Aller au contenu principal
Par Fondation pour l'Enfance - Publié le 15 avril 2021 - 11:51 - Mise à jour le 15 avril 2021 - 11:51
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Prévention précoce de proximité : un dispositif innovant pour rendre accessible le suivi psychologuique des familles vulnérables avec de tout jeunes enfants

Cette année, la Fondation pour l'Enfance a fait le choix de soutenir le projet BASE - Bébé Accueil Soin Ecoute – porté par l’association Des psys dans la cité. Découvrez ce beau projet innovant de prévention précoce.

                  Comme le montre le rapport de la Commission des 1000 premiers jours de l’enfant[1], il y a aujourd’hui un large consensus pour souligner l’importance fondamentale des 3 premières années de l’enfant pour son développement et son bien-être futurs. L’attention est en particulier portée sur le développement social et cognitif et la qualité de ses relations avec ses parents et les adultes qui s’occuperont de lui, autrement dit son attachement à des figures sécurisantes et stables.

Les échanges par la voix, le langage, le jeu entre lui et un adulte familier sont pour l’enfant un plaisir et une façon d’appréhender le monde dans lequel il vit.

Il arrive que ces conditions essentielles de développement soient mises à mal par l’épuisement des parents, un désintérêt pour l’enfant, une dépression, des troubles psychiatriques de l’un d’eux ou du couple ou encore la pauvreté matérielle qui se répercutent sur le sentiment de sécurité éprouvé par les familles et donc par les enfants. Les liens parent-bébé s’établissent alors de façon plus incertaine et la violence risque de devenir le mode d’échange principal.

Trop de familles, de soignants et de professionnels de l’enfance connaissent mal ces situations et leurs conséquences. Consulter un professionnel pour parler de ses difficultés n’est pas un réflexe acquis pour les jeunes parents, d’autant que l’accès à ces professionnels est difficile. Les structures de proximité comme les CAMSP ont souvent des temps d’attente très importants.

Pourtant, de nombreux travaux scientifiques et rapports de santé publique indiquent que la prévention et la précocité du soin réduisent les conséquences coûteuses des troubles pour l’enfant, sa famille, et la société. 

Ne faut-il pas renforcer les moyens pour des interventions plus utiles et précoces pour aider les familles ?

Les réponses apportées aux difficultés des parents pour établir un lien constructif avec leur enfant réclament une approche modulée, non culpabilisante, qui puisse rassurer les parents sur leurs compétences et qui réponde à leurs besoins, notamment d’avoir confiance en eux. 

En leur apportant des repères et un soutien collectif elles doivent permettre de rompre l’isolement et le retrait dans lesquels ces familles se réfugient.

C’est la raison pour laquelle la Fondation pour l’Enfance a souhaité soutenir cette année le projet de BASE - Bébé Accueil Soin Ecoute – porté par l’association Des psys dans la cité. Ce dispositif opérationnel d'accueil et de Prévention précoce des troubles psychiques et relationnels est à destination des enfants de 0 à 3 ans et de leur famille.

En créant un lieu d’accueil au « pied de la cité » et en travaillant étroitement en lien avec les partenaires, les psychologues souhaitent venir renforcer les compétences parentales et prévenir les "dysparentalités" et les maltraitances par un étayage plus soutenu proposé aux parents repérés comme vulnérables. La localisation du projet, au cœur même du lieu de vie des familles, va induire une proximité avec des publics habituellement très en distance des dispositifs de soin en santé mentale.

Aussi, en proposant une éducation à la santé mentale du jeune enfant, qui passe par une meilleure connaissance et un meilleur respect des besoins des bébés, ils posent les premiers jalons de la sécurité affective, du rythme adéquat et d’un environnement stable et prédictible.

Du côté des enfants, le soutien aux compétences relationnelles ainsi que la transmission des prérequis de la communication, du langage et de la sociabilité vont permettre une meilleure expression de leurs besoins. Les professionnels misent sur un soutien aux capacités de réassurance et d’autonomisation psychique, limitant les difficultés de séparation et les troubles anxieux pour avancer vers un attachement sécurisant et une entrée en collectivité plus sereine.

 

 

[1] https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport-1000-premiers-jours.pdf

Fermer
Fermer