Aller au contenu principal
Par Collectif Je t'Aide - Publié le 8 septembre 2020 - 17:14 - Mise à jour le 9 septembre 2020 - 18:47
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Le Collectif Je t’Aide publie une étude : "les aidant.e.s à l’épreuve du confinement"

Suppression ou diminution des aides à domicile, manque de personnel soignant, fermeture des structures d’accueil, … les aidant.e.s se sont retrouvé.e.s en première ligne pendant le confinement pour s’occuper, seul.e.s, la plupart du temps, de leur proche fragilisé. Afin d’identifier les difficultés rencontrées et les solutions trouvées par les aidant.e.s pour accompagner leur proche pendant le confinement, le Collectif Je t’Aide a réalisé une étude, en partenariat avec EmiCité « les aidant.e.s à l’épreuve du confinement ».

Une étude nécessaire pour alerter sur le manque d’aides et de soutien et rappeler le rôle immense joué par les aidant.e.s durant cette crise

Pendant la crise sanitaire, les interventions des professionnels de santé ou des services d’aide à domicile ont été massivement réduites, ou annulées. Les aidant.e.s ont dû prendre en charge, bien souvent seul.e.s,  leur proche fragilisé.Suite à de nombreux messages alarmants d’aidant.e.s, postés sur les réseaux sociaux, le Collectif Je t’Aide a souhaité savoir comment les aidant.e.s avaient vécu cette situation. Près de 800 aidant.e.s ont répondu au questionnaire et les résultats sont alarmants. 

 

Des aidant.e.s qui ont pallié les déficiences du système de santé

55% des aidant.e.s ont effectué pendant le confinement des actes habituellement réalisés par des professionnel.le.s. Et pour cause : 56% des interventions d'aides à domicile ont été suspendues. Parmi les interventions réalisées par les aidant.e.s, plus de 40% concernent des actes médicaux, allant du changement de pansement à la pose ou au retrait de cathéter sous cutané.

Plus de 60% de ces actes concernent les soins de nursing et près de 100% les gestes de kinésithérapie, orthophonie et psychomotricité. Ces actes réalisés par les aidant.e.s ont engendré un sentiment de charge d’aide maximale pendant le confinement pour 49% d’entre eux.elles.

 

De nombreuses conséquences sur le quotidien des aidant.e.s

« J’ai peur que les prises en charges ne reprennent pas rapidement. Que les troubles de ma fille empirent... »

Contamination et risque de décès, perte de capacités, de motricité du proche aidé pendant le confinement, mais aussi multiplication des risques de contamination, prolongation de la crise sanitaire, les inquiétudes des aidant.e.s sont nombreuses. 61% des aidant.e.s ont déclaré éprouver un niveau d’inquiétude élevé (entre 8 et 10) face à la situation sanitaire.

Par ailleurs, une majorité d’aidant.e.s interrogée a déclaré avoir eu des difficultés à faire appliquer les gestes barrière à leur proche. A ces difficultés viennent s’ajouter l’aggravation des troubles et des problèmes de santé du proche aidé, mais aussi un épuisement de l’aidant.e.

« Je ressens une grande fatigue puisque je n’ai aucun relais. Mon fils est totalement impatient, du coup il crie, il chouine, il fait du bruit en permanence, pas de sortie du tout donc le moral qui baisse et plus d’énergie pour autre chose ».

 

Le Collectif Je t’Aide alerte contre le manque de moyens mis à disposition des aidant.e.s

Face à la crise sanitaire actuelle, à l’éventualité d’une 2 ème vague et au regard des résultats de cette étude, le besoin de répit représente plus que jamais une nécessité et une urgence pour les 11 millions d’aidant.e.s  . « Une grande partie des aidant.e.s s’occupe de leur proche 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an.Face au risque d’une deuxième vague, nous ne pouvons imaginer que les pouvoirs publics laissent une nouvelle fois les aidant.e.s sans aide, sans solution de répit, nous réclamons des droits pour éviter que de nombreux.ses aidant.e.s se retrouvent dans des situations extrêmes pouvant conduire à l’épuisement », commente Claudie Kulak, présidente du Collectif Je t’Aide. Le Collectif demande des mesures pour que le répit soit un droit pour tous les aidant.e.s.

Retrouver notre plaidoyer 

Consulter le rapport d'Etude

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer