Aller au contenu principal
Par FONDATION DE LA 2ème CHANCE - Publié le 28 octobre 2020 - 16:10 - Mise à jour le 28 octobre 2020 - 16:12
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Participer à l'action de la Fondation de la 2ème Chance : membre du Comité d'Agrément

Monsieur Jacky VOISINE, Membre du Comité d’Agrément de la Région Seine et Ouest, témoigne de son engagement au sein de la Fondation de la 2ème Chance.

« Nantais d’origine et breton de cœur, de formation technique, j’ai commencé ma vie professionnelle dans l’industrie du téléphone chez LMT et Thomson CSF.

A 35 ans, dans les années 80, j’ai créé ma première entreprise dans le domaine de l’informatique. Elle est devenue, quelques années plus tard, une filiale d’IER avant de faire l’objet d’une fusion. J’ai évolué au poste de Directeur Technique puis de Directeur de Division chez IER.

En 2002, j’ai quitté le Groupe pour lancer une nouvelle activité dans ma région. Après l’avoir développée pendant 16 ans, j’ai cédé la majorité du capital et la direction à mes cadres. Depuis un peu plus d’un an, pour occuper ma semi-retraite, je me suis investi dans le redressement d’une société en difficulté, toujours dans la région nantaise.

En 2000, la Fondation de la 2ème Chance m’a été présentée par le DRH d’IER et j’ai été recruté par Michel GIRAUD et Jean ESPERN. Ce dernier cherchait, pour le Comité du Grand Ouest qu’il présidait, des collaborateurs du Groupe originaires de la région.

J’ai ressenti l’envie de participer à ce qui m’est apparu comme une initiative généreuse. Engagé en tant que Président d’un comité d’attribution de prêts d’honneur, j’ai l’habitude de côtoyer des créateurs en recherche de financement. Je connais leurs difficultés et les obstacles qui se présentent sur leur parcours.

Je me suis vite aperçu que la Fondation de la 2ème Chance intervenait à un autre niveau, celui du rebond, celui qui permettait à une personne en grande difficulté de retrouver un sens à donner à sa vie.

J’ai toujours trouvé que mon engagement restait très modeste. Souvent, lors des préparations des comités, à la lecture des nombreux dossiers à étudier, j’ai pensé aux instructeurs qui font un vrai travail de terrain, vont au contact des candidats, évaluent leur situation et leurs besoins, cherchent et trouvent des voies pour les aider à avancer. Avec ceux qui les épaulent au siège, ce sont eux les vrais artisans des succès de la Fondation.

Pour être honnête, les premières études de dossier ont été difficiles. Même si les instructeurs font tout pour rendre leurs dossiers compréhensibles et que les coordinatrices régionales complètent notre information en séance, j’ai souvent eu le sentiment de manquer d’éléments pour juger. J’ai appris à le faire avec ce qui nous est présenté et à faire confiance aux appréciations des instructeurs.

En 20 ans, j’ai donc vécu des comités animés pour lesquels les membres, généralement d’accord sur la majorité des dossiers, devaient parfois s’entendre sur des compromis pour quelques-uns d’entre eux. Chacun venait avec ses compétences, son expérience et sa sensibilité. J’ai beaucoup appris au contact des autres membres et je garde un superbe souvenir de ces rencontres que nous avons su rendre conviviales en restant sérieux sur le contenu.

Au final, je suis fier d’avoir participé à ces comités et à l’action de la Fondation de la 2ème Chance dont j’apprécie les principes de solidarité et d’assistance positive.»

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer