Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Une Open Research inédite pour contribuer à la transition énergétique

Une Open Research inédite pour contribuer à la transition énergétique
C’est en étudiant le passé que l’on construit l’avenir. L’Atelier 21, soutenu par la Fondation Bouygues Telecom, exhume les innovations énergétiques tombées dans l’oubli pour les réadapter au monde d’aujourd’hui. Une « mise à jour » de concepts prometteurs, pour en faire des outils inventifs, pédagogiques et opérationnels.


Piocher dans l’histoire, ou comment relier les expériences d’hier aux solutions de demain

Les innovations du passé, bien que supplantées par de nouvelles avancées technologiques, demeurent un formidable vivier d’idées. Certaines pourraient même être réhabilitées. C’est en tout cas le pari de l’Atelier 21. Les programmes expérimentaux de l’association abordent la problématique de la transition énergétique sous un angle nouveau. Et notamment le programme « paléo-énergétique » : son objectif, plutôt que de développer de nouvelles techniques, est de se tourner vers l’immense patrimoine du passé. Les inventions énergétiques les plus prometteuses sont retravaillées, pour devenir ce que l’on pourrait nommer des « rinnovations ».

Romain Crabos, chef de projet, est un client Bouygues Telecom. Il a répondu à l’appel à projets de la Fondation : « Convaincu du potentiel de notre projet à reconnecter d'anciennes générations remplies d'expériences, avec les nouvelles friandes d'innovation, j'ai souhaité faire participer notre association. Nos méthodologies de travail et la thématique environnementale sont ici abordées, il me semble, par un angle original et juste. »

Paléo-énergétique : une méthode atypique

« Paléo-énergétique » est un programme de recherche participatif, c’est-à-dire qu’il réunit, depuis sa création en 2015, plus de 50 chercheurs bénévoles venus de tous horizons. Et le projet reste ouvert à d’autres contributeurs. « C’est une recherche collaborative en continu, qu’on appelle une Open Research. On reçoit des participations et on interagit avec toute une communauté », explique Cédric Carles, directeur d’Atelier 21.

Les chercheurs explorent les archives du patrimoine énergétique français de 1780 à aujourd’hui. Ils digitalisent leurs résultats, parfois difficilement accessibles, et les partagent avec la communauté puis avec le public. Plus de 60 inventions ont déjà été ainsi identifiées, classées par thèmes et illustrées, dont la moitié est encore à publier. « On a pris rendez-vous avec la Cité des Sciences pour investiguer leur fonds d’archives. On va aussi aller voir aussi des fonds de type concours Lépine ou INPI », détaille Cédric Carles.

Le fruit du travail des paléo-explorateurs a fait l’objet d’une dizaine de conférences en 2016 l'an dernier et est exposé en ce moment à la Folie L5 dans le parc de la Villette à Paris. Car ce socle commun de connaissances est vecteur de pédagogie, que ce soit pour le grand public, les écoles, les centres de recherche ou les start-ups. Il illustre parfaitement de quelle façon les inventions passées sont reliées aux enjeux environnementaux et socio-politiques d’aujourd’hui

Soutenu par la Fondation Bouygues Telecom, le projet va pouvoir financer de nouvelles actions et événements (exposition, digitalisation, développement d’une plateforme). Pour Cédric Carles, ce soutien est « une forme de reconnaissance. Ça apporte un éclairage sur notre projet et sur le fait que le jury de la Fondation trouve que c’est un projet qui mérite l’attention. Même si on avait une bonne couverture presse, ça augmente encore notre crédibilité. Bouygues Telecom est positionné sur les nouveaux média, les nouveaux usages, et nous on en plein dans cette approche-là. » Une reconnaissance qui fait écho à celle du milieu scientifique : le sociologue Alain Gras, le climatologue Jean Jouzel et de nombreux autres chercheurs soutiennent déjà le projet*.

La RegenBox, première « rinnovation » brevetée

La RegenBox est un régénérateur de piles alcalines dont les plans sont partagés avec une licence de type open-source. Elle est capable de régénérer tout type de pile, qu’elle soit à usage unique ou rechargeable. « La pile alcaline c’est le plus petit dénominateur commun dans le monde sur la manière de stocker l'énergie. Et le stockage énergétique est la clé de voûte de la transition énergétique », remarque Cédric Carles. L’idée est venue d’un paléo-chercheur, qui s’est inspiré d’un brevet de 1980 tombé dans le domaine public. La RegenBox permet d'afficher l'invisible contenu énergétique des piles, c'est donc un outil éducatif, à la fois écologique et anti-obsolescence programmée. « On est sur le point de livrer les premiers prototypes de cette invention. »

Cédric Carles conclut : « J’ose imaginer qu’en investiguant un peu plus la question du stockage grâce à la Fondation, on exhumera d’autres brevets intéressants. On vient encore de recevoir plusieurs nouvelles inventions par mail ! ». Le passé n’a pas fini de nous surprendre.

*  Retrouvez la liste complète des contributeurs du projet sur le site paleo-energetique.org  

 

, , , , , ,