Aller au contenu principal
Par Chroniques philanthropiques - Publié le 8 octobre 2020 - 10:08 - Mise à jour le 8 octobre 2020 - 10:28
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

La philanthropie en Europe : Un grand projet

La création en 1989 du Centre européen des fondation (EFC) à Bruxelles avait pour objet de rassembler toutes les fondations européennes afin de montrer la vivacité des acteurs de la société civile. Depuis un immense travail de collaboration entre les fondations s’est mis en route afin de répondre à des problématiques les plus diverses répondant préoccupations des sociétés civiles de nos pays. La « Journée européenne des fondations », célébrée chaque 1er octobre depuis 2013, permet de montrer les avancées de ce secteur et les résultats produits des collaborations inter fondations très dynamiques. Cet article montre seulement quelques aspects de ces collaborations mais de nombreux liens permettent à chacun de suivre les sujets qui l’intéresse.

La philanthropie en Europe : un grand projet

Un monde en expansion

Pour avoir des données de plus en plus précises sur la philanthropie, chaque pays européen a engagé des recherches. Une association a été créée pour cela l’Ernop. Près de 150 000 : c’est le nombre de fondations actives en Europe ! « Un chiffre en progression constante, puisqu’on en comptait 130 000 en 2015 », souligne Laurence de Nervaux, responsable de l’Observatoire de la philanthropie. « Forte de cette dynamique souvent méconnue, la philanthropie européenne dans son ensemble n’a pas à rougir face à la philanthropie américaine ! Au-delà des réalités et des initiatives propres à chaque pays, un mouvement de fond en faveur de dynamiques transnationales se développe depuis une dizaine d’années ». Mouvement dans lequel s’inscrit naturellement la Fondation de France, l’Europe constituant « la bonne échelle » pour de nombreux sujets.

Grouper nos forces pour avoir plus d’impact

« En mutualisant leurs ressources, les quatre fondations qui ont créé le programme JAFOWA -Joint Action for Farmers Organisations in West Africa- se donnent les moyens de mettre en œuvre à long terme des projets significatifs, pour une agriculture durable au Burkina Faso et au Sénégal », explique ainsi Karine Meaux, responsable des programmes urgence et agriculture familiale à la Fondation de France. JAFOWA réunit la Fondation de France, les Fondations Cariplo et Compagnia di San Paolo en Italie, et la Fondation for a Just Society et c’est le réseau NEF – Network of European Foundations- qui en assure la gestion opérationnelle. Le budget annuel permet de soutenir huit actions de terrain portées par des réseaux africains pendant deux à trois ans, pour favoriser la transition agro-écologique, ainsi que la participation et le leadership des femmes et des jeunes. « Ce programme européen soutient aussi la constitution d’une communauté d’échanges sur les pratiques agricoles, la formation des acteurs et les démarches de plaidoyer à l’échelle des pays », précise Karine Meaux. Autre avantage : les actions de ce regroupement bénéficient d’une forte visibilité vis-à-vis des autres fondations européennes et américaines.

Partager les meilleures pratiques pour progresser collectivement

La philanthropie européenne en chiffres

- Nombre de fondations : 147 000 (en 2018)

- Dépenses cumulées : 61 milliards € (en 2017)

- Actifs cumulés : 511 milliards € (en 2017)

Source : Fondation de France

La dimension de partage d’expériences est au cœur de la plupart des démarches transnationales menées en Europe. C’est par exemple l’un des points forts du programme européen pour l’intégration et la migration EPIM, créé en 2005 et qui regroupe 25 fondations européennes, dont la Fondation de France. EPIM est également géré opérationnellement par NEF (Network of European Foundations). Travaillant sur plusieurs axes - alternatives à la détention, enfants migrants, communication sur les migrations, réforme du système européen de l’asile, inclusion/intégration etc- EPIM joue un rôle de coordinateur et de facilitateur (renforcement et mutualisation des compétences, mise en réseau des organisations) pour des structures à vocation européenne ou des associations nationales qui souhaitent essaimer leurs actions. « L’échelon européen est incontournable dans la définition des politiques migratoires, et il était indispensable que l’action philanthropique y joue sa part », souligne Suzanne de Bellescize, responsable du programme Solidarité migrants de la Fondation de France. « Pour les fondations participantes, c’est aussi une source d’inspiration précieuse. En effet, EPIM a engagé un long travail de repérage des dix meilleurs projets en faveur de l’intégration des migrants*,  et accompagnera les associations et les fondations pour faciliter leur diffusion. »

Démarche similaire au cœur du projet européen TRANSFORM (Transnational Forum on Integrated Community Care)**, qui réunit plusieurs fondations européennes et canadiennes depuis 2017. Toutes partagent un constat alarmant : les systèmes de santé dans les pays européens sont cloisonnés, fragmentés et souvent construits par pathologies. Cette difficulté à prendre en compte le patient dans sa globalité compromet l’efficacité des prises en charge. TRANSFORM a pour objectif de promouvoir un autre modèle du soin, privilégiant la prise en compte des malades dans leur cadre de vie et la coordination entre acteurs du soin, du médico-social, du cadre familial ou communautaire. Pour inspirer les décideurs et les professionnels, TRANSFORM a réalisé une cartographie de pratiques exemplaires (à l’échelle européenne, voire mondiale), et organise des conférences pour les valoriser et faire progresser la réflexion collective. Pour le docteur Nathalie Senecal, expert conseil Santé et Recherche à la Fondation de France, « le projet TRANSFORM prend toute sa valeur à la lumière de la crise sanitaire Covid-19. Celle-ci a en effet permis de mesurer les conséquences du manque d’investissement dans la prévention et dans un système de santé réactif, capable d’agir à l’échelle des communes et des quartiers. »

Défendre des valeurs et un modèle de société

Au-delà de ces mobilisations thématiques (agroécologie, développement international, migrations, santé, culture, action sociale  etc ), la philanthropie européenne est également aux avant-postes pour défendre le modèle démocratique, « alors que celui-ci est contesté au cœur même du continent, avec la pression sur les libertés publiques, la manipulation de l’information, les menaces sur l’indépendance de la presse… », précise Gaëlle Kergraisse, responsable des programmes Solidarités internationales et Urgences à la Fondation de France. C’est pourquoi la Fondation de France a rejoint le consortium Civitates. Créé en 2017, Civitates rassemble 20 fondations européennes soucieuses de faire vivre la démocratie et la solidarité en Europe, en soutenant les acteurs de la société civile. Pour défendre un espace européen dans lequel toutes les voix soient entendues, Civitates accompagne notamment des projets contre la désinformation numérique et soutient les médias indépendants d’intérêt public.

Vitalité philanthropique, vitalité démocratique… même combat

« Parce qu’elle repose sur la générosité et la participation de tous aux choix de société, la vitalité philanthropique contribue d’ailleurs à la vie démocratique », souligne Axelle Davezac, directrice générale de la Fondation de France. « C’est pourquoi nous appuyons l’initiative « philanthropy advocacy » portée conjointement par l’European Foundation Center (EFC), et par le réseau DAFNE (Donors and Foundations Network in Europe). Son objet :  progresser vers un véritable marché unique de la philanthropie, pour faciliter l'engagement philanthropique partout en Europe. »

* Les initiatives retenues sont : Duo for a job, Rising You, Share your world, Welcoming America, MIGhelp, Saathi house, SOS racismo, Bread house, Singa France et Singa Deutschland.

** Les fondations membres de TRANSFORM sont la Compagnia di San Paolo (Italie), Conconi Family Foundation (Canada), la Fondation de France (France), le Fonds Dr. Daniël De Coninck, sous égide de la Fondation du Roi Baudouin Foundation (Belgique), Graham Boeckh Foundation (Canada), “la Caixa” Foundation (Espagne), Robert Bosch Stiftung (Allemagne) et St. Paul’s Foundation (Canada).

 

Favoriser la générosité sans frontières

Comment permettre à tout citoyen d’une nation européenne de soutenir des organisations d’autres pays membres, tout en conservant les avantages fiscaux prévus par la législation de son pays de résidence ? La réponse tient en trois lettres : TGE, pour « Transnational Giving Europe ». Grâce à TGE, en 2019, plus de 6 600 donateurs ont fait un don transfrontalier, pour un montant global de près de 14 millions d'euros.

Fondé en 1998, à l’initiative de la Fondation de France, de la Charity Aid Foundation (au Royaume-Uni), de la Fondation du Roi Baudoin (Belgique), et du Prins Culture Founds (Pays-Bas), le réseau compte aujourd’hui 21 partenaires. En 2020, le TGE a lancé un projet pilote de plateforme de dons en ligne, une avancée majeure pour les acteurs européens de la philanthropie.

> Pour en savoir plus sur le TGE

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer