Aller au contenu principal
Par Mountain Bikers Foundation - Publié le 19 février 2018 - 14:45 - Mise à jour le 19 février 2018 - 15:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Le Boom du VTT à assistance électrique

C’est un constat, le vélo à assistance électrique ne cesse de se développer ces dernières années et s’invite désormais dans les chemins. La Mountain Bikers Foundation, association nationale pour le développement durable et responsable du VTT, souhaite mettre un coup de projecteur sur cette évolution.

Le Boom du VTT à assistance électrique

Le partage des sentiers et le respect de la nature seront pour cette communauté de pratiquants l’un des principaux axes de travail dans les années à venir. La pratique étant en constante croissance, cela apporte non seulement une augmentation du nombre de pratiquants, mais aussi une augmentation du nombre de personnes non initié aux sports de nature sur les sentiers. Des actions de sensibilisations sont donc à développer pour que la cordialité entre pratiquants sur les sentiers perdure.

L’autre aspect qui semble déterminant concerne la règlementation de ces vélos : un VTT à assistance électrique homologué (dit VTTAE), roule à 25km/h et est soumis à la même réglementation qu’un VTT classique. Certains vélos à assistance électrique quant à eux, roulent à 45km/h. Ils sont soumis à la même réglementation que les cyclomoteurs et sont souvent appelés speedbike. Ces vélos créent le flou entre le VTT et la moto, leur aspect étant à peu de chose près identique à un VTTAE, lui-même associer aux VTT classiques.

La situation actuelle oblige l’association MBF à lancer l’alerte pour éviter l’amalgame entre les deux. Pour cela, nous sommes actuellement en relation avec le ministère de l’Intérieur, mais aussi des Sports et de l’Environnement afin de créer une distinction claire entre le VTT à assistance électrique et les speedbike reconnues cyclomoteurs.

Ces nouveaux vélos sont une belle opportunité de sport pour tous, de pratique mixte, de découverte de l’environnement, d’un territoire ou d’un grand itinéraire. Il semble important que les pouvoirs publics reconnaissent rapidement cette distinction dans la règlementation, afin d’anticiper toutes dérives de la pratique et ne garder que le côté positif de cette évolution.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer