Aller au contenu principal
Par Tournesol, Artistes à l'Hôpital - Publié le 19 mars 2014 - 11:46 - Mise à jour le 11 février 2015 - 13:26
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Airs de Balkans en service de greffe de moelle : Tournesol et Sandrine Monlezun

La musique du monde est l’un des points forts de Tournesol, Artistes à l’Hôpital. Représentée par des artistes aussi divers que talentueux, elle ajoute au plaisir sensoriel la stimulation d’une découverte culturelle. Depuis 2007, Sandrine Monlezun souffle un vent des Balkans dans les hôpitaux partenaires de Tournesol. Le service de greffe de moelle de l’hôpital Saint-Louis AP-HP a récemment profité du voyage…

Airs de Balkans en service de greffe de moelle : Tournesol et Sandrine Monlezun

 

 

 

 

Un itinéraire culturel, au gré des chants des Balkans et de la Méditerranée

 

Le voyage proposé est avant tout celui d’une artiste qui, investie dans une Maîtrise d’Ethnomusicologie, s’est prise de passion pour la musique bulgare. A 24 ans, Sandrine Monlezun quitte la France pour s’installer en Bulgarie. Quatre années passées à Sofia, au contact d’artistes et de compagnies bulgares, lui ouvrent les portes d’un univers musical et culturel nouveau, qui dépasse les frontières de la seule Bulgarie : Sandrine Monlezun s’imprègne également d’influences tsigane, serbe, hongroise…

Un itinéraire à travers les Balkans qu’elle partage depuis 7 ans avec les patients des hôpitaux partenaires de Tournesol, Artistes à l’Hôpital, parallèlement à sa carrière professionnelle. Lors de son dernier passage en service de greffe de moelle de l’hôpital Saint-Louis AP-HP, elle propose une étape en Serbie, avec le chant de mariage « ustaj Kato », qui invite la jeune Katerina à préparer sa dot car, lui disent ses parents, « tu es jeune et belle et nous te donnons à marier ». Elle fait ensuite escale en Hongrie, entonnant le chant d’amour « Hallgato ». C’est aussi l’amour qui la conduit finalement en Bulgarie, avec « Vasilikos », chant des karakchani bulgares (anciens bergers nomades grecs), qui raconte la tristesse d’une femme dont l’homme est parti en voyage. Mais la Bulgarie offre aussi, avec Sandrine Monlezun, des notes plus festives, celles par exemple du chant tsigane « Leski karuchka » : « Je me ballade sur ma carriole et je parcours les chemins de la ville, hue cocotte !... »

 

Un univers artistique riche et foisonnant : chant, tambura et « body percussions »

 

Lire la suite sur notre site internet

 

Un moment musical partagé entre famille et voisins de chambres

 

Lire la suite sur notre site internet

 

Légende photo: Sandrine Monlezun en concert à l'hôpital Beaujon AP-HP (crédits photo: Franck Henry)

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer