Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Colloque Sanofi Espoir : « la santé comme pilier de l’insertion »

Colloque Sanofi Espoir : « la santé comme pilier de l’insertion »
Le 19 juin prochain, la Fondation Sanofi Espoir organise un grand colloque autour des « Vulnérabilités et Parcours de vie en France ». Une initiative d’un genre nouveau, puisque l’ensemble des projets présentés aura été entièrement co-construit en amont par les acteurs de l’intérêt général. Six thématiques transversales ont été identifiées et travaillées au sein d’ateliers, sous l’impulsion de deux associations. Parmi ces six axes de réflexion, la santé comme pilier de l’insertion.


 

 

Etre en bonne santé : un sujet médical… mais pas seulement

 

Lorsqu’on évoque le sujet de la santé, on pense aux soins, aux professionnels et aux structures, aux maladies – qu’elles soient physiques ou mentales. Mais en regardant de plus près la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé, on s’aperçoit qu’il s’agit d’une problématique bien plus vaste. Car la santé y apparaît comme « un état de complet bien-être physique, mental et social ».

 

Autrement dit, précise l’organisation, on ne parle pas seulement d’une « absence de maladie ou d’infirmité ». Mais bel et bien de l’une des conditions sine qua non de l’insertion, au même titre que l’éducation, le logement ou la mobilité.

 

C’est pourquoi, sous l’égide de la Fondation Sanofi Espoir, l’association des Apprentis d’Auteuil et l’Observatoire du Samusocial ont mis en place un atelier consacré à cette thématique en vue du colloque du 19 juin prochain.

 

Et plus précisément, une réflexion de fond sur la santé mentale. « Ça ne se restreint pas aux troubles ou handicaps mentaux », explique Chloé de Fursac, chef de projet à la direction de la Stratégie des Apprentis d’Auteuil. Et pour cause. L’OMS la définit comme un état « dans lequel une personne peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et contribuer à la vie de sa communauté ». Autant de paramètres au cœur même des situations de vulnérabilité.

 

Un sujet aux enjeux multiples, une réponse globale et coordonnée

 

Apprentis d’Auteuil et l’Observatoire du Samusocial ont réuni au sein de l’atelier des contributeurs éclairés, qu’ils soient institutionnels ou associatifs. « Il nous a semblé important d’aborder cette problématique de façon large et globale, précise Chloé de Fursac. On a fait appel à une grande diversité de leviers complémentaires pour favoriser la bonne santé mentale des personnes en situation de vulnérabilité. Par exemple, en prenant en compte la psychologie positive, la relaxation, la sophrologie… ».

Les sessions de co-construction qui se sont déroulées en amont du colloque ont été riches d’enseignements. Et d’échanges avec d’autres acteurs de l’intérêt général. « Pouvoir animer cet atelier avec Émilie Adam-Vézina de l’Observatoire du Samusocial de Paris a été très enrichissant, témoigne Chloé de Fursac. Et je suis vraiment enthousiaste à l’idée de partager avec d’autres lors du colloque. » Rendez-vous est donc pris pour le 19 juin 2018, où le travail de l’atelier sera présenté devant 200 experts. « C’est une problématique complexe, et cela nécessite de faire appel à l’intelligence et à l’action collective ! »

 

S'inscrire au colloque Vulnératibilités et Parcours de vie en France.

 

Crédit photo : Patrick Bar

, , , ,