Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 8 janvier 2020 - 12:19 - Mise à jour le 8 janvier 2020 - 12:23
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Opération Pièces Jaunes 2020 : « Nous allons tester des bornes automatiques de dons »

Plus de 30 ans après son lancement, l’opération Pièces Jaunes revient jusqu’au 15 février pour appeler aux dons en faveur de l’amélioration des conditions d'hospitalisation des enfants et adolescents. Entretien avec Danuta Pieter, déléguée générale de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.

Crédit photo : DR.

Ce 8 janvier débute la 31e opération Pièces Jaunes, appelant les Français·e·s à donner à la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France pour l’amélioration des conditions d'hospitalisation des enfants et adolescents. Danuta Pieter, déléguée générale de la Fondation désormais présidée par la Première dame Brigitte Macron, nous a présenté les spécificités de l’édition 2020, alors que la petite tirelire est confrontée à des dons de plus en plus dématérialisés.

  • L’opération Pièces Jaunes commence ce mercredi. Quels sont vos objectifs cette année ? 

L’objectif est une fois encore de collecter de l’argent pour améliorer les conditions d’accueil et de vie des enfants, adolescents et jeunes adultes à l'hôpital, dans nos champs d’action qui sont notamment ceux du rapprochement des familles et de l’amélioration des conditions d’accueil et de prise en charge des adolescents en souffrance. Le but : lutter contre les ruptures familiales, sociales et culturelles engendrées par l’hospitalisation, surtout quand elle est de longue durée.

Le grand lancement de cette édition se déroule ce mercredi au centre hospitalier régional d'Orléans avec notre nouvelle présidente Brigitte Macron, accompagnée du parrain de l’opération pour la deuxième année consécutive, Didier Deschamps. Nous allons particulièrement mettre en avant l’une de nos dernières réalisations : la maison hospitalière du CHR d'Orléans, qui a pour vocation d’accueillir des familles d’enfants hospitalisés. Il s’agit d’un lieu chaleureux de 12 chambres, qui comporte également des espaces de vie communs pour que les familles puissent se détendre et se soutenir. 

  • Quel bilan global faites-vous des Pièces Jaunes ? 

En 31 ans, nous avons accompagné plus de 15 000 projets à travers la France dans différents domaines et champs d’action, mais toujours pour ce qui concerne l’amélioration des conditions d’accueil et de vie des personnes les plus fragiles à l'hôpital. Quand la Fondation a été créée autour de la question du rapprochement des familles, cela n’avait rien d’évident que les parents puissent rester près de l’enfant hospitalisé. Et si aujourd’hui, fort heureusement, ça l’est, nous sommes toujours nécessaires pour construire les maisons des parents, les chambres parents-enfants, ou encore pour acheter des lits accompagnants. 

La Fondation est également très engagée dans la création des maisons des adolescents : nous en avons ainsi accompagné 72 pour en faire des lieux d’accueil pour les adolescents en difficulté. Enfin, la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France s’est récemment engagée dans deux grands champs d’action : l’accompagnement de la transition des jeunes atteints de maladies chroniques des services de pédiatrie aux services d’adultes, et la question du répit pour les aidants familiaux.

  • Pièces Jaunes est en quelque sorte l’ancêtre du microdon. Quelle est votre stratégie, alors que le don se fait de plus en plus numérique ? 

Bien évidemment, les usages changent. Aujourd’hui, nous avons de moins en moins de pièces dans nos poches, donc c’est un vrai défi pour la Fondation de diversifier ses canaux de collecte. Nous gardons l’opération physique avec les petites boîtes distribuées aux enfants, qui les apprécient beaucoup, mais nous nous tournons aussi vers d’autres modes de collectes, dont le microdon. Nous avons introduit la possibilité de faire un don de cinq euros par sms en envoyant DON au numéro dédié 92 111, et nous développons le don en ligne sur notre site

Cette année, nous allons aussi tester des bornes automatiques de dons dans les plus grands hypermarchés Carrefour. Grâce à un partenariat avec la société Coinstar qui met gracieusement ces machines à disposition, chacun·e pourra verser directement ses pièces dans les machines, et recevoir un reçu leur ouvrant ensuite la possibilité d’obtenir un reçu fiscal. Dans les mois qui viennent, nous allons également développer une tirelire électronique ainsi que des arrondis en caisse avec différentes enseignes.

  • Que représente l'arrivée de Brigitte Macron à la tête de la Fondation ?

C’est le début d’une nouvelle et belle aventure. Bernadette Chirac s’est consacrée pendant 25 ans à la Fondation, ça a été quelque chose de très important pour elle et c’est elle qui lui a donné la dimension qu’elle a aujourd’hui. Avoir une autre Première dame, et une Première dame investie, c’est quelque chose de formidable pour la fondation, qui rentre dans une nouvelle ère. Brigitte Macron commence par écouter le terrain, tous les professionnels du secteur hospitalier. Mais elle aura également à cœur de développer le soutien de la fondation aux petites associations qui sont au quotidien auprès des patients pour leur proposer des activités ou encore des séjours à l’extérieur. Enfin, elle est bien sûr sensible de par son métier aux questions d’apprentissage, qu’il s’agisse des troubles ou de la continuation des apprentissages quand des problèmes de santé éloignent les enfants et adolescents de l’école classique.

Propos recueillis par Mélissa Perraudeau 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer