Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 15 décembre 2016 - 10:33 - Mise à jour le 24 janvier 2017 - 13:22
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Reims, une ville à l’avant-garde du mécénat culturel

Choisie par le Tour de France des Mécènes de l’Admical comme première étape et lieu d’inauguration de l’événement, la ville de Reims est précurseur en matière de mécénat culturel. Le maire de la ville, Arnaud Robinet, voit dans le mécénat un acteur fédérateur d’énergies locales au service du développement de la culture et du patrimoine.

Reims, une ville à l’avant-garde du mécénat culturel

« Le mécénat a un bel avenir devant lui et Reims peut être fière d’en avoir fait un outil au service des citoyens et un facteur d’attractivité du territoire », déclare Arnaud Robinet, député et maire de Reims depuis 2014.

Une ville à l’avant-garde du mécénat culturel

La ville de Reims est la première collectivité locale de France à s’être dotée, dès 2010, d’une Mission Mécénat. Cette « initiative très novatrice » vise à augmenter la participation des acteurs privés à la vie de la ville, à favoriser le développement d’une culture du mécénat, à offrir un pôle ressources et à assurer la transparence des partenariats noués. Elle s’adresse aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises et aux structures dédiées au mécénat (club d’entreprises, fonds de dotation, fondations). L’enjeu est de fédérer les acteurs du territoire autour d’un projet de construction d’une ville dynamique et vivante pour la rendre attractive économiquement et culturellement. « Le mécénat a un impact sur la vie des Rémois, sur la vie de la cité, en termes d’économie et de bien vivre », affirme le maire de la ville.

En six ans, la ville a réussi à engager près de 180 mécènes et à accompagner 90 projets. « La majorité de ces 180 entreprises mécènes sont des TPME, mais on y trouve aussi quelques grands groupes, comme la Fondation Total et les maisons de champagne locales sont très investies, constate Arnaud Robinet, heureux de l’implication des entreprises du territoire. L’esprit du mécénat, c’est cela : participer, à sa hauteur et à ses moyens, à une action au service de la collectivité ».

Un mécénat culturel de proximité

« En tant que maire, j’ai orienté le mécénat de la ville en fonction de mes passions. Je suis un passionné de patrimoine », reconnaît Arnaud Robinet. Si la Mission Mécénat contribue à la vitalité culturelle de la ville, en soutenant l’enrichissement des collections de musées et de bibliothèques ainsi que des évènements comme « Un été à Reims », la Welcome Week (enseignement supérieur) ou la Semaine Bleue (solidarité), la ville a recentré ses actions sur la mise en valeur, la conservation et la restauration du patrimoine, dont elle est historiquement riche. Reims a ainsi adhéré à la Fondation du Patrimoine en 2015.

La fontaine Subé est l’un des monuments importants de la ville. Elle a pu être consolidée et remise en eau, grâce à un mécénat de 650 000 euros, dont deux tiers relèvent de mécénats en compétences ou en nature. 35 entreprises participent à sa restauration en fournissant du matériel ou en mettant à disposition leurs équipes. « Les entreprises locales s’identifient à leur ville, elles témoignent d’un fort sentiment d’appartenance et sont demandeuses de faire vivre leur territoire, analyse le maire. Je suis fier qu’à travers le mécénat, les deux mondes se croisent et que cela participe à faire de Reims une ville plus belle, plus enthousiasmante ».

Le numérique au service du mécénat

Cette année, Reims a reçu de la Fondation du Patrimoine, le prix du mécénat populaire 2016 dans la catégorie « mobilisation numérique » pour la restauration de la porte de Mars, classée monument historique. L’Arc de triomphe datant de l’époque gallo-romaine bénéficie d’une restauration partielle d’un montant de 1,35 millions d’euros dont 20% sont financés par le mécénat. Le site internet de la ville, qui offre un portail consacré au mécénat, permet aussi de prendre connaissance des appels à financement de projets et renvoie les internautes vers la plateforme de la Fondation du Patrimoine où ils peuvent participer à la souscription publique. La ville a mis en place des contreparties : goodies numériques, invitation à l’inauguration des monuments, visites VIP des chantiers, plaques près des monuments ou mur numérique des donateurs. Elles contribuent à une démocratisation culturelle et à attirer de nouveaux publics vers la culture et le patrimoine local.

Le 9 juin dernier, un appel à souscription a également été lancé pour financer les travaux de restauration de l’église Saint-Maurice.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer