Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 10 septembre 2020 - 13:00 - Mise à jour le 10 septembre 2020 - 13:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Aide alimentaire, publicité, entreprises sociales… La revue de presse du 10 septembre

Que fallait-il retenir de l'actualité de l'engagement cette semaine ? Voici les articles que la rédaction de Carenews a sélectionnés pour vous.

Crédit photo : Tuncay Gündogdu.

Lorsque l’on veut lancer son entreprise sociale, faut-il privilégier un modèle à but non lucratif, comme Led By Her ou Hot Bread Kitchen, à but lucratif comme Phenix ou UNICUS ou encore un modèle hybride comme Destiny et Pura Vida Coffee ? Dans un article publié sur The Conversation, trois chercheuses présentent les avantages et inconvénients de ces trois grands modèles ainsi qu’une feuille de route pour aider les entrepreneurs sociaux dans leur analyse.

Dans le monde entier, les entrepreneurs sociaux n’ont de cesse d’explorer des solutions toujours plus innovantes pour faire face aux problèmes urgents du monde. Leur rôle est considérable dans la création d’impact social et économique. Par conséquent, les décisions qui concernent la conception et la structure juridique du modèle d’entreprise sociale doivent absolument être prises au sérieux.

Julia Mouzon, la fondatrice d’Elueslocales.fr, Farhad Shamo Roto, président de Voice of Ezidis, Maïmonatou Mar, la cofondatrice de Gribouilli, et Sarah Durieux, la directrice exécutive de change.org en France. Voici les quatre leaders pour la France que la Fondation Obama a décidé d’intégrer à sa promotion de 35 dirigeants émergents européens, relate Challenges.

Objectif, fournir à ces jeunes Européens innovants, soucieux d'éthique et de diversité, les outils pour un impact plus important dans leur activité, tout en tissant entre eux un réseau à travers le continent. "Nous avons été sélectionnés car nous sommes tous des personnes engagées en faveur du changement, témoigne l'entrepreneuse trentenaire [Julia Mouzon]. C'est une belle reconnaissance."

L’ex-député européen EELV Karim Zéribi a été condamné ce mercredi 9 septembre à Marseille à deux ans de prison avec sursis, 50 000 euros d’amende et trois ans de privation des droits civiques et civils, dont l’éligibilité, pour abus de confiance et abus de biens sociaux.

Directeur de l’engagement sociétal et de la transition écologique de la SNCF depuis sept mois, il a été reconnu comme le gérant de fait de deux associations qu’il avait créées pour rapprocher la jeunesse des banlieues de la citoyenneté et du monde du travail avant d’en abandonner la présidence, précise l'AFP.

Ils réclament l'évacuation des 12 700 migrant·es qui vivent dans des conditions sanitaires indignes dans le camp surpeuplé de Moria, sur l'île de Lesbos, en Grèce. Les ONG Seebrücke, Sea-Watch, Campact et #LeaveNoOneBehind ont installé des milliers de chaises blanches et noires devant le bâtiment du Reichstag, à Berlin, ce lundi 7 septembre, d’après les Inrocks.

Avec ces chaises, les ONG ont aussi voulu rappeler que des villes et des États régionaux allemands s’étaient dits prêts à accueillir certains de ces migrants. Seulement 465 migrants du camp de Moria ont été pris en charge par l’Allemagne depuis janvier alors que Berlin s’était engagée à en accueillir plus de mille.

L’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (Arpp) et l’Agence de la transition écologique (Ademe) ont publié leur dernier bilan « Publicité et environnement » lundi 7 septembre. Le média de l’écologie Reporterre note :

Il affiche un score de 88,4 % de conformité à la recommandation « développement durable », c’est-à-dire que 88,4 % des publicités faisant référence à l’environnement respectent les recommandations de l’autorité de régulation du secteur. Si ce résultat, en baisse de 5,6 % par rapport à l’année précédente, semble acceptable, il est néanmoins très éloigné du taux de 99,8 % de conformité des publicités liées aux comportements alimentaires ou au respect de la personne.

Avec le confinement, entre 1,6 et 2,7 millions de personnes auraient basculé dans l’aide alimentaire. Cet article de Bastamag questionne sur la manière dont l’aide alimentaire est organisée en France. Selon l’inspection générale des affaires sociales, les ressources publiques qui y sont allouées avoisinent les 476 millions d’euros, dont les trois quarts sont constituées de réductions d’impôts. Mais la qualité des dons alimentaires serait en baisse, si bien qu’environ 20 % des denrées données aux associations par les grandes surfaces seraient jetées : 

Non seulement les distributeurs ne paient plus pour la destruction de leurs invendus grâce aux associations caritatives, mais ils bénéficient d’une réduction fiscale sur des denrées inutilisées qui finissent à la poubelle, pointe l’IGAS.

Entre 1970 et 2016, les populations mondiales de vertébrés – oiseaux, poissons, mammifères, amphibiens et reptiles – ont décliné en moyenne de 68 %. C’est ce que révèle l’« indice planète vivante » (IPV) mis à jour ce jeudi par le Fonds mondial pour la nature (WWF) et rapporté par le Monde.

« Ce chiffre témoigne d’un déclin spectaculaire des populations de vertébrés sauvages en moins de cinquante ans, souligne Véronique Andrieux, la directrice générale du WWF France. Il doit résonner tout particulièrement cette année, alors que les racines de la pandémie de Covid-19 sont liées à notre modèle de production et de consommation et à la crise écologique. »

Hélène Fargues 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer