Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

CDC Habitat accueille près de 8 000 personnes en difficulté grâce à Hémisphère

CDC Habitat accueille près de 8 000 personnes en difficulté grâce à Hémisphère
Forte de l’expertise de ses filiales Adoma et AMPERE Gestion, CDC Habitat a remporté́ en 2016 deux appels d’offres émanant des ministères de l’Intérieur et du Logement pour la création de centres d’hébergement sociaux. L’entreprise a lancé Hémisphère, un fonds d’investissement à impact social géré́ par AMPERE Gestion et réuni plusieurs investisseurs institutionnels, qui se sont engagés à hauteur de 100 millions d’euros sur dix ans. Le montage financier, qui repose pour les investisseurs sur une part variable liée à l’atteinte des objectifs sociaux fixés dans les termes du projet, a d’ores et déjà permis l’acquisition et la rénovation d’une soixantaine d’hôtels, dans lesquels séjournent désormais environ 3 700 demandeurs d’asile et 2 300 personnes condamnées à la rue. Hémisphère devrait permettre de financer in fine 10 000 places en hébergement d’urgence.


 

Un montage financier innovant pour une action rapide en faveur des publics en difficulté

 

Sont désormais logés dans les immeubles de CDC Habitat 7 841 personnes en difficulté, demandeurs d’asile ou à la rue. La filiale dédiée au logement de la Caisse des dépôts a pour ce faire mobilisé deux de ses filiales, Adoma, spécialisée dans l’insertion par le logement, et AMPERE Gestion. Les deux appels à projets lancés par les ministères de l’Intérieur et du Logement ont été créés afin de répondre à l’engorgement des structures d’hébergement d’urgence et à la problématique des “vendeurs de sommeil” en créant des places d’hébergement pérennes complétées par un accompagnement social. Adoma et AMPERE Gestion ont structuré un fonds d’investissement à impact social dédié au projet, Hémisphère. Le fonds a ensuite réuni une série d’investisseurs institutionnels, parmi lesquels la Caisse des Dépôts, Aviva France, BNP Paribas Cardif, CNP Assurances et Pro BTP, qui se sont engagés pour dix ans à hauteur de 100 millions d’euros autour d’un montage un peu particulier, puisque leur rémunération comporte une part variable liées à la réussite du projet social. “Ils ont répondu présent assez rapidement, et ont voulu avec nous structurer un fonds qui puisse aller un peu plus loin que des déclarations d’intention, avec des objectifs sociaux bien définis, mesurables, auditables et sur lesquels repose une partie de leur rémunération, qui est variable et dépend de l’atteinte des objectifs sociaux”, explique Nathalie Caillard, directrice générale déléguée d'AMPERE Gestion. Le reste des fonds provient d’un prêt de la Banque de développement du Conseil de l’Europe (CEB).

 

Le projet social d’Hémisphère

 

Ces objectifs sociaux, quels sont-ils justement ? La scolarisation des enfants entre 6 et 16 ans, l’accès au droit sociaux des ménages éligibles, un accompagnement personnalisé et enfin l’orientation vers un logement accompagné ou social. Depuis le lancement du dispositif, près de 8 000 personnes ont aujourd’hui une place dans l’un des soixante-deux hôtels économiques rachetés par CDC Habitat et reconvertis pour les demandeurs d’asile en PRAHDA (3 760) ou en HUAS (2 289), pour les personnes à la rue, sur les 10 000 promises par Hémisphère. Gérés par Adoma, les établissements enregistrent aujourd’hui un taux de sortie positif d’environ 45 %, et 95 % des enfants seraient scolarisés. Sur place, les équipes d’Adoma travaillent également étroitement avec des associations comme les Restos du Cœur, afin de recréer du lien social dans les établissements ou d’assurer des cours d’alphabétisation.

 

 

, , , , ,