne heureuse à peu de frais »

« Nous avions déjà lancé l’idée du calendrier de l’avent inversé l’année dernière, mais, cette année, elle rencontre un véritable succès », se réjouit Romane Ben Naji. « Depuis notre appel en ligne, il y a une semaine, nous recevons de très nombreux appels téléphoniques et messages de personnes qui veulent savoir comment participer, où et quand déposer les paniers ? Nous soulevons l’intérêt, davantage des médias français que belges d’ailleurs … »

Que mettre dans ce panier ? Romane Ben Naji suggère de le remplir principalement avec « des choses essentielles, des produits d’hygiène, des denrées non périssables, des produits de camping ou de quoi faire face au froid de l’hiver : des bonnets, des gants, des écharpes, ... ». Pourquoi ne pas y rajouter quelques petites choses festives, de menus plaisirs comme du chocolat ou des bonbons ? « Dans le mien, j’ai mis aussi des choses un peu fun, comme des bonbons Bernie Crochue de Harry Potter », ajoute la jeune femme engagée de 23 ans. Elle insiste : « Il ne faut pas avoir peur de se lancer dans ce calendrier de l’avent inversé. On peut rendre chaque jour une personne heureuse à peu de frais »

« Ne pas baisser les bras »

L’association, créée il y a seulement un an, et « qui fonctionne uniquement sur la base du bénévolat et des dons en matériel qu’elle reçoit pour les redistribuer », est très active. Ses 20 bénévoles se démènent toute l’année pour « venir en aide aux sans-abris de la région de Mons en leur apportant ce qui est nécessaire pour eux », expose la présidente de Solidarité SDF MonsLa page Facebook relaie les besoins en produits de première nécessité des personnes précarisées (matelas, tente, lait pour bébé, …). Elle lève aussi des tabous en proposant par exemple une collecte de produits périodiques pour les femmes sans abris. L’association fait même parfois « un peu d’insertion ». « Surtout, nous avons obtenu de la mairie de Mons un terrain pour que les SDF puissent y poser leur tente légalement (700 personnes s’y sont installées l’été dernier)», souligne avec fierté la présidente de l’association, même si elle déplore que la mairie soit revenue sur la promesse de leur construire des cabanons en dur. « Nous ne baissons pas les bras. Avec le calendrier de l’avent inversé, nous touchons de nombreuses personnes, y compris jusqu’en France. Peut-être que cela donnera l’idée à d’autres de faire comme nous », espère Romane Ben Naji.

, , , , , ,