Rêv'Elles, nouveau partenaire de la Fondation

Rêv'Elles, nouveau partenaire de la Fondation
En 2018, dans le cadre de son pôle Inclusion Active dont l’objectif est de favoriser l’insertion sociale et professionnelle des individus quelque que soit leur sexe, leur formation, leur niveau social ou leurs difficultés, la Fondation KPMG noue un nouveau partenariat avec Rêv’Elles. Cette association accompagne les jeunes filles issues de milieu populaire dans leur choix d’orientation et à prendre confiance en elle. A cette occasion, nos équipes sont allées à la rencontre d’Athina Marmorat, directrice et fondatrice de l’association.


Comment et pourquoi avoir eu l’idée de créer cette association ?

J’ai travaillé dans une association qui s’appelle Mozaïk RH […] où j’étais en charge du pôle accompagnement des jeunes diplômés, issus des quartiers prioritaires de la ville,  qui rencontraient des difficultés à trouver un emploi à la hauteur de leur diplôme. […] C’est grâce à cette expérience que j’ai pu constater que le choix de l’orientation était essentiel pour réussir son insertion professionnelle. J’ai alors décidé de me former en ingénierie pédagogique et je me suis spécialisée sur l’accompagnement au projet professionnel. Sur le terrain, en tant que formatrice, je rencontrais souvent des jeunes qui voulaient exercer un métier qui n’était pas forcément cohérent avec ce qu’ils avaient vraiment envie de faire. Je me suis rendue compte rapidement qu’il y avait des actions simples à mettre en place en amont du choix des études pour aider ce public à mieux définir son projet professionnel. […] Je me suis particulièrement intéressée aux filles que je pouvais accompagner en leur posant la question « que voudrais-tu faire plus tard ? ». A ce moment, j’avais souvent le fameux top trois des métiers : puéricultrice, secrétaire et assistante de direction. Je me suis rendue compte que les jeunes filles faisaient des choix de métiers qui étaient présents dans leur environnement social et familial et que finalement elles ne pouvaient pas rêver d’être architecte si autour d’elles, elles n’avaient pas d’exemple de femme architecte. Le choix de l’orientation est essentiel dans le parcours scolaire, mais concernant beaucoup de jeunes filles, ce ne sont pas des choix volontaires mais plutôt des choix par dépit car il n’y a rien d’autre qui leur semble accessible. Or, si l’on n’est pas tous égaux face à nos rêves, on ne peut pas être égaux dans nos choix d’orientation. […] Cette notion d’égalité des rêves est, pour moi, primordiale. […] Je me suis alors dit que nous allions créer un programme pour les filles entre filles pour lutter contre ces phénomènes d’autocensure.

Après un programme test sur deux jours en 2013, constatant son impact positif sur les 18 jeunes filles présentes, Athina Marmorat décide de créer l’association Rêv’Elles le 25 décembre 2013.

Quelles sont les actions que vous menez au sein de Rêv’Elles ?

On s’adresse à des jeunes filles qui ont entre 14 et 20 ans. On leur propose un accompagnement d’un an, pour les aider à travailler sur leur confiance en soi, leur capacité à agir. […] L’idée ce n’est pas qu’elles ressortent avec un projet mais plutôt qu’elles comprennent qu’avant de savoir ce que tu veux faire, tu dois comprendre qui tu es et ce que tu aimes. On leur fait faire un voyage à travers elles-mêmes, […] on les amène à explorer, à faire un tri et ensuite seulement passer à l’action. […] On les aide à comprendre ce processus « j’explore, je comprends, je fais un tri, je choisi et je passe à l’action ».

[…]Une fois qu’elles ont eu un an d’accompagnement, elles basculent dans la communauté des anciennes qu’on appelle les Alumnae et elles ont cette possibilité de s’engager pour l’association.

Pourquoi ce partenariat avec la Fondation KPMG ?

La Fondation KPMG a été la première entreprise à la création de Rêv’Elles à recevoir une journée  « Rêv’Elles moi ton entreprise*» et nous a toujours encouragé. […]

Nous avons aussi reçu des jeunes filles issus du programme Lycées de la Réussite de la Fondation KPMG dans notre parcours « Rêv’Elles moi ton potentiel ». Puis nous avons organisé une journée l’année dernière chez KPMG. […] Cette journée a été un tel succès en terme de mobilisation de Volontaires KPMG femmes présentes pour témoigner en qualité de rôles modèles que naturellement nous nous sommes dit que nous pouvions aller plus loin et nouer un partenariat.

[…]L’objectif de ce partenariat est de mobiliser des collaboratrices KPMG pour les journées Rêv’Elles moi KPMG et pour s’impliquer aussi dans des journées « Rêv’Elles moi ta vie** » avec des femmes qui accepteraient d’accueillir nos jeunes filles et leur faire découvrir leur métier.

Pour Bouchra Aliouat, Secrétaire Générale de la Fondation KPMG, ce partenariat est très intéressant car « Beaucoup trop de jeunes filles limitent leurs ambitions par manque de connaissance, de réseau, d’information ou tout simplement par manque de confiance en elle. Si nous voulons agir collectivement pour lutter contre les inégalités, on doit aussi aider les femmes dès l’adolescence à prendre conscience de leur potentiel et les rendre maître de leur avenir. »

 

 

* L’objectif de cette journée est de découvrir le monde du travail et les codes professionnels et surtout de donner l’occasion de rencontrer des femmes, des rôles modèles, au parcours pluriel, qui font des métiers différents.

** Si une jeune fille a une idée de la carrière qu’elle envisage, l’association et la fondation l’a mette en contact avec une femme exerçant cet emploi. Pendant une journée, elle pourra vivre une journée type de cette dernière.