François Hollande annonce la création d’une fondation « La France s’engage »

François Hollande annonce la création d’une fondation « La France s’engage »
La visite du Président François Hollande a clos la 2e édition du Forum « La France s’engage », qui s’est tenue au Carreau du Temple les 14 et 15 janvier 2017. Ce label présidentiel a été créé en 2014 pour distinguer les initiatives les plus innovantes au service de la société. A l’approche des élections présidentielles, l’allocution de François Hollande était très attendue. Il a annoncé la création d’une fondation « La France s’engage » pour poursuivre l’action de son grand chantier présidentiel, et continuer l’élan d’engagement ainsi créé.


Avec la perspective des prochaines échéances présidentielles, la question de l’avenir de ‘La France s’engage’ était sur toutes les lèvres pendant ce 2e Forum. L’allocation de clôture du Président de la République en était d’autant plus attendue. Prenant la parole après la remise des trophées aux seize lauréats de la session de janvier 2017, François Hollande a d’abord tenu à souligner, que, contrairement à ses prédécesseurs, il a préféré mener un chantier présidentiel « qui ne soit pas une construction, un bâtiment ou un établissement mais qui soit simplement au service de toutes les initiatives qui permettent de changer notre pays ».

 

Une fondation d’utilité publique pour prendre le relai du label présidentiel

« Il était très important pour moi que ce chantier présidentiel que j’avais initié, dont j’avais posé, si je puis dire, les premières pierres, puisse s’élever tout au long des années qui viennent », a déclaré François Hollande, qui a alors annoncé la création d’une fondation « La France s’engage », reconnue d’utilité publique. Remerciant tour à tour Martin Hirsch - à l’origine du projet -, Patrice Kanner, Ministre de la Jeunesse, de la Ville et des Sports - qui a animé la démarche- , et Patrick Pouyanné, président de Total - premier partenaire privé actuel de ‘La France s’engage’ -, le Président a souhaité une fondation « qui aurait la même vocation ». Une fondation qui mobiliserait « les financements publics et privés », qui permettrait « que l ‘Etat puisse toujours y trouver sa place » et « qu’il y ait des partenaires privés ». François Hollande, qui n’a pas précisé le rôle éventuel qu’il pourrait être amené à y jouer, a alors lancé un appel « à se mettre, au lendemain du Forum, au travail pour constituer, non seulement les statuts de la fondation, son conseil d’administration ou son conseil scientifique, mais pour mobiliser autant de financements qu’il est possible de réunir »

 

« Nous pouvons faire bien davantage »

En trois ans, le label présidentiel a récompensé 93 lauréats parmi 3 600 candidatures, dans des domaines d’engagement aussi divers que la solidarité, l’insertion, l’éducation, la culture, la citoyenneté ou l’écologie. Selon François Hollande, « la fondation devra élargir ses financements, sa vocation et ses ambitions ». Rappelant que 35 millions d’euros ont été consacrés à ‘La France s’engage’, le Président ambitionne pour la fondation de « faire bien davantage » : « C’est un enjeu de valeurs, de république, de rassemblement et de cohésion. C’est aussi un enjeu de rayonnement de la France ».

 

« Les citoyens doivent prendre leur destin en main »

« Nous devons nous unir tous pour que cette fondation soit la fondation au service de tous ». Pour susciter cet élan autour de la fondation à venir, François Hollande entend s’appuyer sur le sens de l’engagement des citoyens français. « Dans une société, il y a toujours une bataille qui s’engage, entre la peur et l’espoir, entre le renoncement et l’engagement, entre l’abandon et la volonté. C’est ce que nous voulons faire à travers cette fondation, montrer qu’il y a de l’espoir, de la volonté, de l’engagement, ce progrès que nous voulons poursuivre ». Estimant que l’engagement n’est pas « se substituer à l’Etat » ou « une solidarité privée qui viendrait se substituer à la solidarité nationale », mais « un mouvement beaucoup plus profond », le Président a appelé les citoyens à « prendre leur destin en main ». Évoquant un contexte où « il y a un doute pour la démocratie », « des risques pour les valeurs de la République », il a engagé les citoyens à « proposer ce qu’ils pensent être juste » : « Faisons en sorte que ce beau chantier puisse perdurer, que cette fondation puisse être le socle de l’engagement », a conclu François Hollande.

Les prochains mois nous diront si les entreprises et fondations ont entendu cet appel et souhaitent participer conjointement à poursuivre l’action de ‘La France s’engage’.

 

, , , , ,