Aller au contenu principal
Par Fondation Nexity - Publié le 4 juin 2020 - 10:39 - Mise à jour le 4 juin 2020 - 10:57
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Confinés mais solidaires : le sursaut de l’engagement et de la solidarité locale

Dans le monde entier, la crise du coronavirus a bouleversé les rythmes de vie. Impuissants face au virus, nombreux sont ceux qui se sont engagés pour « faire leur part » et avoir un impact positif. Dans cette guerre invisible, la solidarité est soudainement devenue l’affaire de tous. Métamorphosée par les contraintes de confinement et de la distanciation physique, la solidarité a embarqué de nouveaux profils à une échelle ultra-locale.

Confinés mais solidaires : le sursaut de l’engagement et de la solidarité locale

Un engagement rapide, massif et pluriel

Une déferlante d’actions solidaires spontanées

Tous les soirs, à 20h, applaudir au balcon est devenu un rituel pour remercier les soignants mais aussi chanter, échanger, sourire à ses voisins. Au-delà de cette marque de soutien, les initiatives de solidarité envers les soignants ont été abondantes et variées :  livraison de repas faits maison, prêt de logements proche de l’hôpital, garde d’enfants, dons de matériel… Ravivée par la proximité forcée, l’entraide au voisinage et notamment aux personnes âgées a pris diverses formes : livraison de courses, de médicaments, aide informatique, impressions d’attestation, prêts de matériel… Certains étudiants se sont quant à eux mobilisés pour proposer du soutien scolaire à distances pour des élèves plus jeunes.

Un sursaut d’engagement bénévole et l’arrivée de nouveaux profils

Ce sursaut de solidarité, certaines associations l’ont rapidement ressenti. Le Secours Populaire constate ainsi une hausse du nombre de bénévoles. La dynamique est similaire pour Makesense.org, qui a réorganisé ses actions face à la crise et propose une formation à distance des volontaires. Déclencheur de solidarité, la crise a amené une nouvelle catégorie de population vers le bénévolat. En effet, des primo-bénévoles, actifs, ayant entre 20 et 40 ans, se substituent aux bénévoles habituels majoritairement âgés ou très jeunes. Un glissement qui s’explique entre autres par le temps libéré par le télétravail ou l’arrêt momentané de leur activité.

Des entreprises philanthropes

Cet élan de la solidarité a aussi été observé dans le monde de l’entreprise. Alors que la responsabilité sociale est au cœur des transformations de l’entreprise, les petites et grandes entreprises ont prouvé leur engagement sociétal en faveur de l’intérêt général. Le mécénat s’est montré complémentaire à l’action publique, avec des millions d’euros débloqués et de nombreux dons en nature. Certaines lignes de production ont aussi été adaptées aux besoins immédiats : production de gel hydroalcoolique, masques, respirateurs…

Quel avenir pour cette solidarité ?

Miser durablement sur l’action locale et le pouvoir d’agir des habitants

Ces initiatives solidaires ont une caractéristique commune : la proximité. Dans la crise, ce sont bien des réseaux d’entraide de proximité qui ont montré leur efficacité à l’échelon ultra local (immeuble, quartier, ville). Par exemple, en Seine-Saint-Denis, des Brigades de Solidarités Populaires se sont auto-organisées pour réaliser des actions solidaires et aider les plus précaires. L’actualité a révélé à tous l’efficacité de l’engagement local permis par les associations de quartier et la force de proposition des habitants. Demain, face aux conséquences économiques et sociales de long terme, il ne faudra pas oublier de s’appuyer sur ces énergies locales. Il s’agira de reconnaître le pouvoir d’agir des habitants, pour qu’émergent des solutions pérennes, solidaires et locales.

L’entreprise d’avenir, engagée et solidaire

Dans l’urgence, les entreprises engagées ont su apporter des réponses rapides : protection des salariés, utilité sociale, partage de la valeur, solidarité des fournisseurs, engagement local, flexibilité du travail… La responsabilité des entreprises et leur résilience demeurent au cœur du redémarrage économique. L’entreprise d’après-crise ne pourra se passer d’engagements concrets pour avoir un impact positif sur son territoire : ancrage local, actions solidaires, exemplarité, … Solidaires dans la crise, les entreprises continueront demain à être des acteurs privilégiés d’une économie et d’une société plus équitables.

Aider les associations pour que la solidarité perdure

Demain, quand les salariés retrouveront le chemin du travail et que l’urgence enfin s’éloignera, la solidarité devra perdurer. En effet, après la crise, les besoins subsisteront : aide alimentaire, aide au logement, soutien scolaire, soutien aux victimes de violence, aide à l’emploi… L’aide aux associations reste alors primordiale, dans un contexte où certaines de leurs actions génératrices de revenus ont dû être annulées (événements, brocantes, braderies, lotos…). De la même manière, des renforts en bénévoles seront les bienvenus pour répondre à des besoins accrus. Les associations espèrent que le sursaut de solidarité se transformera en un engagement de long terme, venant remplacer les bénévoles âgés restés confinés.  Soutenir les associations et continuer à s’engager seront des conditions indispensables d’un monde plus solidaire.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer