Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 15 octobre 2018 - 07:41 - Mise à jour le 15 octobre 2018 - 07:51
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[POSITIVONS] Wanted, la communauté solidaire de Facebook

Créer un groupe sur Facebook pour mettre en relation des inconnus à la recherche de conseils, de bons plans, ou même de soutien moral : c’est le pari un peu fou qu’ont fait trois amis bordelais, il y a maintenant 7 ans. Un projet au succès fulgurant, qui a connecté des centaines de milliers d’internautes à travers la France et dans le monde, et qui a permis d’écrire de belles histoires. Fonctionnant grâce à plusieurs dizaines de bénévoles, la communauté a récemment été récompensée par Facebook, avec une enveloppe d’un million de dollars. Un gros soutien financier pour donner un nouvel élan à la communauté virtuelle et ses nombreux projets solidaires et éthiques. Carenews revient sur cette success story inspirante.

[POSITIVONS] Wanted, la communauté solidaire de Facebook

 

Une communauté virtuelle pour une solidarité bien réelle

 

La communauté Wanted démarre sur un coup de tête, avec la création d’un groupe Facebook, dont le premier nom sera Wanted#BonPlans. L’idée de Luc Jaubert, son créateur, à l’époque gérant d’un café parisien : échanger des bons plans à Paris. Porté par un bouche à oreille croissant, le groupe prend de l’ampleur et compte rapidement plusieurs centaines, puis plusieurs milliers d’adhérents. Face au succès du groupe parisien et au constat que le concept était parfaitement reproductible dans toute la France, Luc Jaubert décide, avec ses deux amis Jérémie Ballarin et Christian Delachet, alors respectivement social media manager et avocat, d’exporter en 2014 le concept à Bordeaux, le bastion des trois amis désormais associés.

 

Le réseau se développe ensuite particulièrement en 2015 dans de nouvelles grandes villes de France : Toulouse, Lyon, Marseille, Nantes, Lille, Montpellier… Aujourd’hui, la communauté des “wantediens” est présente dans 82 villes en France métropolitaine et Dom-Tom, ainsi que dans plusieurs pays ou régions francophones (Belgique, Suisse, Luxembourg, Afrique francophone, Nouvelle-Calédonie, Québec) et aux États-Unis, où le concept est actuellement en phase de test à New York et à Chicago.

 

De l’aveu de ses fondateurs, la communauté Wanted a pris une dimension nouvelle lors des attentats ayant touché la France en 2015. Avec la saturation des réseaux téléphoniques, de nombreux internautes se sont retrouvés sans la possibilité de joindre leurs proches présents dans la capitale, et se sont alors tournés vers les réseaux sociaux, et plus particulièrement vers la communauté Wanted sur Facebook, pour lancer des appels à l’aide et communiquer les informations quasiment en temps réel. C’est dans ce contexte malheureux qu’émerge l’énorme potentiel de la communauté, qui se révèle très active : aujourd’hui, plus de 75 % des 750 000 Wantediens français sont actifs sur les groupes.

 

Mais Wanted, ce sont aussi de très belles histoires, qui montrent tout le pouvoir de la solidarité et du partage : à l’image de ce sans-abri qui, en moins d’une semaine, a trouvé un emploi grâce au groupe Wanted community de Bordeaux, après qu’une internaute ait lancé un appel à l’aide et une cagnotte en ligne pour lui venir en aide ; un autre encore avait trouvé un logement en 48 heures, grâce à un appel à l’aide lancé par une internaute. Dans la capitale, des maraudes sont également organisées via le groupe Wanted community Paris afin de soutenir moralement et matériellement des personnes sans-abri.

 

Coup de pouce financier de Facebook et nouveaux projets

 

Pour les fondateurs, les clés du succès de la communauté Wanted se trouvent dans son identité “résolument sociale”, sa gestion en “bon père de famille” et dans ses règles très strictes de modération (pas de publicité ou de branding, pas de sujet religieux ou politique, pas de contrefaçons ou de vente non autorisée) qui lui permettent de rester fidèle à sa conception première d’entraide et de solidarité. Pour autant, si la communauté Wanted connaît un succès grandissant, elle ne rapporte “pas un rond” à ses fondateurs qui ont tous quitté leur emploi pour se consacrer pleinement au développement de la communauté, et fonctionne grâce au travail de plusieurs dizaines de bénévoles qui passent, chaque jour, plusieurs heures à gérer les groupes et modérer les posts et les commentaires.

 

Un modèle économique qui aurait pu se retrouver rapidement dans l’impasse, malgré les nombreuses idées des trois amis pour développer le concept et le rendre durable. Wanted prend un nouvel élan, à la fin du mois de septembre 2018, lorsque les fondateurs sont récompensés par le réseau Facebook lui-même dans le cadre du Community Leadership Program, un programme qui récompense les communautés les plus inspirantes du réseau social à travers le monde. Wanted community est le seul lauréat européen de ce prix. À cette récompense d’un million de dollars (environ 850 000 euros), s’ajoute un programme de résidence et d’accompagnement pendant une semaine dans les locaux de Facebook à Menlo Park, en Californie.

 

Wanted avait déjà lancé de nombreux projets, et ce gros coup de pouce financier va permettre de mettre en place un modèle vertueux pour assurer la pérennité du projet, tout en restant en accord avec les valeurs de solidarité et d’éthique de la communauté Wanted. La première action de Wanted a été de créer une boutique en ligne solidaire répondant à une démarche éco-responsable, 100 % des bénéfices étant reversés à l’ONG WeForest qui lutte contre le réchauffement climatique par la reforestation. Début septembre 2018, un premier Wanted Café “pilote” a vu le jour à Bordeaux, pour permettre à la communauté virtuelle de se retrouver dans un lieu accueillant et chaleureux, et où les valeurs de la communauté se retrouvent : un menu est proposé à petits prix, on y pratique les “cafés suspendus”, et 2 % du chiffre d’affaires est reversé à une association bordelaise, choisie après consultation de la communauté. Le Wanted Café accueille également des associations pour des évènements ou des réunions.

 

Les trois fondateurs de Wanted fourmillent d’idées et ont l’ambition de “devenir la plus grande communauté d’entraide et de coopération sociale au monde”. Plusieurs axes vont être explorés, pour étendre le pouvoir d’action de la communauté à des services concrets. Les fondateurs envisagent ainsi de créer une marketplace de services avec des professionnels de qualité, labellisés “Wanted Community”, ainsi que des plateformes de recherche d’emplois et de solution de logement. Des projets ambitieux, mais comme aime à le rappeler Christian Delachet, “rien est impossible, surtout lorsque l’on est portés par une telle communauté qui nous rappelle chaque jour que rien n’est solitaire mais solidaire”.

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer