Fondation SNCF en IDF: des millions de voyageurs, une même volonté de solidarité

Fondation SNCF en IDF: des millions de voyageurs, une même volonté de solidarité
Dans chaque région, l’action de la Fondation SNCF est relayée par les entités du groupe. Un réseau de collaborateurs-référents maille ainsi le territoire, avec deux objectifs principaux : déployer localement les initiatives nationales de la Fondation et initier des projets de mécénat local. À trafic de voyageurs exceptionnel, organisation unique : en Ile-de-France, c’est un binôme qui mène les programmes solidaires !


 

Le défi sociétal d’une région de « mass transit »

 

Chaque jour, en Île-de-France, plus de 3 millions de personnes empruntent les lignes SNCF. Outre les enjeux de mobilité, cette densité pose question en matière de responsabilité sociétale et de développement durable.

 

La politique de mécénat sur ce territoire est portée par un duo avec Delphine Roux, correspondante Fondation et collaboratrice à Transilien et Lorraine Grau-Stenzel de SNCF Réseau IDF : « Je m’occupe de développer des actions dans les territoires traversées par les lignes que nous exploitons en lien avec ma collègue. On travaille ensemble sur tous les sujets que l’on traite en impliquant toutes les entités SNCF. »

 

L’intérêt général a toujours été une préoccupation centrale pour Delphine. Après plusieurs postes à la communication au sein du groupe SNCF, elle revient aux enjeux sociétaux à la suite d’un bilan de compétences il y a dix ans. Jusqu’à devenir correspondante de la Fondation en Île-de-France en septembre 2018. « On a beaucoup de chance d’être dans une entreprise engagée, qui nous permet d’aller sur ces sujets et d’avoir les moyens d’agir via la Fondation. »


 

Les jeunes franciliens en première ligne du vivre ensemble

 

L’une des spécificités de l’Île-de-France est la part importante des moins de 25 ans dans la population des voyageurs. En matière de solidarité, d’éducation et d’accès à la culture – les thèmes fondamentaux de la Fondation SNCF – les jeunes se retrouvent de fait au centre des projets parrainés dans la région. « Le champ des possibles est immense, explique Delphine Roux. Nous définissons des priorités en essayant de favoriser leur mobilité, via la culture, la citoyenneté ou encore via  le développement d’actions menées en zones rurales ou péri-urbaines. »

 

Parmi les nombreux exemples de missions soutenues par la Fondation, Delphine cite  « Exploravélo », destinés aux jeunes de 11 à 16 ans issus des quartiers prioritaires. Le GIP de Courcouronnes situé dans l’Essonne (91), déjà très engagé dans la lutte contre l’échec scolaire,  organise des parcours à vélo le mercredi et pendant les vacances scolaires. En partant à la découverte de leur ville, les jeunes découvrent ainsi un autre environnement que celui de leur quartier, tout en pratiquant un mode de déplacement sportif et citoyen !

 

Autre exemple de projets, celui de l’association « Orange Rouge » qui fait intervenir des artistes contemporains dans les classes « Ulis » d’une dizaine de collèges de Seine-et-Marne (77). Les élèves adolescents en situation de handicap créent une œuvre collective grâce aux intervenants, exposée ensuite dans le collège et dans des lieux d’art contemporain.

 

Des collaborateurs concernés et solidaires

 

L’Île-de-France est une région dotée d’un très grand nombre de salariés SNCF. Des actions de mécénat de compétences leur sont proposées, et là encore, la place des jeunes est importante. « Nos salariés ont envie de les aider. Ils ont conscience des diifficultés pour ceux qui n’ont pas de réseau ou d’environnement familial propice », explique Delphine.

 

Sur les 213 missions de solidarité effectuées par les salariés en 2018, 103 ont été des parrainages. Avec les associations partenaires, telles que Proxité ou Article 1, les collaborateurs accompagnent un jeune pendant toute une année, qu’il s’agisse de soutien scolaire ou d’’aide aux devoirs, d’orientation professionnelle, de recherche d’emploi ou de stage.

 

Au total, en 2018, 690 000 euros ont été attribués à une centaine d’associations d’Île-de-France. Un peu plus de 50 % de cette somme est allouée à la déclinaison régionale des programmes nationaux, et l’autre moitié au mécénat territorial.

, , ,