Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 26 octobre 2018 - 08:39 - Mise à jour le 26 octobre 2018 - 08:57
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[CHIFFRE] Plus d'un Français sur deux affirme faire confiance aux associations

Les Français font-ils confiance, en 2018, aux associations et aux fondations faisant appel aux dons ? C’est la question à laquelle a voulu répondre l’association du Don en Confiance, une association regroupant 89 associations et fondations labellisées et qui oeuvre pour contrôler l’appel public à la générosité, avec son nouveau Baromètre de la confiance, réalisé par Kantar Sofres. Deux grandes tendances ressortent de cette étude : globalement, la confiance des Français envers les associations et fondations se maintient et s’améliore légèrement (55% ont déclaré leur faire confiance, soit 1 point de plus qu’en 2017), tous domaines confondus, mais l’exigence des donateurs est de plus en plus forte quant à la probité de la gouvernance et à la transparence de l’action du secteur associatif.

[CHIFFRE] Plus d'un Français sur deux affirme faire confiance aux associations

 

Légitimité et confiance : les associations et fondations en 4e place du classement

 

Bonne nouvelle : selon le Baromètre du Don en Confiance, en 2018, les Français affichent une confiance globalement meilleure que l’année précédente à l’égard des collectivités locales, des entreprises, des médias, des associations et fondations faisant appel à don, et même des partis politiques, qui gagnent 2 points. Ce sont les associations de défense des consommateurs qui restent en tête du classement, bien que la confiance qui leur est accordée soit en légère baisse cette année (-2 points par rapport à 2017), elle reste très élevée, à 79%. La confiance accordée aux associations et fondations faisant appel aux dons, principal objet de cette étude, est restée stable, occupant la 4e place du classement ces cinq dernières années, et gagne même un point de pourcentage en 2018 : 55% des Français, soit plus d’un sur deux, affirment faire confiance à ces acteurs. Une tendance positive donc, qui mérite d’être étudiée de plus près pour connaître les fondements de cette confiance, mais aussi, par opposition, de cette méfiance.

 

À titre liminaire, si la confiance accordée aux associations et fondations faisant appel aux dons est globalement bonne, elle est néanmoins variable selon les domaines. L’étude met en évidence que les Français considèrent la cause animale comme la plus à même d’être défendue par les associations et fondations : elles sont citées à 80%, contre 11% pour l’État. Les associations et fondations sont également considérées plus légitimes que les pouvoirs publics pour le soutien de projets dans les pays en développement, la lutte contre la pauvreté et l’exclusion, l’aide et l’accompagnement des réfugiés et des demandeurs d’asile, et dans une moindre mesure pour l’aide aux personnes malades ou handicapées. L’État reprend le leadership sur les thématiques plus larges de la promotion de la culture, de la lutte contre l’échec scolaire et de l’accès à l’emploi.

 

Un contrôle renforcé et une plus grande transparence, indispensables à la confiance pour les 3/4 des Français

 

 

Sur les 11 leviers de confiance identifiés par l’étude, le trio de tête reste le même pour les associations et fondations : qu’elles soient contrôlées (critère de confiance déterminant pour 78% des personnes interrogées), qu’elles affichent clairement leur mission et qu’elles s’y tiennent (pour 74%), et qu’elles gèrent les dons de façon rigoureuse (pour 73%). À l’heure des scandales financiers et des fake news, les Français témoignent donc plus que jamais de leur exigence quant à la probité et à la transparence des associations et des fondations qui bénéficient de leurs dons. Cette exigence apparaît comme particulièrement prononcée, assez naturellement, pour les donateurs réguliers (de une à plusieurs fois par an) qui représentent 44% de la population, mais aussi auprès des moins de 35 ans, quelle que soit la fréquence de leurs dons. Enfin, auprès des donateurs réguliers, le professionnalisme de l’équipe dirigeante est un critère particulièrement important (pour 78%).

 

Quant aux raisons causant la méfiance des donateurs ou potentiels donateurs, les doutes sur la destination finale des dons et l’honnêteté des dirigeants sont les raisons les plus citées : en clair, c’est le manque de transparence qui décourage le plus les dons. Si le manque de traçabilité du don et de transparence financière fait depuis longtemps partie des causes de méfiance, les Français accordent de plus en plus d’importance à une utilisation des fonds conforme à la cause initialement annoncée : pour 72% des donateurs, l’affectation des dons aux actions qu’ils souhaitent soutenir est un critère de confiance. Les Français se déclarent particulièrement sensibles aux risques “d’arnaque”, leur confiance ayant été émoussée par divers scandales dans le milieu associatif (les rumeurs sur la Porsche de David Douillet payée par les Pièces Jaunes - qui se sont avérées fausses -, les détournements de fonds par le fondateur de l’ARC…). L’image des associations et des fondations, véhiculée par les médias ou par l’imaginaire collectif, est également un facteur très important pour les donateurs. D’où l’importance capitale, pour les associations et fondations faisant appel aux dons, de communiquer en toute transparence et avec régularité sur leurs actions.

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer